Domingo


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Q.G. de la famille Gioli

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Q.G. de la famille Gioli   Mer 11 Fév - 18:17

Terano écoutait silencieusement le rapport du dernier de ses hommes parti à la recherche de renseignement sur l'assassinat des deux parrains morts récemment. De toute évidence, les assassins étaient des professionnels : en deux jours, ils avaient tué six personnes, et pas une trace, pas un indice apparent, rien.
Et depuis, le jeune homme de 23 ans avait un travail monstre sur les bras. Comme quoi, qu'on puisse en penser, c'était dur d'être un parrain.
Le plus gros problème que rencontrait la famille était le remplacement des deux parrains. En effet, leurs lieutenants étant également morts, on avait du mal à trouver un remplaçant potentiel pour chacun d'eux, qui ait à la fois les compétences nécessaires, la volonté d'avoir cette place et enfin qu'il soit reconnu de tous les membres de la famille, sans risquer de luttes internes.
Enfin bon. Les choses semblaient s'être calmées, et Terano n'avait été la cible d'aucune attaque, ce qui ne voulait cependant rien dire.
Le rapport une fois terminé, le jeune homme prit quelques notes, congédia son subordonné puis fit un tour de la pièce pour se vider l'esprit. Enfin, il en sortit, en faisant un salut à ses deux lieutenants qui traversaient la base pour se rendre à l'ascenseur n°3. Terano, quand à lui, se rendait à l'ascenseur n°2, installé depuis quelques années maintenant, et qui menait directement dans son garage.

==>Maison de Terano


Dernière édition par Terano Gioli le Ven 1 Mai - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Ven 13 Fév - 12:41

==>Maison de Terano

Saluant les hommes qu'il croisait, il descendit à l'étage d'entrainement. Comme toujours le matin, il y avait du monde. L'étage d'entrainement était divisé en trois salles. L'une était destinée aux combattants au corps à corps, une autre était réservée aux utilisateurs d'armes à moyenne et longue portée, et la dernière servait pour ceux qui avaient pour vocation la protection. Terano appartenant aux trois catégories du fait de son utilisation de la balle de la trinité, il décida d'aller aujourd'hui s'entrainer à l'épée, l'arme qu'il maitrisait pour l'instant le moins. il pénétra dans la salle et transforma en un instant la balle en épée. Certains s'arrêtèrent en voyant le boss venir s'entrainer avec eux, mais la plupart, ceux qui avaient pris l'habitude de le voir tous les matins, continuèrent leur entrainement sans s'interrompre.
Deux jeunes hommes s'approchèrent du boss, et lui proposèrent de s'entrainer avec eux. L'un maniait une lourde hache, et l'autre tenait une sorte de lance. Terano accepta avec plaisir et, allant se placer dans un coin de la salle, commencèrent l'entrainement.
-------
Après trois quarts d'heure de combat, les deux jeunes hommes s'assirent, épuisés. Terano lui-même avait quelques gouttes de sueur sur le front. Le jeune parrain, lors de ce combat contre deux de ses hommes, avait pu s'améliorer un peu, et en même temps en découvrir un peu plus sur ses hommes. Il fut fort heureux de voir que l'esprit de la famille Gioli ne se perdait pas. Les saluant, Terano repartit à l'étage supérieur. L'entrainement matinal terminé, normalement, il aurait du recevoir les rapports, mais il savait d'avance qu'aujourd'hui il n'aurait rien. A la place, il décida d'emprunter l'ascenseur n°1, qui débouchait sur un petit bout de terrain dissimulé, près de la place de la fontaine.

==> Place de la fontaine.


Dernière édition par Terano Gioli le Ven 1 Mai - 14:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Dim 1 Mar - 23:44

Terano pénétra dans son bureau. Comme toujours, le strict nécessaire : un bloc de papier, un critérium, un ordinateur et une cafetière. Tranquillement, il alluma l'ordinateur et commença à faire quelques recherches de son côté.
Il n'en avait pas parlé à Aiendro et Daralia, mais depuis quelques heures, on avait repéré une activité étrange à proximité de l'ascenseur n°3. La dernière fois qu'on l'avait emprunté, c'étaient justement les deux lieutenants, et le bâtiment où il était placé était toujours désert.
Cela voulait dire que c'était récent. Personne n'avait essayé de violer les protections de l'ascenseur, on pouvait supposer que les personnes dont on avait remarqué la présence grâce aux capteurs ne s'étaient rendus compte de rien.
Depuis les premiers signes d'activités, personne n'était monté. En revanche, on avait noté grâce au système de repérage une augmentation du niveau sonore et de l'activité dans la pièce voisine, ce qui voulait dire que de plus en plus de monde occupait la pièce.
Terano prit une décision. Mettant sa balle dans sa poche, il sortit de la pièce et traversa les deux couloirs le menant à l'ascenseur n°3. Les deux gardes l'apercevant, ils s'exclamèrent :


-Monsieur Gioli ! Que faites-vous ?

-Ca ne se voit pas ? Je vais voir ce qui se passe là haut. J'enverrai un message au QG dès que je saurais ce qu'il se passe.


Les deux mafieux hochèrent la tête et laissèrent passer leur boss. Ce dernier eut un sourir puis embarqua dans l'ascenseur.
-----------
Quelques minutes plus tard, l'ascenseur s'arrêta. Sur ses gardes, le jeune parrain sortit. Il n'en crut pas ses oreilles.
Car d'entrée, il reconnut les voix de trois des personnes présentes dans la pièce à côté.
Pour en avoir le coeur net le jeune parrain alla regarder par un petit trou dans le mur, juste suffisant pour voir ce qui se passait à côté.
Il reconnut d'emblée le jeune Agostino ainsi que Choco. Il reconnut également -et il n'en fut pas réellement surpris- sa voisine, Lupo Modenessi. Ensuite, il y en avait deux autres, plus jeunes.
Ce qui faisait 4 gardiens, en plus du jeune Agostino. Ainsi donc, il ne lui manquait que deux gardiens. A moins qu'un autre fut encore en attente d'arriver.
Finalement, Terano prit son téléphone et appela le QG :


-Base G, ici G0. Aucun problème, ces personnes sont des alliés. Je rentre à la base.

Puis il raccrocha et reprit l'ascenseur, retour vers la base.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Jeu 5 Mar - 20:10

Une heure plus tard, Terano avait rassemblé ses deux lieutenants ainsi que ses principaux subordonnés, pour expliquer à tous la situation.

-Afin de m'expliquer, je partirai d'un évènement qui s'est déroulé dans la journée d'hier : ma rencontre avec le présumé futur parrain des Agostino, sur la place de la fontaine. Après une discussion, j'ai décidé d'offrir mon soutien à sa famille, pour peu qu'il devienne parrain.
Puis, aujourd'hui, en allant à la base, on m'a informé que des individus s'étaient installés dans l'appartement en ruine qui était proche de l'ascenseur n°3. J'ai donc décidé de me rendre moi-même là-haut pour savoir ce qu'il se passait. La haut, personne n'était dans la salle de l'ascenseur. Par contre, de l'autre côté du mur, j'ai reconnu les voix de trois personnes, et ayant vu leurs visages, je peux l'affirmer : le jeune Agostino s'est installé dans l'appartement, et il a trouvé au moins 4 des 6 gardiens qu'il doit trouver avant de devenir parrain.


Les autres autour de la table ne dirent rien, se contentant de hocher la tête, signe qu'ils n'avaient rien à reprocher à leur boss. Terano avait donné une bonne explication, mais on voyait à son air qu'il souhaitait ne pas s'arrêter là. Le jeune Gioli reprit la parole :

-A présent, notre position envers eux est donc neutre, puisque l'Agostino n'est pas encore parrain. J'aimerais donc le tester, lui et ses gardiens, pour voir ce qu'ils valent. Daralia, c'est là que tu interviens. J'aimerais que tu dises à la police que tu as repéré une planque de mafieux dans la rue Maria-Rosa, et qu'il faudrait envoyer, disons... une quinzaine de policiers. Essaye de faire en sorte que ceux qui suivaient Agostino ne fassent pas partie de la bataille.

-Une quinzaine ? S'étonna Daralia. Ca ne fait pas un peu beaucoup ? A ce que tu nous en dis, ils sont tout au plus 5 ou 6.

-Mais tu as vu comme moi le gardien de la Terre se battre, il me semble. Si les autres gardiens sont aussi bon que lui, alors même toi et Aiendro réunis auraient du mal contre deux de ces gardiens. Non, je pense que tu peux même envoyer vingt hommes, en comptant un ou deux officiers, histoire de voir comment ils vont s'organiser. J'ai déjà des soupçons sur lesquelles sont les plus puissants, mais j'attends d'en voir plus. Daralia, tu peux y aller dès maintenant. Les autres, passons à autre chose...

Daralia partit pour le commissariat, tandis que la réunion se poursuivait. Quelques temps plus tard, à la fin de la réunion, Terano quitta immédiatement le QG Agostino et sortit en ville pour se balader un peu avant l'attaque.

=> (Daralia) Bureau du Commissaire (Gendarmerie)
=> (Terano) QG des Agostino
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Dim 26 Avr - 19:37

=>Fortenze

Après avoir déposé Lupo à l'entrée de la ville - et non sans s'être assuré que quelqu'un irait la récupérer assez vite, Terano rentra avec ses hommes au QG. Ils laissèrent les motos dans l'entrepôt, et prirent le souterrain qui amenait directement dans la base.
Une fois les deux hommes blessés amenés à l'infirmerie, Terano fut rejoint par ses deux lieutenants et les trois autres mafieux dans la salle de réunion.


-Aujourd'hui, nous avons gagné une bataille, lança Terano, mais la guerre n'est pas terminée. Gelma a perdu ses forces, mais elle ne devrait pas tarder à en récupérer de nouvelles. Cependant, nous sommes tous fatigués. Comme promis, vous avez tous droits à deux jours de repos. Mais en attendant, je vous donne immédiatement vos ordres pour la suite, pour que vous puissiez y réfléchir et vous mettre ensuite au travail. D'abord, vous trois, dit le jeune homme en désignant les trois subordonnés encore indemnes. J'aimerais que vous enquêtiez sur le passé de Gelma, et que vous me donniez un rapport sur les personnes à qui elle pourrait demander de l'aide malgré la peine de mort Gioli. Aiendro, pour toi, ce sera simple : fais comme tu le sens. Je n'ai pas de tâches précises à te donenr, mais je pense que tu en as quelques unes en tête, à toi de les appliquer si tu le peux.
Pour finir, Daralia, je veux que tout le monde puisse voir au commissariat un avis de recherche pour Gelma Felina. Tu as carte blanche, mais nous serons largement facilités si elle est également recherchée par la police.


Il y eut un bref silence à la suite des ordres, puis tous saluèrent leur boss avant de prendre congé.
A l'extérieur, Daralia discutait avec Aiendro :


-Je vais devoir retourner au commissariat tout de suite. Il semblerait que quelques policiers n'aient pas voulu obéir à mon ordre, et il va falloir retourner les chercher. Qu'est-ce que tu vas faire de ton côté ?

-Nous avons tous les deux cartes blanches sur nos actions, sauf que je n'ai pas d'ordres précis. Je vais faire quelques préliminaires pour l'équipe de Findila, puis je ferais d'autres recherches à part. A mon avis, Gelma a du comprendre que nous avons repéré Livio grâce à une puce, mais avec un peu de chance, ils se sont contentés de s'en débarrasser, et ne l'ont pas entièrement détruite. Je compte bien me servir de ça pour savoir quelle direction ils ont pu prendre.


Daralia acquiesca, puis ils se séparèrent. Ainsi, pendant que Terano réfléchissait à la position des Agostino, et qu'Aiendro se rendait à son magasin, la jeune femme se dirigeait dès à présent au commissariat.

==> Commissariat (Daralia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shade
Disparu(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 16
Age : 25
Pouvoir spécial : Invisibilité
invocation des ombres
marque des ténebres
invocation de la lame enchainé
Niveau de combat : 33
Date d'inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mar 28 Avr - 19:30

->Qg Gioli

Peut après être arrivé dans la ville,Shade se deplaca vers le QG des Gioli que l'un technicien des Gioli d'une autre branche lui avait indiqué.Quelques minutes se paserent avant qu'il ne soit arrivé a destination,la c'était simple mais après pour rentrer cela était un peu plus compliqué puisqu'il ne connaisait pas les gardes de la planque principale des Gioli.A son arrivé devant les portes,quelque gardes leverent leurs armes en guise de bienvenue.

-Garde1:Toi!Qui t'es?Si tu degainne ton sabre t'es mort!
-Shade:Oh!On se calme!Je suis Shade Raskel des Gioli,chercher moi dans la base de donnée si vous voulez


Après quelque instant,l'un des gardes parti poour savoir

-Garde1:Alors?
-Garde2:C'est bon,on l'a trouvé,il fait parti des assassins de la famille et vient pour la premiere fois au QG,que vien tu faire içi?
-Shade:Je viens voir le boss pour affaires personnel,je voudrais savoir s'il pourrait me voir.


Shade attendait que l'on lui dissent s'il pouvait aller voir le boss mais il ne savait pas que le treizieme était mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mar 28 Avr - 22:32

Le jeune parrain était assis sur son fauteuil, les jambes en tailleur, en pleine méditation - une habitude qu'il avait prise depuis son entrainement - quand le téléphone sonna. Rapidement, le jeune parrain se retrouva de nouveau entièrement éveillé et décrocha :

-Qu'y a-t-il ?

-Un assassin de la famille du nom de Shade Raskel souhaiterait avoir une entrevue avec vous, monsieur.

-Très bien, faites le venir. Demandez-lui tout de même de déposer son sabre à l'entrée, question de précaution. Je pense qu'on peut lui faire confiance, cependant, son nom ne me dit rien et je ne sais pas si il a pu être sous les ordres de Gelma.

-Très bien, nous faisons passer le message.

Le jeune parrain raccrocha et se remit en position de méditation, sans toutefois s'immerger totalement dans ses pensées, une partie de son esprit concentrée sur la porte qui n'allait pas tarder à s'ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shade
Disparu(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 16
Age : 25
Pouvoir spécial : Invisibilité
invocation des ombres
marque des ténebres
invocation de la lame enchainé
Niveau de combat : 33
Date d'inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mer 29 Avr - 16:17

-Garde1:Vas y,tu peux y aller mais laisse moi ton sabre,tu le retrouveras peut être plus tard.

Shade laissa son sabre au garde,perplexe car le boss lui laisserait son katana mais c'est juste pour des raisons de sécurité pansa-t-il.Après être rentré,l'un des gardes lui indicat le chemin vers le parrain.En chemin il regarda les couloirs de plus près,vit un ou deux garde a chaque porte et se demanda bien ce qu'il pouvait se renferme derrière ses portes,puis arriva devant la porte,se presenta aux gardes qui étaient un peu plus nombreux et entra dans la piece plongée dans la pénombre,puit vit un homme,qui n'était pas le treizieme,qui le regardait fixement

-Shade:Je me nomme Shade et je viens voir le treizieme,d'après ce que je peux voir il n'a pas l'air içi,ou est il?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mer 29 Avr - 20:29

Terano poussa un soupir. C'était donc ça. Replaçant le téléphone qu'il venait de raccrocher après sa courte discussion avec Aiendro, le jeune parrain reprit un air grave et répondit :

-Cela fait maintenant presque deux mois que le treizième est mort. Malgré mon jeune âge, il m'a choisi avant son décés pour lui succéder et j'ai passé son épreuve, ce qui fait de moi le quatorzième parrain Gioli.

Puis le jeune homme se leva de son bureau et se plaça face à l'assassin avant de lui dire tout en lui tendant la main :

-Je suis Terano Gioli, et je suis enchanté de voir un de nos membres recruté à l'époque où le trio des treizièmes régnait sur la famille Gioli. A présent, je suis le seul quatorzième, et les treizièmes de nos deux autres familles sont morts il y a un mois. Nous avons récemment trouvé leur assassin, mais elle a réussi à nous échapper, bien que nous lui ayons fait subir une belle défaite. J'espère que je pourrais compter sur votre soutien lors du probable combat qui nous opposera de nouveau à Gelma Felina.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shade
Disparu(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 16
Age : 25
Pouvoir spécial : Invisibilité
invocation des ombres
marque des ténebres
invocation de la lame enchainé
Niveau de combat : 33
Date d'inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mer 29 Avr - 22:33

Shade ne savais pas ce qu'il devait dire,cela faisait plus de deux mois que le treizieme est mort et personne ne lui avait rien dit,en plus le pire c'est que c'était Gelma

-Le treizieme mort...Encore cette Gelma qui fout tout en l'air!Si vous êtes le quatorzieme je vais vous jurer fidelité comme je l'ai fait avec votre pere...et mon mentor,je veux vous aidez a coincé Gelma, elle nous a assez mis des batons dans les roues ! Dis moi que dois-je faire?

Shade regardait fixement le nouveau boss Terano
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mer 29 Avr - 23:25

Terano eut un faible sourire en entendant les paroles de l'assassin. Il était plein de fougues et de vivacités, et si il avait ce titre, il devait être un bon guerrier. Aussi, quand le jeune parrain répondit, ce fut sur un ton souriant :

-Votre jurement me touche profondément, et je saurais y faire appelle en temps voulu. Cependant, pour l'instant, vous êtes libre d'agir comme vous le voulez. Mes lieutenants ainsi que la meilleure équipe dont je dispose sont en ce moment en train de faire des recherches afin d'intercepter Gelma le plus vite possible, et peut-être de la vaincre avant qu'elle ne puisse à nouveau nous nuire.

Le jeune parrain réfléchit un instant, puis dit :

-Avez-vous un appartement ou une maison en ville ? Si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas à le dire, la famille possède encore quelques planques dans la ville qui sont facilement adaptables de façon à pouvoir y vivre convenablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shade
Disparu(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 16
Age : 25
Pouvoir spécial : Invisibilité
invocation des ombres
marque des ténebres
invocation de la lame enchainé
Niveau de combat : 33
Date d'inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Jeu 30 Avr - 21:10

-Je vous remerci de cette orfre mais avec mon metier il vaut mieu ne pas dormir,de toute facon je deviens asomniaque et j'ai même reussi a ce que les cernes s'effacent et je ne suis jamais fatigué...ou presque,ne vous inquieté pas pour sa!Ah aufait vous pouvez connaitre une de mes specialités!Regarde des moi,vous m'entendez ma respiration et vous pouvez persevoir une onde provenant de moi,si vous ne l'a persevez pas c'est pas bien grave.Peu a peu vous ne sentirez plus cette onde,vous n'entendez plus ma respiration ni même un de mes battement de coeur puis vous ne me verez plus du tout,mais je resterez la dans l'ombre.

Sahde arreta de respirer,ferma les yeux et devint invisible en allant dans la penombre

([HRP]Rien de mieu pour l'instant,je chercherais des technique un peu plus sophistiquer[/HRP])

Shade sorti de l'ombre pret de Terano qui ne l'avait pas encore remarqué

-Est ce que vous trouvez sa flippant?J'espere bien que non,bon je dois aller m'entrainer car je dois faire plusieurs exercices pour m'intenir ma forme,seul probleme je vais devoir retrouver le garde qui m'a prit mon arme,bon je vous dit au revoir,j'attendrais les ordres.

Shade fit signe de la tête pour dire au revoir et parti vers la porte pour aller chercher le garde qui se trouvait a l'entré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Ven 1 Mai - 14:36

Le jeune homme sourit. Un don intéressant, mais Terano avait à présent quelque chose d'important à faire. Avant que shade ne sorte, terano lui dit qu'il pourrait récupérer son sabre en sortant du bureau, et qu'il était libre d'aller où il voulait, sauf dans les salles-laboratoires. n°2
Une fois l'assassin sorti, le quatorzième du nom quitta à son tour le bureau pour se rendre à l'ascenseur n°2, celui qui menait dans son garage. En effet, le parrain Gioli pressentait que la personne qui avait réussi à pénétrer l'esprit de son subordonné ne tarderait pas à se rendre à l'adresse de la maison à la rue Fausto.


==>Maison de Terano (j'aurais du penser à la créer plus tôt au lieu de l'insérer à la planque, ça fait pas pratique... je vais juste découper un peu les posts pour que ce qui s'y est passé y soit, puis après je mets mon post d'attente et tu peux te ramener, Trysh)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Jeu 7 Mai - 22:25

==> Maison de Terano

Zack doutait. Il se rappellait des mises en garde dont sa mère lui avait faire part. Il devait à tout prix trouver un moyen pour se défendre.
Alors qu’il retirait le poignard de sa cachette, Trysh ouvrit les yeux.
Aussitôt, elle s’appuya à l’aide de ses bras sur le haut de son dos et bascula son corps vers l’arrière. Une fois suffisamment penchée, la jeune femme bascula très rapidement vers l’avant et se retrouva ainsi debout en un clin d’œil, tout en prenant une position de garde au corps à corps. Elle sauta en bas du brancard, et plongea son regard dans celui de son fils.
Soudain, un voile lumineux se forma autour des gamins et de Trysh, qui se tourna immédiatement vers Terano.


<< Merci de me faciliter les choses, ricana-t-elle en exhibant son bras recouvert de bandages.>>

Le champ de force érigeait par Zack, contre sa volonté, était totalement inviolable, aussi bien de l'intérieur que de l'extérieur.
Ainsi, Trysh ne serait pas dérangée pour effectuer sa basse besogne. Elle voulut tout d'abord s'en prendre à Lilith, mais voyant ce dernier marmonner des choses incompréhensibles, totalement renfermé sur lui-même, elle se résigna.


<< On va commencer par toi, tout compte fait. >>


Suite à ses mots, elle porta sa main vers son holster. Vide. Elle comprit sombrement que son arme avait du rester à l'étage, là où elle s'était précedemment évanouie. N'ayant aucune autre solution, elle dégaina son épée.
Zack était terrorisé. Il tenait le poignard brandit devant lui, les mains couvertes de sueur. Lorsque sa mère se rapprocha dangereusement, il s'affaissa contre la paroi chatoyante, et lui entailla la jambe. Et aussi soudainement qu'avait eu lieu l'attaque, Trysh s'immobilisa, une nouvelle expression sur le visage : son sourire sadique s'était changé en un rictus.


<< Je vois qu'on a pas écouté mes... commença Charlène. >>

Mais elle ne finit pas sa phrase. Baissant les yeux, elle observa la tache cramoisie qui s´étendait sur sa poitrine et le poignard qui la transperçait. Zack ouvrit la bouche, mais aucun son n´en sortit. La jeune femme respirait très difficilement, et avait la gorge nouée. Le gamin blond voulut s´approcher d´elle, mais elle l´en empêcha :

<< Ca... Ca ne devait pas se passer comme ça mais... Merci, balbutia-t-elle, Gioli, n'espérez pas ma gratitude.

- Non ! Maman ! Pa-pardon.. Je-je voulais pas mourir ! >>


Son corps bascula en arrière et elle s´écrasa sur le brancard qui se teinta de rouge. Zack observa, l´horreur peinte sur son visage, ce spectacle terrifiant qu´était le corps inerte de sa mère. Il se releva, complètement désorienté... Mais qu´est-ce qu´il avait fait ? Pourquoi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Jeu 7 Mai - 22:58

Terano assista à la scène sans rien pouvoir faire. Le champ dont elle s'était entourée était impénétrable, aucun doute là-dessus. Mais quand le poignard s'enfonça dans le coprs de Trysh, et que ce fut Charlène qui revint, la jeune femme s'évanouit à cause de la blessure trop importante. Le champ de force s'effaça en même temps. Quelques secondes plus tard, les portes de l'ascenseur s'ouvrirent.

-Zack, Lilith, aidez moi à transporter votre mère. On peut encore la sauver !

Il espérait que ses mots étaient vrais, mais chaque seconde qui passait leur faisait perdre de la valeur. Ils coururent presque avec le brancard et atteignirent le bloc médical. Aiendro l'attendait. Il fit une légère moue en reconnaissant Trysh et les deux enfants, mais il ne dit rien. Ils posèrent délicatement la jeune femme sur le lit, puis l'opération commença l'instant suivi. Cinq médecins étaient là, autour de la jeune femme, s'occupant sur deux points : retirer le poignard sans causer plus de dommages et voir quels dégats il avait infligé sur le corps de Trysh.
Après une minute, ils sortirent le poignard, dégoulinant de sang. Les radios indiquaient qu'aucun organe n'était touché, en revanche, elle allait mourrir d'une hémorragie interne si ils n'opéraient pas bien vite.
Il allait sembler évident qu'ils n'arriveraient à rien à ce train là. La blessure était bien trop importante pour être guérie en si peu de temps. Terano demanda à Aiendro de s'occuper de faire sortir les deux enfants, tandis que lui-même observait le visage de Trysh. Il repensait aux dernière paroles de Charlène. Elles ne l'avaient pas blessé, et il les avait même comprises : il n'avait pas fait ce qu'elle lui avait demandé, et avait même agi à l'inverse. Normal qu'elle lui en veuille. Mais une part de lui-même était déçu, et il ne souhaitait pas la voir mourir.


*Tiens bon, Charlène. Pour ton plus grand malheur, je ferai tout pour que tu t'en sortes, tout comme tu as aidé mon esprit à survivre.*

Au moment même où il prononçait ces mots mentalement, il se rendit compte de leur importance. Lorsqu'il était là-bas, il avait gardé en lui une faible part du pouvoir de guérison avec lequel Charlène le soignait. Et si à présent, grâce à ses dons de transformation, il parvenait à utiliser cette énergie afin de guérir non plus l'esprit, mais le corps...

-Messieurs, s'il vous plait. Je vais essayer quelque chose afin de stopper l'hémorragie. Continuez à opérer en même temps, mais sortez progressivement de la blessure en même temps que j'agirais.

Les médecins hochèrent la tête. Terano fouilla au coeur de son esprit, et trouva les réserves absorbées quelques minutes plus tôt, lors du duel d'esprits. Il les dégagea, et utilisant son don de transformation, commença à guérir la blessure. A son grand étonnement, comme il n'y avait qu'une seule blessure à guérir, le don semblait plutôt efficace. La première chose qu'il fit fut d'arrêter l'hémorragie, et de réparer quelques tissus internes. Il laissa ensuite les chirurgiens terminer l'opération. Ils réussirent à recoller les parois de la blessure, puis, lorsqu'ils allaient commencer à recoudre la peau, Terano intervint de nouveau. Utilisant ce qui lui restait de don, il souda tout simplement la peau à l'endroit de la blessure, jusqu'à ne plus laisser aucune trace.
Le jeune parrain recula, s'assit sur une chaise, puis souffla de soulagement, sous les félicitations des médecins, qui n'auraient jamais réussi à tant sans son aide.

Le quatorzième Gioli sortit de la salle, et rejoignit Aiendro et les deux enfants. Le frère du jeune homme le le fixait d'un air interrogateur, auquel il reçut comme réponse :


-C'est bon. Elle est sauvée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carten Agostino
Mort(e)
avatar

Fiche : L'exhib
Masculin Nombre de messages : 735
Pouvoir spécial : Pouvoir de la lumière
Niveau de combat : 53
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Ven 8 Mai - 13:13

[ +1 Pour terano et Trysh : égalité =D ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Ven 8 Mai - 17:35

Charlène était là, immobile, incapable de bouger tellement la fatigue se faisait ressentir. Elle ne sentait plus son corps, et quelque chose lui disait que ça valait mieux pour elle. Le jeune femme n’avait même plus assez de force pour ouvrir l’œil. Elle entendait des sons, comme des personnes qui parlaient sans qu’elle parvienne à comprendre un traître mot de ce qu’il se disait. Les voix ressemblaient plus à des chuchotements qu’autre chose. Cela avait pour conséquence de lui donner mal au crâne.
Les sensations lui revenaient peu à peu. Charlène fut prit d’une toux soudaine et cracha un filet de sang, directement expulsé depuis ses poumons. Elle entrouvrit un œil pour tenter de regarder autour d'elle. Les lumières l’éblouissaient, elle voyait trouble et n’arrivait qu’à distinguer les silhouettes qui l’entouraient.
Le jeune femme tenta de lever son bras pour se donner un appui afin de se relever. Mais elle sentit une intense douleur qui lui traversa le membre. La douleur se répandit ensuite dans tout le corps.

Sa vue, déjà très troublée, sembla se dérégler d’avantage. Tout s’assombrit et elle perdit de nouveau connaissance…

Elle se réveilla confortablement installée dans un lit. La première chose qu’elle fit, fut de regarder sa poitrine : cette dernière semblait intacte. Elle se redressa alors en position assise et regarda frénétiquement autour d'elle. La pièce était assez vaste et peu décorée. Hormis la présence du lit, un canapé se trouvait dans un coin de la pièce. Ses gamins se reposaient sur ce dernier, totalement épuisés par les événements. Elle se sentait étrangement mélancolique et poussa donc un profond soupir, essayant de se rassurer en songeant que la situation aurait pu être bien pire après ce qu’il s’était passé.
Elle profita donc de cet instant de répits pour se remémorer l'événement qui lui avait valu de reprendre possesion de son corps.

Trysh s'était rapidement rendu compte de la supercherie, et dans un accès de fureur, s'était de nouveau prise à Charlène. Cette dernière avait profité du coup qu'avait asséné Zack à son double, pour lui renvoyer toute la douleur et les émotions qu'elle avait enduré. Cette action avait eu pour effet de plonger Trysh dans une sorte de léthargie.
Elle se rappelait aussi d'une étrange lumière éclatante, où plusieurs silhouettes s'y tenaient. Cette vision lui avait apporté une joie sans fin, mais avant qu'elle ait pu faire quoi que ce soit, le néant l'avait englouti.


*Rah, en plus, j'ai faim, j'ai soif, j'ai envie de fumer, j'ai mal au crâne, j'ai chaud, j'ai...*

Charlène cligna des yeux à plusieurs reprises pour sortir de sa rêverie avant de tourner son regard vers Terano et Aiendro. Elle ne s’était pas rendue compte que les deux hommes se tenaient à ses côtés. Elle leur décocha un regard qui se voulait méprisant, tout en plaquant les couvertures sur sa gorge.

<< Bordel, j'ai l'impression d'être le nain de DN... Ah euh, vous n'auriez jamais du agir ainsi... J'espère que vous êtes fier de m'avoir condamnée une fois de plus à cette vie d'animal en cage. Dire qu'il a fallu que je tombe sur le parrain le plus sot au monde pour faire échouer tous mes...>>

Soudain, la gamine se rendit compte de l’erreur qu’elle venait de commettre, et se mordit les lèvres. Elle baissa les yeux, se gratta la poitrine avec un air perplexe, et changea de sujet.


<< Et j'aimerai rencontrer la personne qui m'a soignée, afin de lui éclater la tête et repeindre les murs avec sa cervelle...>>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Ven 8 Mai - 22:26

Terano observa sans broncher la jeune femme se réveiller, l'écouta sans rien dire. Quand elle eut terminé, il fit un signe à la fenêtre du bloc, et quelqu'un entra, portant un plateau repas (tu mettras toi-même ce qu'il y a dedans si tu veux). Pas le must du must, mais le jeune homme se doutait que Charlène devait être affamée. Puis une fois qu'elle fut servie, il prit une chaise qu'il installa à côté du lit et parla :

-De plusieurs choses l'une... La différence entre toi et le nain de DN, c'est qu'à priori tu n'as pas encore pris de chiantos... Et ensuite, qui a dit que tu allais devenir un animal en cage ? Notre accord tient toujours, sauf si tu souhaites te désister, mais ce n'est pas parce que tu seras sous mes ordres que tu n'auras aucune lberté. De plus, j'en ai strictement rien à faire d'être le parrain le plus sot au monde : chaque vie est importante, et jusqu'à nouvel ordre, tu étais par notre accord liée à ma famille. Et je n'ai jamais laissé tomber un seul des miens. Je ne tiens pas à savoir ce que j'ai pu faire échouer.

Il reprit sa respiration, et regarda la jeune femme droit dans les yeux. Son regard ambré était calme, et on pouvait difficilement y lire une émotion. Puis il prit de nouveau la parole :

-Et puisque la question semble t'intéresser... C'est ton propre pouvoir, celui que j'ai absorbé pendant le duel mental, et que j'ai su réutiliser, qui t'a sauvée la vie. Et même si c'est d'une certaine façon moi qui t'ai sauvée, c'est uniquement grâce et à cause de ce que tu as fait pour moi-même, il y a quelques heures. Aussi, je ne regrette aucunement ce que j'ai fait, car je te le devais, et les regrets ne me prendront même pas, même si tu décidais de devenir mon ennemie.


*Même si il est vrai qu'un tel acte me décevrait et m'attristerait grandement...*

Le jeune homme croisa les jambes. Il avait dit ce qu'il avait à dire, et ne pensait pas qu'il fut nécessaire d'en dire plus : ce n'était pas à lui, mais elle de faire un choix, et ce dès à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Sam 9 Mai - 1:30

La jeune femme prit une tranche de fromage et se la fourra dans la bouche. Posée sur le plateau, il y avait une bouteille d'eau minérale, et elle s'en servit pour faire passer le fromage. Elle se sentit mieux et son esprit s'éclaircit. Elle rompit un gros morceau de pain et mâcha en écoutant le parrain avouer son audace.

*Alors, c'est bien ce nigaud qui m'a soignée...*

Charlène avala sa salive avec difficulté.
Elle trouva la situation plus troublante que jamais. Alors même qu'elle avait subi une des expériences les plus difficiles de sa courte existence, elle se trouvait confrontée à une autre qui la déstabilisait au moins autant, mais d'une tout autre manière.


*Oh my... Ca veut dire qu'il a vu ma... Il a vu ma poi... Argh, je veux disparaître...*

La jeune fille sentit toute la colère, la confusion, la honte et les douleurs de la journée remonter en elle.
Cette dernière bondit sur ses pieds, et frappa de toutes ses forces dans le plateau, dont le contenu s'éparpilla dans la pièce à une vitesse hallucinante. Ses yeux s'écarquillèrent et elle fit un pas vers Terano en gesticulant avec sa bouteille d'eau.


<< Sodomite de votre engeance ! Non seulement, vous êtes une cloche doublée d'un obsédé, mais vous êtes aussi dur de la feuille ! Quand je citais ce bon vieux nain, c'était pour la simple et bonne raison que lui aussi a été ramené dans un monde pourri jusqu'à l'os, alors qu'il avait trouvé le salut ! Pour l'animal en cage, oubliez-ça ! Vous êtes incapable de comprendre ce que c'est d'être enchaînée à l'intérieur de son propre corps, et voir une partie de vous-même annihiler tout ce qui vous est précieux ! Et j'en ai plus rien à battre de notre accord ! >>


Elle réalisa soudain qu'avec sa bouteille d'eau brandie au-dessus de la tête, elle devait avoir l'air parfaitement ridicule. Les yeux du parrain étaient fixés sur la tranche de pain qu'elle tenait contre son holster, avec le pouce passé dans une boucle de sa ceinture, ce qui ne faisait qu'ajouter au comique de la scène. Mais le pire, selon elle, était son maillot qui baillait dangereusement, et offrait une vue imprenable sur sa poitrine. Elle poussa un cri embarrassé, et plongea sous la couverture.
Elle sentit sa colère se dissiper pour laisser place au chagrin.


<< Je suis désolée, Gioli. Je n'avais pas le droit de vous hurler dessus comme ça... Mais, je... J'étais tellement heureuse à l'idée de passer le cap que... J'ai agi égoïstement, en mettant la vie des gamins en danger, et la votre par la même occasion... Si seulement, je n'étais pas mains et poings liés par cette promesse absurde... J'aurais pu mettre fin à ce calvaire par moi-même... Tout ça est entièrement de ma faute... Pour être franche, c'était pour protéger les gamins de moi-même que je voulais votre protection... Et je me moque de vous décevoir... Rien que par mon existence, et par nos actes, je désappointe les gens... Je n'aurai jamais du voir le jour, vous savez. Je ne suis qu'une erreur, donc ne me dites pas que chaque vie a son importance. Pas la mienne... Alors, que je vous attriste en me retournant contre vous... Ou.. Je-je sais plus quoi faire... >>


Après ce pathétique monologue, elle se contenta de plonger sa tête dans ses bras et de pleurer à chaudes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Sam 9 Mai - 23:59

Terano, qui s'était servi un verre d'eau, faillit recracher ce qu'il avait bu lorsuqu'une étrange pensée l'effleura pendant un court instant. Une pensée qu'il était pourtant sur de ne pas être la sienne, mais qui avait de quoi le gêner... Il n'eut pas le temps d'en comprendre plus que Charlène s'énerva soudain et éparpilla de façon remarquable le contenu de son plateau. Après quelques injures et autres plaintes très énervées - qui, bien que ne changeant rien à la position de Terano, lui fit tout de même éprouver un peu de compassion pour la jeune femme.
Puis soudain, après avoir remarqué qu'elle était ridicule à force de brandir une bouteille d'eau -ainsi que d'autres détails- la tension sembla se relâcher d'un seul coup, et elle sembla tout de suite terriblement embarrassée, et le jeune parrain voyait qu'à présent le chagrin avait remplacé la colère.
Elle commença alors à s'excuser pour lui avoir crié dessus de la sorte, et tenta de s'expliquer, d'abord en disant pourquoi elle avait fait ça, puis pourquoi elle était venue le voir. Elle commença à dire qu'elle était une erreur, et que sa vie n'avait pas d'importance...
Terano répondit alors, tentant vainement de sourire :


-Mais qu'est-ce que tu crois ? On fait tous des erreurs dans notre vie, et je pense pas en avoir fait des moindres que les tiennes. Tu te dis une erreur, mais est-ce toi qui formule ces mots, ou bien d'autres te l'ont dit ? Ne prends pas pour acquis ce que l'ont dit de toi. Si j'avais fait pareil, je serais resté dans mon bled paumé en Sicile avec pour seule compagnie 4 vaches et des vignes.
On a toujours le choix, il suffit de faire le bon.


Il prit un air compatissant, puis, se voulant réconfortant, s'assit finalement sur le lit à côté de la jeune femme, et, posant une main sur son épaule, dit calmement :

-Personne ne peut décider à ta place de ce que tu feras à l'avenir, et même si parfois ce que tu feras attristera certaines personnes, tant que tu penses que tu as raison, ne laisse personne te détourner de ta voie. Ce que je dis, je ne le dirai pas pour certains, mais je ne le dirais pas pour d'autres, car je te pense capable de suivre une voie qui sera juste pour toi comme pour ceux à qui tu tiens...

En même temps qu'il parlait, un des mots que Terano prononça lui parut bizarre. Comme un écho... Charlène l'avait dit, en parlant de lui-même, si jamais elle décidait de se retourner contre lui... chose qu'il n'avait pas dite, mais uniquement...

-Un instant, Charlène... Ce n'est peut-être pas important mais... Comment as-tu su que le fait de te retourner contre moi m'attristerait, alors que je ne l'ai pas dit ? Ou bien c'était une simple supposition... Pardonne moi si la question te parait bizarre, mais je suis pris d'un léger doute, en fait.

Le doute était simple, mais posait un petit problème : en pénétrant dans l'esprit de Charlène comme il l'avait fait, et à cause de ce qu'il s'y était passé, il était possible qu'un lien se soit formé, et qui faisait que les deux esprits pouvaient constamment lire l'un dans l'autre... à supposer qu'un tel lien soit possible, et existe dans le cas présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Dim 10 Mai - 23:11

De grands sanglots déchirants secouaient Charlène, et elle avait les poings serrés sur son maillot. Les paroles "réconfortantes" de Terano, ne renforçaient que son mal être et la déstabilisaient. Pensait-il vraiment qu'elle n'avait pas déjà pensé à tout ça ? Maintes et maintes fois, elle avait retourné le sujet, et la conclusion restait toujours la même : elle ne pouvait rien faire.
Ses larmes se calmèrent, et elle renifla. Malgré tout son entraînement et ses manières désaxées, elle restait une jeune fille de dix-sept qui avait été bouleversée, quand Terano lui avait montré de la compassion. Alors, elle se réfugia dans le rôle qu'elle connaissait le mieux : celui d'une gamine hautaine. S'efforçant de prendre un ton autoritaire et cinglant, elle dit :


<< C'est pas avec des discours bidons et consensuelles qu'on va faire changer les choses, donc Gioli, si c'est pour dire des conneries pareilles, vaut mieux qu'vous fermez votre gueule*. Et ravalez votre pitié avant que je m'en charge personnellement ! >>

Comme si elle avait senti un brusquement changement d'humeur de la part de Terano, elle frissona.
Pire encore, ce dernier avait profité de la situation pour passer sa main sur son épaule. La gamine tressaillit et recula avec une légère expression de dégoût sur le visage. Puis, voyant que Terano tentait de sourire, elle le frappa du poing sur l’épaule en lui promettant qu’elle se vengerait de cette attitude immonde. Elle s'acharna ainsi un long moment, désespérée de ne pas le voir grimacer, mais sans succès.


<< Mais allez mourir ! >>

Soudain, une lueur meurtrière apparut dans ses yeux vairons. Si sa résistance lui empêchait d'avoir mal, qu'en était-il de ses joyaux ? Après cette idée plutôt farfelue, elle mit son plan à exécution, avec un grand sourire. Elle fit un tour sur elle-même et envoya son pied dans la zone visée, le plus violemment possible.


<< Strike ! >>

Elle éclata de rire, les mains coinçaient dans le creux de ses hanches. Sa tentative avait relativement réussi, puisqu'elle avait arraché une grimace au parrain.

<< La prochaine fois que vous posez vos mains répugnantes sur ma personne, vous pourrez postuler dans un Harem. Ah et, non, j'étais persuadée que vous aviez exprimé la possibilité de votre désappointement à haute voix. Donc pour le lien qui s'est soi-disant crée entre nous... J'espère que ça ne fonctionne qu'à courte distance, parce que sinon... C'est plutôt horrible comme châtiment... Mais on va vérifier ça immédiatement. Restez ici, j'vais m'éloigner pour confirmer mon hypothèse. >>

Avant même que le parrain ait eu le temps de poser la moindre question, elle avait déjà quitté la chambre et refermé la porte derrière elle.

*Au moins, ce pitoyable asticot pourra m'être utile en tant que Baby-sitter. Allons fouttre la trouille aux gardes... Avec un peu de chance, ils me prendront pour un monstre et tirons à vue... Quelle délicieuse idée.*

Les yeux rougis et les poings levés, elle s'élança dans le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Dim 10 Mai - 23:36

Visiblement, Charlène ne sembla pas vraiment apprécier plus que ça les paroles de Terano. Bon, fallait avouer qu'il avait rarement affaire à des gens aussi désespérés...
Elle n'apprécia pas non plus le fait qu'il pose une main sur son épaule, puisqu'elle tenta en vain de lui massacrer l'épaule. Elle changea soudainement de cible et lui envoya un magnifique coup de pied dans la partie la plus sensible de son anatomie. Le jeune homme fit une légère grimace par réflexe, même si c'était plus dû à la surprise qu'au fait d'avoir eu mal (et oui, même à cet endroit là il est résistant).

Il faillit par contre éclater de rire en entendant la réponse de la jeune femme à sa pensée concernant le lien télépathique. Ca confirmait déjà l'existence du lien, et ça l'amusait malgré lui de voir qu'elle considérait comme un châtiment.
Elle proposa de s'éloigner pour voir si le lien faisait effet à distance. elle sortit de la pièce et alla faire un tour dans le couloir, tandis que Terano attendait patiemment.
Soudain, des pensées commencèrent à surgir dans son esprit :


*Au moins, ce pitoyable asticot pourra m'être utile en tant que Baby-sitter. Allons fouttre la trouille aux gardes... Avec un peu de chance, ils me prendront pour un monstre et tirons à vue... Quelle délicieuse idée.*

Le jeune parrain éclata définitivement de rire, tellement c'était ironique. Soit elle le faisait exprès, soit elle espérait vraiment que le lien était rompu à longue distance. Bon, visiblement, c'était pas le cas. Le jeune homme pensa alors pour lui-même :

*Bon, profitons que la mégère lunatique est pas dans mes basques pour avoir un peu de temps à moi... C'est que faudrait qu'elle apprenne à grandir et à arrêter de pleurnicher comme une môme de cinq ans. A tous les coups elle est allé faire l'andouille dans les couloirs... Bon vais envoyer Aiendro la ramener... le pauvre, déjà qu'il aime pas les mômes, je suis pas sympa de lui infliger ça n'empêche...*

Puis le jeune homme alla voir effectivement Aiendro, qui attendait à l'extérieur du bloc, et lui dit :

-Aiendro, tu peux faire passer le message aux gardes que si ils voient une jeune femme pas saine d'esprit et aux allures de monstre, qu'ils se contentent de la ramener ici sans essayer de la neutraliser.

-Je fais ça frérot... ça a pas l'air d'être un cadeau n'empêche celle-là...

-C'est vrai, mais je pense qu'on peut raisonnablement lui faire confiance, et puis j'aime bien son sens de l'humour.

-... Je vais prévenir les gardes.

-Tu me gâches tout le plaisir, Ien. Bon, je retourne dans le bloc, envoie-la moi dès qu'elle est revenue.


L'homme se contenta de faire un geste de la main, signe qu'il s'occupait de tout, puis Terano repartit dans le bloc et s'allongea sans gêne sur le lit, les bras croisés derrière sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Lun 11 Mai - 20:11

Adossée dans un renfoncement du couloir, Charlène semblait perdue dans ses pensées. Quelque chose ne collait pas et la tracassait. Les gamins n'avaient pas bougé alors qu'elle avait hurlé de toutes ses forces. Même s'ils étaient épuisés, son éclat de voix aurait du les sortir de leur sommeil. Alors pourquoi ? Une pensée la fit frissonner. Et si... Non, ce n'était pas le genre de Terano. Peut-être qu'elle n'était tout simplement pas étrangère à ce phénomène...
Elle n'eut pas le temps de réfléchir d'avantage : un rire mélodieux la fit brusquement sortir de son débat intérieur. Le dégoût ressentit de prime abord par Charlène fût remplacé peu à peu par la fierté légitime d'avoir enfin vaincu le bloc d'impassibilité qu'était Terano. Les pensées de ce dernier, ne tardèrent pas à s'immiscer dans l'esprit de la gamine, qui se renfrogna. Elle n'était pas lunatique ! Elle n'y pouvait rien si, en pleine crise d'adolescence, ses hormones travaillaient et la rendaient plus qu'émotive. Elle capta l'échange entres les deux frères, ce qui entraîna un froncement de sourcils.


*Pourquoi les hommes s'obstine à m'enlever tout plaisir ? Et qu'il enlève ses fesses de MON lit ! ... Je n'ai pas envie que son odeur corporelle stagne sur les couvertures. Et ... Oh non...*

Elle renifla son épaule, et poussa un petit cri répugné.


*Dès que l'occasion se présente, je me jette dans une rivière pour enlever toute trace de ce... Et je brûlerai mes vêtements par la même occasion.*

Après s'être décidée sur la meilleur façon d'opérer, elle se résigna à arranger son allure. Même si elle voulait se faire passer pour une succube, l'idée de se pavaner débraillée la dérangeait fortement. Elle attrapa une épingle à nourrice, qui était accroché à sa jupe, et referma le devant son maillot. De cette façon, plus personne ne pourrait la lorgner à son insu.
La jeune femme partit dans le dédale des couloirs, prenant au passage un bâton en bois qui traînait contre un mur.


Arrivée à un croisement, Charlène perçut l'agitation dont faisaient preuve les mafieux. Elle leva les yeux au ciel avec un sourire innocent et poussa un profond soupir résigné.
Lentement, la gamine fit glisser son balai qui lui battait l'épaule. Lorsque les soldats se rapprochèrent dangereusement, elle bondit et s'écria :


<< Saluut ! >>

Le garde le plus proche faillit tomber à la renverse à la vue de cette personne maigrichonne qui avait l'air étrange et un peu fou. Charlène se mit à gesticuler. Soudain, une dizaine d'hommes se précipitèrent sur elle.
Dès que l'un des mafieux commençait à s'approcher de Charlène, cette dernière, très maligne, l'esquivait sans aucune difficulté. L'un après l'autre, ses adversaires parvenaient presque à l'attraper mais, à chaque fois, la jeune femme, très alerte, faisait un bon de côté, sans jamais cesser de rire de façon hystérique. A trois reprises, elle plongea sous les bras d'un homme qui voulait la ceinturer, en fit trébucher un autre, et passa en courant à côté d'un troisième, avant que personne ait eu le temps de réaliser ce qui se passait. Lorsque les bras des gardes se tendaient vers elle, elle se laissait rouler sur le sol, et lorsque ses adversaires plongeaient pour la plaquer à terre, elle bondissait dans les airs. A chaque fois qu'une main voulait se refermer sur elle, elle ne rencontrait que le vide. Elle poussait des petits cris tout en s'esclaffant et le bruit ne faisait qu'enrager les soldats, les poussant à agir impulsivement.
Finalement, un des hommes hurla un ordre et ils se déployèrent pour encercler Charlène. Cette dernière, plus que lassée par ce jeu stupide, empoigna son balais à deux mains, et lança d'un air de défi :


<< Toutes mes félicitations. Je vous avoue que je ne m'attendais pas à ça de votre part. Vous pensiez certainement avec ce petit plan avoir à nouveau un coup d'avance. Malheureusement, je crois que vous aviez omis un petit détail. Je suis Charlène Ayleth ! J'ai suivi les plus grandes écoles de combat ! Je vais être la déesse d'une nouvelle ère ! Je ferais face au monde entier ! Seule ! Vous pouvez tout essayer, mais me vaincre, jamais ! Les circonstances font que nous traiterons jamais d'égal à égal. Force est de constater que certains sont pourtant plus puissants que d'autres. Agenouillez-vous et laissez-moi partir. Je suis un peu lasse. Je ne vous salue pas, messieurs. >>

Amusés par l'air sérieux que prenait la gamine pour réciter son discours, les hommes s'esclaffèrent. Piquée au vif par leur réaction, Charlène montra les dents.

<< Allez, suis-nous sans faire d'histoire. >>

Celui qui venait de prendre la parole, souriait, jubilant intérieurement de l'agacement de cette gamine. Armée de son balais, cette dernière frappa violemment le petit orteil de son interlocuteur, le faisant hurler de douleur. Les rôles ainsi inversés un petit moment, Charlène s'appuya tranquillement sur son bâton pour regarder cette souffrance inouïe mais finalement sans aucune gravité. Profitant de ce moment de confusion intense, elle s'insinua dans son esprit pour lui faire gober des âneries.

*Je suis ton ex-femme, et j'viens réclamer une augmentation de la pension pour tes rejetons...*

Sentant un grand danger, elle se propulsa vers l'arrière, assomma trois gardes en faisant tournoyer son balai, et les entraîna dans sa chute. Elle sentit une salve de balles les frôler de peu, ce qui l'indigna. Même si son plus grand souhait était de passer l'arme à gauche, faire mourir des "innocents" n'était plus dans ses intentions.


<< Ne tire pas idiot ! On nous a donnés l'ordre de la ramener en état.>>

L'homme qui avait tiré, fut rapidement maîtrisé par ses compagnons. Charlène s'assit sur le torse d'un des gardes, auquel elle avait sauvé la vie, et plongea son regard dans le sien. Une idée assez saugrenue la faisait jubiler... Et la mettre en exécution l'amusait encore plus.

* Papa ! Monsieur Gioli m'a fait des avances... Et-et... Il a abusé de moi ! Fais-lui payer... Sauve mon honneur... *

Le visage du corrompu oscillait entre l'indignation et l'exécration. Les mains tremblantes, il attrapa la gamine - qui se retint de hurler - par les épaules, et la repoussa délicatement sur le sol. Il se releva, tout en se saisissant de son arme, et partit en trombe vers la position de Terano. Charlène exultait, attendant impatiemment la réaction qu'aurait le parrain face à cette situation. Elle évita un coup de pied de justesse, en roulant sur le côté, et dévisagea son agresseur.

*Enchantée Monsieur Comini Angelo. Je me prénomme Ayleth Charlène, agent du fisc.*

Angelo poussa un grand cri guerrier qui glaça le sang de Charlène, un peu surprise de cette réaction. Soudain, un de ses compatriotes vit que le fourreau de l'homme se déroulait de lui-même et que la double lame tremblait. Il eut juste le temps de lâcher Angelo au moment où l’arme s’envola hors de son fourreau vers sa main gauche.
Charlène devint livide tandis que sa pupille se rétractait le plus possible. Elle se jeta à terre en se mettant les mains sur la tête juste au moment où l’arme d'Angelo fendit l’air, lui arrachant une touffe de cheveux et tranchant au passage le mur sur lequel la gamine s’était appuyée auparavant. Alors que la porte tomba au sol dans un fracas épouvantable, un des gardes vit la gamine en train de courir à une vitesse impressionnante, poussant de grands cris. Aussitôt, l’hystérique se lança à sa poursuite en vociférant.
Charlène courrait à toute allure le long du couloir, se penchant à plus de 60° quand le chemin tournait pour éviter que sa vitesse l’entraîne dans un mur et frôlant à peine le sol. Angelo se rapprochait dangereusement en brandissant son arme maléfique et en poussant des hurlements sauvages. La jeune femme, emportée par la puissance de son état d’adrénaline, accéléra encore plus en poussant un cri amusé. Elle fit un grand saut au-dessus d’une table qui n'avait visiblement rien à faire là, prit un virage tellement serré qu’elle dut courir à l’horizontale sur les murs pour éviter de subir un choc qui aurait put être mortel, fila très rapidement au milieu d’un tas d'affiches qui s’envolèrent, et renversa une patrouille de gardes.
Elle tourna à nouveau pour suivre le chemin, doubla un grand hérisson bleu portant des baskets rouges, courut sans ralentir sur une flaque d’eau sans avoir le temps d'y glisser, et arriva dans une grande pièce. Elle profita de cet espace dégagé pour regarder derrière elle afin de voir si Angelo était loin.


Grave erreur : << Bigre ! Une peau de banane est sur la route de notre teigne préférée ! s’écria l’auteur. >>


Naturellement, Charlène ne put éviter cet obstacle incongru, vola sur plusieurs mètres et toucha violemment le plancher. Son corps pivota autour de sa tête et se mit à rouler sur le sol à toute allure. Traversant l’espace dégagé en moins d’une seconde, Charlène termina sa course en s’écrasant sur le dos contre une étagère, et respira bruyamment en s’essuyant le front. Elle semblait soulagée de s’en être tirée sans trop de problèmes jusqu'à ce qu’un craquement attire son attention. Un livre d’environ dix centimètres bascula de l'étagère en se cognant contre les planches, puis tomba juste à coté de Charlène. Cette dernière, qui fixait toujours les bouquins, murmura :

<< Oh non… Pas ça... >>

Juste avant qu’une bonne cinquantaine d'ouvrages de la même taille que le précédent dégringolent et tombent tous sur la tête de la gamine, l’assommant violemment et la recouvrant petit à petit.
Soudain, un bruit de course fit émerger Charlène hors du tas de livres comme si on lui avait planté des aiguilles dans le postérieur. Elle poussa soudain un hurlement d’horreur quand Angelo surgit hors du couloir en brandissant sa double lame démoniaque. Le fou furieux se rua sur la gamine en poussant un grand cri barbare, leva son arme et s’apprêta à trancher en deux l’être impuissant et recroquevillé qu'était Charlène.


<< Ah ! Le président des pattes de grenouille ! >>

Soudain, l'homme s’immobilisa, le regard vide. Une goutte de sueur glissa lentement sur la peau mat de son cou. Il tourna lentement la tête, l’air vide et effrayé. Et avant même qu'il ait pu s'apercevoir de la supercherie, ses genoux fléchirent sous la douleur, et il s'effondra sur le sol. Charlène rabaissa son pied, un sourire mesquin sur les lèvres.

*Gnih ! C'était, c'est, et ça restera toujours mon sport préféré ! Lassée d'un mari infidèle ? Faites appel à Charlène Ayleth ! En deux temps trois mouvements, les ardeurs de votre mari deviendront aussi importantes que celui d'un boeuf ! Et vous, de votre côté, vous pourrez vous amuser tout à loisir ! Héhéh. *

Elle jeta un coup d'oeil intéressé sur l'épée de l'homme, approcha délicatement sa main de celle-ci, et pencha la tête, étonnée de voir la lame se trémousser. Sans plus de cérémonies, elle délia la ceinture d'Angelo, et la passa autour de sa propre taille.

*Je crois qu'elle va me plaire*

Ressentant un manque flagrant de nicotine, elle détroussa les poches de l'homme, et prit soin de pas rentrer en contact avec sa peau. Elle poussa un cri de victoire devant un paquet de cigarettes et son briquet -orné de l'emblème de la famille Gioli, et s'empressa d'en allumer une. Elle soupira d'extase, et repartit dans le couloir en quête d'un nouvel amusement.


Aiendro rentra dans une pièce, et s'immobilisa, visiblement stupéfait. Un homme - fort en chair-, était suspendu dans les airs, à trente centimètres du sol. Tout autour de lui, des gardes gisaient évanouis sur le sol. Charlène, quand à elle, était assise sur une grande table, une cigarette se consumant dans sa bouche. Des sons mélodieux s'échappaient de ses lèvres tandis qu'elle pointait deux doigts en direction du type qui flottait dans les airs. Lorsqu'elle aperçut Aiendro, elle s'arrêta aussitôt de chuchoter.

<< Monsieur Gioli, ravie de vous revoir >>

Elle lui fit la révérence, et au même moment, le garde imposant s'écrasa sur le sol dans un bruit sourd. Elle s'adressa au nouvel arrivant, sans prendre la peine de parler à haute voix.

*Je prenais un peu de bon temps avec les gardes en jouant à cache-cache, mais ils se sont perdus. Je suis donc partie à leur recherche, et lorsque je suis entrée dans cette pièce, tout le monde à commencer à s'énerver. Certains n'étaient pas très heureux de me voir et je commençais à me lasser de ce jeu, alors j'ai assommé tout le monde. J'étais persuadée que vous me rejoindrez tôt ou tard. Vous voyez ? J'avais raison.*


Charlène semblait ne jamais pouvoir être une proie facile, et son indolente attitude cachait indubitablement une assurance totale sur les évènements à venir. Elle se redressa, et lui accorda un sourire juvénile.

<< Votre frère vous a demandé de me ramener au bercaille sans me faire de mal... Mais il n'a rien dit sur les directives que je devais prendre personnellement.>>

Elle prit appuis sur son bâton, fonça sur Aiendro, les deux jambes en avant. La scène se déroula comme au ralentit : elle regarda impuissante le poing du jeune homme arrivait à vive allure vers son balais.
L'onde de choc l'envoya à travers la cloison, et la douleur lui arracha un gémissement. Elle tenta en vain de se relever, et jeta un regard indigné vers ses mains.


*Je vais porter plainte pour l'ongle que vous venez de briser, mon bon monsieur. Et n'approchez pas plus que ça, je suis capable de vous casser en deux avec mon auriculaire, et c'est pas des bla...*

Elle laissa ses menaces en suspens, l'esprit sous l'emprise d'un épouvantable mal de tête.


Dernière édition par Trysh le Mar 12 Mai - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Lun 11 Mai - 23:53

Terano, de son côté, confortablement allongé sur le lit du bloc médical, se contentait de commenter à la fois ce qu'il percevait par les pensées de Charlène, ainsi que ce qu'il voyait sur les écrans des caméras de surveillance de la base.
Lorsqu'il vit qu'elle avait accroché son maillot, il pensa moqueusement :


*Et bien, les rideaux du balcon sont fermés ? *

Certes, on pourrait croire que ça ne lui ressemblait pas de se comporter ainsi. Mais le jeune parrain avait besoin de se défouler un peu, et la jeune femme lui semblait la personne idéale pour cela.
Elle s'avança dans un couloir. Intéressant, c'est là qu'était posté un des groupes de garde. Les pauvres... Terano se doutait bien quand il avait donné son ordre que la jeune femme allait faire mumuse avec les gardes dès qu'elle les verrait -ce qui ne manqua pas d'arriver. Armée d'un balai, la jeune femme commença une sorte de jeux de loups avec les gardes qui peinaient visiblement à ne serait-ce que la toucher.
Puis, après un bref discours, elle écrasa l'orteil d'un garde, et il parvint à lire le message mental qu'elle envoya à un des gardes. Comme pour en rire, Terano lança :


*Son ex-femme ? Et bé, pauvre type, je comprends pourquoi il t'a quittée.*

Puis un instant plus tard, il sembla qu'elle ait voulu se venger car elle passa dans la tête d'un autre homme un message bien moins amusant pour Terano. Ce dernier répliqua par la pensée :

*Dis, tu crois pas que tu abuses un peu ? C'est pas comme si j'aurais pu avoir envie de te faire quelque chose.*

Enfin bon, de toute façon, il avait déjà dégainé son flingue et préparé une rafale de quatre balles isolantes afi d'emprisonner le garde dès qu'il arriverait.

Il sembla par la suite qu'un autre de ses messages télépathique se retourna contre elle, puisque le garde perdit totalement le contrôle de lui-même -le jeune boss se souvint entre autre que le fisc avait confisqué les biens de toute sa famille et qu'il avait vécu dans la rue pendant quatre ans à cause de cela- et la poursuite fut fort hardue pour la jeune femme. L'apparition d'une peau de banane sur son chemin n'aida bien sur pas, et son arrêt forcé contre une étagère pleine de livre tirait de la coïncidence pure et simple. Bien évidemment, Terano n'avait pas bougé de sa place, ça ne pouvait donc raisonnablement pas être lui...


*Je me demande qui a eu l'audace de laisser par terre une peau de banane...*

Il ne manqua pas par la suite de répondre à "l'annonce" de Charlène en disant :

*Tu vas dégoûter le mari au point qu'il va avoir une peur bleue des autres femmes et qu'il va se réfugier dans les bras de la sienne. Bon, c'est pas garantie que d'ici là tu tombes pas sur un masochiste...*

Puis la jeune femme partie à la recherche des autres gardes, qu'elle dénicha. Eut lieu un joli carnage, après lequel Aiendro débarqua. Charlène lui parla par l'esprit pendant un moment, puis termina ses dires à voix haute. Terano pouffa tandis que Charlène s'apprêtait à attaquer. Le jeune parrain décida alors d'intervenir par la pensée :

*En fait, la vérité est que...*

Le coup vint, et le choc propulsa Charlène contre le mur derrière elle. A côté de Terano, la cloison vibra légèrement. Il fit tout de même sa pensée :

*...je l'ai autorisé à frapper si jamais il pensait que c'était nécessaire.*

Elle de son côté, commençait à se plaindre à Aiendro quand elle dut s'arrêter, sous l'emprise d'un gros mal de tête. Oh, c'est dommage, ça. Terano aurait bien aimé s'amuser un peu plus. Au même instant, le garde enragé pénétra dans la pièce. La rafale de balle suivit instantanément et il se retrouva bloqué.

-Hep, Deglio, j'aurais jamais cru que tu avalerais si facilement les conneries de la demoiselle... Enfin bon, je t'en veux pas. Par contre m'en veux pas non plus si je te libère pas tout de suite, hein.

Puis le jeune parrain appela Aiendro :

-Hé, vieille branche, t'aurais pu y aller plus molo, je te signale que j'ai senti le mur trembler.

-Mouais bon... je te l'emmène.

-Ouais ça marche. Je vais quand même lui demander de plus trop en faire, elle s'est assez amusée comme ça.


*Hé Charlène, tu t'es bien marrée et bien détendue, mais maintenant, faudrait qu'on discute un peu plus sérieusement. en plus, y'a un de tes gosses qui doit être en train de faire un rêve, je pense qu'il va se réveiller dans pas longtemps, ça serait aussi bien si t'était là, je peux pas servir de baby-sitter à tout le monde.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mar 12 Mai - 18:35

Le sang de Charlène bouillait, et lui grillait le cerveau. C'est donc l'esprit obscurcit, qu'elle écoutait l'homme parler à un tube posé sur son oreille. Déconcertée, elle se demandait bien ce qu'il devait emmener et à qui. Elle sursauta lorsqu'elle entendit une voix résonner dans sa tête, et crût naïvement que ces paroles étaient prononcées par la personne qui lui faisait face.

<< Que dis-tu, sujet ? La Princesse des saturniens est bien trop jeune pour avoir une descendance. Pars à présent, Son altesse a besoin de repos. >>

Son interlocuteur haussa un sourcil, et ne prenant pas en compte ses ordres, s'avança vers elle. Cette dernière entreprit de se relever, quand ses doigts frôlèrent un objet cylindrique, qui lui brûla la peau.

<< Oh ? Une cigarette composée de chocolat, comme offrande ? s'étonna-t-elle en la fourrant dans sa bouche. Soit. Être inférieur, nous vous avons ordonner de quitter les lieux sur le champ. Hâte-toi, si tu ne veux pas avoir affaire à la garde de notre royale person..>>


Elle ne put terminer sa phrase, étant donné qu'elle s’étouffait avec le col de son haut. Aiendro la tirait vers la sortie, n’hésitant pas à la traîner jusqu’à ce qu’elle se relève.

<< Surveille tes manières, roturier ! Ôte tes grossières menottes de notre splendide corps. >>

N'écoutant pas le moins du monde les menaces de la gamine, l'homme continuait d'avancer. Outrée de ce comportement indifférent, Charlène se débattit avec hargne, et comme si sa vie en dépendait, attrapa le pied de la table. Cette dernière - happée par la jeune femme- glissa sur le plancher, pour finalement se bloquer dans l'encadrure de la porte. Charlène jubila, avant de se prendre le bout de bois - qui avait cédé- en pleine tête. Et c'est de cette façon, dans un état semi-conscient, qu'Aiendro la trimballa derrière lui.
Arrivé à destination, il finit par la déposer sur le sol, avant de ressortir de la pièce. Des sons lui parvenaient sans qu'elle en comprenne le moindre sens et elle resta ainsi un long moment : les bras en croix, ne lâchant pas des yeux le plafond. .


*Quel ciel magnifique*

Puis brusquement, elle s'assit sur les talons, inspira une bouffée de fumée nocive, et croisa les doigts pour prier.

*Ô dieu miséricordieux ! Nous, offensantes pécheresses, adressons humblement nos aphorismes. Pourquoi t'acharnes-tu à nous en foutre plein la poire ?! La perte de tous mes amis, de mon foetus, et de mon enflure de mari, ça allait encore... Mais me lier par l'esprit avec un être aussi abject, qui s'adonne à des commentaires plus que rebutants, je passe la main... Cependant, nous nous remettons à ton ordalie.*

Comme prise d'une illumination divine, elle se dévêtit de son maillot et le jeta devant elle. Ensuite, elle déclencha le mécanisme de son briquet, et le balança sur le vêtement souillé.

*Purifions cette guenille impure.*

Décidément, la fièvre lui ôtait tout discernement.

*Je veux téter ! Gnh.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   

Revenir en haut Aller en bas
 
Q.G. de la famille Gioli
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)
» Si le centre est stable, alors la famille est soudée — Ngugi
» Personnalités de Terrassanta (Famille Delacroix)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domingo :: Domingo, ville mafieuse :: Ruelles :: Rue Fausto :: Maison de Terano :: Base Gioli-
Sauter vers: