Domingo


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La rue marchande

Aller en bas 
AuteurMessage
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: La rue marchande   Ven 10 Juil - 22:40

==> Place Turenne

Les deux jeunes gens débouchèrent sur une rue fort achalandé. Se demandant pourquoi au début, la gamine remarqua rapidement les multiples magasins, les va et vient des clients - dont certains pliaient sous le poids des paquets- qui entrent et sortent des boutiques. La foule se bousculait pour se frayer un chemin jusqu’au magasin de leur choix, Charlène tentait de se faire un passage pour quitter cette endroit bondé, lorsqu'elle se souvint les raisons de leur venue ici et qu'elle tenait toujours fermement un Terano perplexe par le coude. Par conséquent, elle fit de son mieux pour brider les émotions environnantes qui l'emportaient dans un tourbillon vertigineux. Cependant, son entreprise se conclut sur un échec au moment même où une personne la bouscula accidentellement, tout en proférant des excuses.
S'affaissant sur le sol, les yeux fermés, une main crispée sur son front, l'adolescente respirait avec difficulté dans un état de grande panique, haletante, et entendit ces voix, à consonance malsaine, lui susurrer leurs consignes innommables. Terano eut tout juste le temps de la rattraper, avant qu'elle ne bascule vers l'avant, et posa une main sur l'épaule de la gamine, afin de la réconforter. Cette dernière, œuvrant pour reprendre un peu ses esprits, tout en claquant des dents, écouta le jeune homme lui parler par la pensée :


*Tiens le coup, ça va aller... Je vais en prendre un peu pour moi.

- Ne faites pas ça ou vous allez vous faire une arthrose anale...*

Ses tremblements augmentaient. La jeune fille serra le coude de Terano avec tant de force que les jointures de sa main virèrent au blanc, ne voulant le lâcher pour rien au monde. Néanmoins, elle tâchait de faire en sorte qu'il ne parvienne pas à transférer les émotions indésirables dans son propre esprit, sans réussir à y parvenir : pour l'en empêcher, il aurait fallu qu'elle soit dans un état de grande concentration. Bien que soucieuse pour lui, elle finit par se résigner à son sort puis le laissa totalement faire, et de toute façon, il semblait que cette action n'avait qu'un faible impact sur la santé mental du jeune homme contrairement à celle de Charlène.

Les murmures s'éteignirent à l'instar des émotions, et la gamine s'autorisa enfin à rouvrir les yeux, pour les plonger dans ceux du jeune homme, accroupi devant elle. Ce dernier l'aida à se relever, et elle s'efforça à le remercier : mais comme toujours, un blocage eut lieu en elle, l'empêchant ainsi de dire quoi que ce soit, aussi bien par la pensée qu'à haute voix.

A présent, même si elle ne captait que peu d'émotions, le brouhaha ambiant et l'écrasante présence humaine, continuaient de la faire légèrement chanceler, et pour contrer cette gêne, l'adolescente chercha un maigre réconfort : elle passa son autre main autour du coude de Terano, et se plaça légèrement en retrait tout en le tenant fermement contre elle. Alors qu'elle sentait un embarras - pour une raison qui lui échappait - grandissant de la part de ce dernier, son attention fut attiré par la devanture d'un magasin de ( tin tin tin !) jeux vidéos ! Poussant pas très gentiment le Sicilien pour qu'ils s'approchent de la boutique, elle se mit à sautiller contre ce dernier - qui commençait à prendre des couleurs - tout en poussant des cris hystériques.

La gamine semblait oublieuse de toute forme de vie autour d'elle, et totalement plongée dans ce qu'elle observait, les yeux brillants. Elle hésita quand même un instant, secoua la tête vigoureusement et parut se reconnecter au monde réel, avant de se précipiter à l'intérieur de la boutique, laissant Terano seul. L'intérieur de celle-ci était entièrement dédié au domaine des Otakus : animes, figurines, posters, jeux vidéos, mangas, hent.. *Sbaaafff* etc etc. Errant de rayons en rayons, s'arrêtant pour observer certains articles avant de les fourrer dans son panier et de repartir à la charge de l'autre côté, Charlène touchait les portes du paradis ! Après avoir dévalisé une bonne partie des stocks, elle finit par prendre racine devant la jaquette d'un rpg : Star Ocean 4 ! Déposant son panier à ses pieds, elle retira le jeu du présentoir, sautilla quelques instants puis se mit à tourbillonner dans une sorte de slow. Soudain, la boîte fut soutirer de ses mains et elle rouvrit les yeux, pour voir, étonnée, Terano disparaître de son champ de vision, avec son panier et sa nouvelle acquisition.


« Mes précieuuux, il nous l'a volé. Sale grand mafiosi ! Bwahaha, tant pis, y en a d'autre en rayon... Noaaaan ! Revenez ! »

Le jeune homme venait de s'enfuir avec le dernier exemplaire de son rpg ! Elle ne pouvait pas le laisser s'en tirer ainsi ! S'élançant derrière lui, le visage de la gamine hésita entre la surprise et la perplexité pour faire un rapide détour par la gêne en le voyant payer les achats à sa place... Le rouge aux joues, elle le regarda revenir vers elle, et alors que le jeune homme lui tendait ses paquets, il dit simplement :

« Tiens, cadeaux.

- Ah... Euh... Okay... De rien... »


La gamine déglutit difficilement, attrapa les sac d'une main, et les doigts de Terano - qui posa son pouce sur ceux de Charlène- de l'autre, avant de repartir vers la sortie. Elle n'en revenait toujours pas qu'il lui ait fait un tel cadeau : il devait vite en avoir pour plusieurs centaines d'euros... Même si c'était pour la remercier de l'avoir soigné, c'était trop ! Prenant une simple inspiration, elle l'entraîna dehors et fit tout son possible pour oublier la foule : ils devaient trouver un magasin de vêtements. Magasin que Charlène dénicha rapidement de par sa devanture fort attrayante, où étaient exposés des habits excentriques à l'extrême. Ne sachant pas réellement si cela convenait au parrain, elle l'interrogea du regard, une légère moue sur le visage. Ce dernier hocha simplement la tête et se dirigea ensuite vers la boutique, tenant toujours la gamine par la main.

Ils flânèrent quelques temps dans les rayons pour aboutir dans celui consacré aux hommes. Charlène fouilla à travers un flot de tissus, à la recherche d'un pantalon correspondant aux goûts de chacun, et en sortit un noir, dont la surface était couverte de bandelettes et d'épingles à nourrices aussi bien derrière que devant. Elle le tendit vers Terano, dans un élan victorieux et celui-ci s'indigna :


« Euh attends tu blagues là... tu veux vraiment faire porter ça ?

- Pourquoi pas ? D'accord, je sais que répondre à une question par une autre c'est le mal... Donc oui, je le veux ! »


La gamine lui poussa la langue d'un air enfantin, mais les pensées du jeune homme la fit flancher :

*J'ai du faire quelque chose de mal dans une vie antérieure*

Le pantalon fut remit en rayon, alors qu'un autre, simple mais aux attributs écossais, fut retiré du même endroit. Cette fois-ci, si le jeune homme refusait, elle lui rappellerait le marché qu'ils avaient conclu. Cependant, par chance ou elle ne savait pas trop pourquoi, Terano opina faiblement. Ne s'attardant pas plus - Charlène n'aimait pas vraiment squatter dans les boutiques de fringues-, ils débouchèrent dans une partie entièrement peuplés de Tee-shirt -dont certains frôlés l'énormité et le mauvais goût. Elle en attrapa plusieurs qui lui plaisait et d'autres simplement pour enquiquiner le parrain. Donc, son étonnement atteint son paroxysme lorsque celui-ci choisit un des maillots qu'elle avait pris, justement pour son côté "je suis un rebelle, parce qu'il y a écrit Belzébuth et des têtes de morts", et qu'il semblait même plutôt apprécié. Levant les yeux au ciel, elle lui balança le vêtement blanc aux touches noires, de façon à ce que ce dernier disparaisse de sa vue, lui et ses ornements d'épingles.

Après avoir peu réfléchi, ils repartirent en direction des manteaux où pour la première fois, l'adolescente choisit par ses propres soins : le même que celui de Neo dans Matrix ! Comme ça, avec les lunettes de soleil, il pourrait se faire un cosplay !

*Accompagné par des News rocks, ça bolokochintutentichenbrollerait !

Liant les gestes à la pensée, elle repéra en un instant des chaussures noirs, à semelles compensées - 3cm, recouvertes de clous et autres fioritures du genre sur une étagère. Alors qu'elle cherchait la taille correspondante à Terano, ce dernier revint vers elle en exhibant devant son nez une paire de bottes. Ces dernières étaient constitués, également d'importantes semelles, de couleur sombre avec quelques gravures rouges représentant des roses, mais le pire... Le plus insultant... C'était les talons d'au moins une bonne dizaine de centimètres. Et pis, comment allait-elle faire pour marcher avec ça ? Cependant, elle accepta quand même d'un simple hochement de tête et lui fit comprendre par le pensée que : vu qu'il était si doué pour trouver des vêtements pour Charlène, elle le laissait se débrouiller seul pour la suite.

Ainsi, la gamine s'enfuit de son côté, en indiquant prestement au jeune homme qu'ils devaient se retrouver dans dix minutes aux cabines d'essayage, et discerna ce qui pouvait lui convenir : tout un flot de crins et de soie, avec des mèches rouges qui flambaient, des épaisseurs noirs, des pâleurs blondes, jusqu'à même des cheveux blancs pour les pures excentriques et fan d'albinisme. Comme la discrétion était de mise, l'aide d'un vendeur qui avait regardé les yeux exorbités une Charlène couverte du sang -en fait, c'est du Ketchup- ne fut pas de trop pour descendre de l'étagère une perruque d'ébène dont la coupe pouvait être répertorié dans le style Visual Kei. Elle réclama par la suite une paire de lentilles, qui se rapprochait étrangement de l'iris ambrée de Terano . Il faut avouer qu'elle ne faisait pas ça pour rien mais par simple précaution : si elle se faisait passer pour la sœur du parrain, ils la laisseraient dormir sans problème à l'hôtel.

Ayant ce qu'elle désirait, la gamine continua vers les cabines d'essayage, tout en chopant au passage une paire de chaussettes arborant quelques esquisses de grain de café ainsi que des fines mitaines, plus une ceinture double et s'arrêta au lieu prévu. Le jeune homme était déjà là, et tenait sur son bras les vêtements destinés pour Charlène qui s'empressa de les récupérer, dans un rapide échange, avant de filer dans l'espace clos et tirer le rideau d'un vert criard derrière elle. Lentement, elle étudia les vêtements d'un œil critique et fut passablement étonnée en se disant que tout cela correspondait presque parfaitement à ses goûts : une jupe noire en dentelles dont les pans de tissu s'arrêtaient à des longueurs différentes, une chemise blanche à jabot aux manches évasés accompagnée d'une cravate en satin noir et rouge, des bas dont les mailles suivaient des formes baroques, les sortes de News rocks, des simples gants en soie et pour finir, une manteau lui arrivant jusqu'au pieds avec une simple agrafe pour fermeture et une longue capuche.
L'adolescent commença à s'habiller dans un sourire, quand une apparition à ses côtés lui coupa sa bulle de bonne humeur : Trysh, elle l'avait complètement oublié celle-là.


« On est à l'étroit hein ? »

La double personnalité prononça ses mots dans une moue innocente, et se rapprocha un peu plus de Charlène. Cette dernière lui éclata tout simplement la cheville dans un coup de pied bien placé, et continua de se vêtir comme si de rien n'était. Tout lui allait presque parfaitement, si on omettait le fait que le chemisier lui serrait la poitrine et baillait fortement aux niveaux de ses hanches. Elle haussa les épaules en se regardant dans la glace, et sortit pour montrer le résultat à Terano, en faisant un léger tour sur elle-même. Il fronça légèrement les sourcils, comme en proie à une réflexion :

« Mh... Il manque quelque chose... »


Dernière édition par Trysh le Sam 11 Juil - 16:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: La rue marchande   Ven 10 Juil - 22:41

La gamine pencha la tête sur le côté, l'observa disparaître dans les rayons et donna un coup de botte dans son double, qui se tortillait à ses pieds. Il finit par revenir, un bout de tissu dans la main : un serre-taille ? Charlène n'avait jamais porté quelque chose du genre, et ne savait pas réellement comment le mettre...

« Powa ! Tu as vu le prix ?! 122€ ! Il me refuse rien, je suis flattée !

- C'est vraiment trop cher pour ce que c'est...»


Pourtant, l'aspect du tissu et les différentes broderies florales lui plaisaient fortement. Mais elle ne savait pas le mettre...

« Mais moi, je sais Charlène ! Oh, et, laisse-moi arranger ton chemisier... »

Arrachage de boutons et nouveau coup de pied. Tentative de fermeture du décolleté nouvellement créé : échec.

« Euh... Comme j'ai pas les neurones en fasse des trous, c'est possible que... »

La réponse ne se fit pas attendre, puisque le parrain aida la gamine à lasser la sorte de corset. L'opération finie, elle fit face à son reflet et et s'aperçut que l'ajout du bustier - qui s'arrêtait juste avant sa poitrine- ajoutait une note à l'ensemble: la forme de ses hanches et les courbes de sa gorge étaient mises en valeur. Le seul hic, c'était le décolleté... Mais bon, au moins, elle n'étouffait plus.
Ce fut ensuite le tour de Terano, et Charlène ne put s'empêcher de sourire en le voyant : ce niveau style le rajeunissait selon elle, et lui collait parfaitement - et pas qu'au sens figuré (moahahaha). Si seulement le maillot faisait un peu moins pseudo-gothique avec ses inscriptions... Heureusement que la perruque dont les cheveux noirs lui battaient les épaules relevaient le niveau ! Elle leva le pouce, un semblant de moquerie dans les yeux et proposa l'idée de chercher un pyjama avant d'aller à la caisse. S'étant mis d'accord, ils remirent leur ancien vêtements toujours souillés par le sang de Charlène, et partirent chercher des fringues pour dormir.


« Oh ! Le pyjama là-bas avec l'inscription "I am the boss", ça vous irait tout à... »

Les yeux de la gamine furent attirés par un autre rayon, et obligea Terano à la suivre. Juste après, elle attrapa un boxer frappé d'un S encadré, le balança sur le jeune homme tout chantant une chanson sur un certain Superman. La réaction du parrain la fit rougir jusqu'aux oreilles : il venait de lui donner un ensemble de sous-vêtements Hello Kitty noir, mais le fait le plus marquant était que la taille des bonnets coïncidaient parfaitement.
Suite à ça, l'adolescente se sauva à tout jambe à travers le magasin - sans avoir oublier ce que lui avait le parrain, et percuta violemment un homme. Elle fut projetée à terre, et poussa un faible gémissement en le voyant s'apprêter à ramasser le soutif. Cependant, ce n'était pas que pour cette raison qu'elle avait minaudé, quelque chose clochait : elle n'arrivait à lire aucune émotion, aucune pensée en croisant ses yeux grisâtres... Dégoûtée à l'idée qu'il touche ses affaires, elle le devança et récupéra le tout avant de fuir à nouveau, en n'oubliant pas de lui jeter un dernier regard étonné.
Comme elle commençait à être totalement gavé de faire du shopping, elle ne se cassa pas trop la tête pour le pyjama et prit une tenue simple : un short léger et un simple débardeur, noirs de la même marque que ses sous-vêtements. En cette période de l'année, il faisait chaud, même le soir et comme elle allait dormir dans sa propre chambre, prendre ses aises était de rigueur.

Charlène rejoignit Terano sur le chemin de la caisse, tout en faisant attention de camoufler son pyjama, attrapa à nouveau sa main et sourit légèrement en s'apercevant qu'il avait pris celui indiqué par ses soins. Par contre, elle ne voulait pas qu'il voyait ce qu'elle avait acheté de son côté, pudeur extrême oblige... Elle le lâcha momentanément pour aller à une caisse différente que celle de Terano - ça ira plus vite comme ça- et installa les articles sur le comptoir.


« Vous faites vraiment un beau couple tous les deux. »

Une telle réplique de la part du vendeur la prit de court, elle ne put que tourner la tête derrière elle pis vers Terano - qui quant à lui, jetait un regard blasé au coupable-, pensa plutôt qu'elle le considérait comme son meilleur ami et s'empressa de se justifier :

« Ah non, c'est juste mon parrain. Ou un porte-monnaie sur pattes si vous préférez. »

Le marchand haussa légèrement les sourcils, puis les épaules avant de passer les codes barres sous la borne. S'ennuyant pendant ce temps, Charlène promena son regard un peu partout et s'attarda quelques instants sur trois articles : un brassard où était inscrit "j'aime les pingouins", des lunettes de soleil aux verres violets et un sac qui lui rappela légèrement Belphegor pour le texte "ReBorn to live in Luxury ! 'Cause, I'm a Princess". Un léger sourire sur les lèvres, elle demanda d'ajouter les trois objets sur la liste.
Une fois le total fait, elle ne put s'empêcher de plisser les yeux en voyant la somme astronomique de ses achats mais comme elle s'aperçut que du côté de Terano, ce n'était pas mieux, elle ne fit aucune réflexion et paya tout simplement. Le boss et sa subordonnée s'échangèrent leurs emplettes, où elle profita pour glisser le brassard et s'enquit d'une question importante :


« Dites ? Est-il possible d'utiliser vos cabines pour se changer immédiatement, parce que vu...

- C'est du sang ?

- Yeah, j'ai eu mon cycle menstruel et...

- Vous pouvez utiliser les cabines, c'est bon. Mais n'ajoutez rien de plus, par pitié. »


Charlène décocha un regard acide vers Trysh, qui avait utilisé son larynx pour dire des obscénités, s'esquiva pour se changer et en profita pour mettre ses lentilles de couleur ambre et ses lunettes. Une fois ceci achevé, elle sourit à nouveau face au look "Rock" du parrain et à sa nouvelle coupe encore plus décoiffé que d'habitude. Ils sortirent du magasin, la gamine du encore réprimer des vertiges -agoraphobie ? noooon- et s'interrogea quelques instants sur le moyen d'être quitte avec Terano. Penchant légèrement la tête vers l'arrière, et plongeant ses yeux dans la surface infini du ciel où le soleil disparaissait - allongeant les ombres du décor de la rue, une idée germa dans sa tête.


« Je reviens, posez vos fesses là et glandez comme vous le faitez si bien, j'en ai pas pour longtemps »


Elle entra en hâte dans une Libraire-papeterie-disquaire ( Ça existe pas ? Tant pis) et ressortit dix minutes plus tard, les bras chargés par ses précédents et nouveaux achats. Se postant face au jeune homme, elle lui déposa une tonne de livres et de disques dans les mains et commença à faire un bref récapitulatif des cadeaux :

« Premier Tome de la trilogie de Barty <33 : L'amulette de Samarcande. Un super livre à s'en mettre un... Euh donc, les trois premiers tomes du manga Reborn : ça parle de Mafia mais contrairement à la réalité, eux, ils sont beaux. Le même nombre pour Blame!, c'est un type qui shoot tout le monde et qui se fait pas tuer parce qu'il est super trop fort. Ensuite, le premier tome d'Artémis Fowl, un gamin prétentieux mais surdoué et qui aime pas les sucettes... Pug, l'apprenti, c'est un guss qui veut devenir le meilleur dress.. magicien de tous les temps. Hmpf, guerre de la faille, livres des étoiles, à la croisée des mondes, etc etc. Vous verrez vous même... Après, niveau disque : 21st Century Breakdown, nouvel album de Green Day. Dark passion Play de Nightwish, ils ont changé de chanteuse, mais ça reste potable... Epica, aussi du métal symphonique... Y aussi... Han et pis, bwarf, n'ai marre, débrouillez-vous et si vous aimez pas tant pis, j'ai pas acheté ça pour vous mais pour moi en fait...

- Même si c'est pas pour moi, ça te dérange si je te pique quelques bouquins et l'album de Green Day ? Et peut-être le reste aussi tiens...»


Esquissant un sourire tout en hochant négativement la tête, elle l'aida à tout remettre dans un sac -et pis, en vérité, tout ce qu'elle venait d'acheter, elle le possédait déjà...
Juste avant de passer à l'hôtel pour la nuit, Charlène eut l'idée de prévenir Josh sur leur destination -malgré qu'il l'avait abandonné, et se concentra pour lui parler par télépathie :


*Si ça t'intéresse, on va passer la nuit à l'hôtel Gialoni, et comme j'ai pas confiance en l'autre type là, j'm'étais dit que tu pouvais venir aussi pour me protéger, non ? En tout cas, je te passe mon numéro... Nenuit si tu ne viens pas, et même si tu viens.

- Oh yay, ça me ferait un deuxième compagnon de chambre*

Un coup de poing plus tard, Charlène rattrapa la main de Terano, et faisait comme elle pouvait pour marcher droit, en équilibre précaire sur ses talons presque aussi grands qu'elle. La faim commençait à la tenailler, et l'envie de jouer à son nouveau jeu grandissait en elle, bien qu'elle ne se doutait pas qu'il y aurait des consoles là-bas.

==> Hôtel Gialoni
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La rue marchande
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La caravane marchande de Uelli le Couard
» Création d'une communauté marchande :D
» Coopération Marchande
» La caravane marchande de Uelli
» Sur la route d'Ondéron

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domingo :: Fortenze, ville technologique :: Centre-Ville :: Rue Marchande-
Sauter vers: