Domingo


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Q.G. de la famille Gioli

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Compte PNJ
Personnages Non Jouables
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mer 2 Juin - 23:43

[ Coming From Dystinia ]

Arrivant par la même porte, un bruit lourd, un bruit sourd avançait doucement. Des bruits de pas, mais très lourd, des bruits pesants de forces.

La pièce se mit dans le noir, avant que les lumières se rallument, et la porte s'ouvrit avec fracas, les portes claquant sur leurs gonds, effrayant toutes les personnes de la pièces, a part Libretti et le commissaire.

Le Commissaire émit un rictus, qui montrait clairement son mécontentement, tandis que le Libretti avait un sourire satisfait sur le visage.
Un homme grand, avec des cheveux noirs, et une coupe semblable à celle de Kaoni se tenait la. Il portait des lunettes de soleils qui cachait ses yeux blancs aveugles. De même, un tatouage sur sa joue gauche se faisait bien voir, tandis que des cheveux blancs se montrait sur sa tampe gauche.

L'Homme portait un costard, c'était innabituel. A ses côtés, on pouvais voir un homme avec de long cheveux dorés, et avec des habits princiers. A sa ceinture, un magnifique sabre, d'origine anglaise, exagérement décoré de pierres précieuses. De l'autre côté, un homme à l'air fatigué, avec des cheveux en pétard, et des habits trop longs. Derrière, deux personnes : l'un avait un sourire satisfait, un asiatique, qui portait un long manteau. De l'autre, une jeune femme avec un air amusé, des vêtements étranges et qui jouait avec des objets mécaniques.
Enfin, tout derrière, un homme, pas très grand, qui finalement regardait les autres de très haut.

La quatrième génération des Agostino était la : Clair, Sven, Ruben, Rico, Sama, et enfin, le PADRE.

Raia ( qui a suivit Carten tout le long, mais que j'ai totalement oublié xD ) réagit assez famillièrement, en ayant un petit sourire de soulagement, par contre, Carten, réagit beaucoup moins bien : il regarda le groupe avec un regard méchant.
De même, Clair et Rico regardèrent Choco de travers, n'ayant pas oublier leur combat.

Padre fit un sourire a Raia, un regard confiant a Carten, et finalement, alla droit serrer la main de Terano, du commissaire, et enlacer Kaoni comme un vieil ami.


Je vois que tu as des rats qui se sont infiltrés dans ta grande maison non?


De même, il vit enfin la dernière personne dans la pièce, l'héritière Dayrisch. Il l'avais connu petite, a la sombre époque ou il a fait détruire la famille Dayrisch, mais il l'avais reconnu tout de suite. Son visage affichait une expression amère, de même qu'il esquivait le regard de la jeune femme.

On voyais finalement dans son dos un objet emballé dans du tissu, un objet qu'on ne connaissait pas. Un objet qui respirait le mystique.


"L'immortel" a fait surface maintenant... Bon... Gioli.... il reste combien de personnes a venir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayer
Juge & Sapiento - Maîtres du Jour
avatar

Fiche : Le Duo-d'assassins !!!
Masculin Nombre de messages : 771
Pouvoir spécial : Samaell=>Résistance et Force exceptionnel.

Ivan=>Télékinésie, télépathie et le "Vide".
Niveau de combat : 46
Date d'inscription : 07/08/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Dim 6 Juin - 20:58

De l'autre coté de la place de la fontaine, prêt de l'entrée de la planque des Giolis, Belzebuth rejoignit Ivan et Samaell. L'Immortel était un poil énervé de ne pas avoir put continuer le combat. Il regarda attentivement le duo et vit qu'eux même avait l'air de sortir d'une altercation: ils étaient couverts de poussière, Ivan saignait du nez et l'aîné des deux frères était couverts de contusions et de la fumé semblait s'échapper de sa peau, comme s'il avait subit des brulures. Le grand-frère mettait d'ailleurs des morceaux de mouchoirs roulés dans la narine de son petit frère, celle qui saignait.

-Arrête le Vide Ivan maintenant, garde tes forces pour plus tard ...

Néanmoins, le nécromancien ne s'attarda pas sur ces détails et demanda directement et d'un ton sec pourquoi il avait du arrêter ce combat qui s'avérait plus que passionnant.

-Bon c'est quoi le truc ? J'espère que c'est important !!! j'étais occupé ...

Et la, Samaell lui expliqua que l'actuel parrain Gioli l'avait appelé en plein combat contre un membre du fameux groupe détruisant la ville, qu'il avait accepté d'aller a cette "Trêve" et qu'il avait décidé qu'il fallait mieux que la Maître de Nuit y participe aussi.
Alors que Belzebuth allait expliquer son point de vue sur la question, l'oreillette de ce dernier se mit a vibrer. Il décrocha alors:

-Belzebuth ...

-Maître de Nuit, c'est Axel Nimoï, maréchal au sein du Crépuscule.

-Ouais, qu'est ce qui a ?

-Sylvain, le Messager, m'a prévenu qu'un individu c'était présenté a l'Arène et a demandé a voir des membres de la Famille. D'après lui, il semble assez belliqueux.

-Envoyé lui le dénommé Sloth et ne poser pas de questions, dîtes juste a Sylvain qu'avec les temps qui courts, il faut savoir faire des exemples ...

-Très bien, Maître, alors je vous laisse ...

-Deux minutes, envoie moi justement Sylvain.

Puis il coupa la communication. Le démon sortit un paquet de cigarette et se mit a en griller une.

-Puisqu'on est gentiment invités, je vais y aller avec un petit cadeau ...

Tandis que Samaell cherchait a savoir ce que préparait le Démon, Ivan jouait a shooter dans des pierre.
Sylvain se téléporta alors et Belzebuth lui dit d'aller au Casino de Fortenze et de ramener une amie a lui appelée Mira Evangeline.
Ce que fit le messager sans discuter car il avait une peur extrême de Belzebuth. Il revint rapidement avec une jeune femme de taille moyenne, aux cheveux blancs neiges, très soyeux, doté de trait très fins lui donnant le visage d'une poupée. Ses yeux étaient bleues indigos mais son regard été vague, comme s'y elle était sous médocs. Elle semblait plongées dans un profond mutisme. Elle était habillé d'une légère robe bleue a bretelles.
L'aîné des frères Stradelleci prit alors la parole:

-C'est qui elle ? Et qu'est qu'elle vient foutre ici et dans cette histoire ?

-C'est une ami qui m'as souvent aidée ... bon on y va ?

-Je veux ouais !!!

Ils entrèrent alors tous les quatre, Ivan, Samaell, Belzebuth et Mira dans l'ascenseur des Giolis qui se mit tout de suite en mouvement. Durant la descente le Maître du Jour ne put s'empêcher de lancer a son homologue de la Nuit cette phrase qui fut reçut par un retroussement des lèvres qui format un sourire:

-Je ne sais pas quelle est ton but Belzebuth, mais si tu trahis la confiance et les espérances de la Famille, tu auras affaire a moi ...

Puis ils arrivèrent dans un long couloir dont la couleur des murs étaient vraiment de très mauvais goût. Ivan ne put s'empêcher de dire:

-Je ... préfère chez ... nous.

Il tenait la main a la jeune femme nouvellement dans le groupe. les deux allaient très bien ensemble avec leur regard vide et sans émotions.
Bref, les deux Maîtres et leur suites arrivèrent au pallier de la porte d'un bureau juste au moment ou le Padre Agostino parlait. Bien sur, seul le nécromancien et ses 500 ans connaissait la vielle génération des Agostinos
Personne ne les avait vu arriver.
Belzebuth s'adossa au montant de la porte en croisant les bras et parla haut et fort, sans toutefois crier:

-Tiens toutes la Famille Agostino au grand complet, je dirais plutôt que se sont ici que les rats se sont infiltrés.

Puis le nécromancien regarda dans les yeux son vieil ami Kaonï, et le salua en hochant la tête, se demandant si ce vieux brigand aller encore sortir cette vielle blague: "Alors quand est ce que tu te décideras a rejoindre ma famille ?"
Maintenant qu'ils étaient le centre de l'attention, Samaell passa la porte en soupirant, prit un vase se trouvant sur un meuble, sortit les fleurs de ce dernier et les placèrent sur le mobilier avant de s'asperger avec l'eau du vase. son torse fumant.

Les Sapientos étaient dans la place.

_________________
"Ce qui ne nous tues pas nous rends plus forts !"

Je suis aussi Emilio, l'Agostino au service de Kaoni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Jeu 10 Juin - 22:45

Les unes après les autres, les familles arrivèrent, sous l'oeil de Terano, du Commissaire et de Kaoni. Les premiers furent la cinquième génération d'Agostino : Terano revit ainsi Carten, reconnut Choco ainsi que Raia, qu'il avait vu au tournoi, cependant il ne put mettre de nom sur le dernier. Un nouveau gardien ? Le jeune homme blond semblait déjà exaspéré, et le parrain répondit simplement :

-Pas mal de monde, mais ils arrivent.

L'instant suivant, une jeune femme inconnue de Terano pénétra dans la salle. Celle-ci se présenta cependant bien vite comme étant Laya Dayrisch. Elle n'avait pas tardé à faire le chemin depuis l'Allemagne, ce qui était tout aussi bien. Il répondit aimablement, et l'invita à prendre place face aux Agostinos. Il avait remarqué comme une légère tension chez l'héritière Dayrisch, et bien qu'il n'en sut pas l'origine, il supposait qu'elle saurait se controler.
Les deux parrains suivants furent ceux des familles Fenilio et Giuselo. Puis arrivèrent six personnes, la quatrième génération des Agostino. Le padre enlaça comme
un vieil ami Libretti, puis demanda à Terano, de la même façon que son fils, combien de personnes il manquait. Le dicton se confirmait pour ces deux-là, il ne fallait plus en douter.
Avant qu'il ne réponde, quatre personnes débarquèrent, et le premier arrivé lança :


-Tiens toutes la Famille Agostino au grand complet, je dirais plutôt que se sont ici que les rats se sont infiltrés.

Comme, parmi les conviés, Terano n'en connaissait principalement qu'une qui avait une dent contre les Agostino, il se dit avec raison que les Sapiento venaient d'arriver.

-Bien le bonjour, Sapiento... Comme je m'apprêtais à la dire, il manque encore quelques parrains, mais je les entends qui arrive.

A l'instant où il dit ceci, la porte s'ouvrit avec fracas sur trois hommes et une femme plutot âgée : le jeune homme les connaissait comme étant les parrains et marraine des familles Lietti, Miriola, Silieglo et Avume. Ils avaient formé, quelques temps auparavant, un pacte de non aggression, aussi il n'était pas surprenant de les voir arriver ensemble.
La femme regarda tout le monde présent, poussa un soupir et déclara :


-Quelle assemblée ! Je suppose que nous étions les derniers attendus ?

-Non, Miranda, répondit Terano avec un sourire. Il en manque encore un.

-Tu veux dire ... Ah, ce jeune-là, il ne sait pas arriver à l'heure.

-Il n'a pas dérogé à ses habitudes corses, il a surement voulu finir sa sieste avant de venir.


Quelques uns parmi ceux qui connaissaient la personne dont il était question eurent un sourire, qui disparut quand une voix arriva derrière eux :

-Qui a prononcé le mot "corse" ?

C'était un jeune homme d'une trentaine d'année qui venait de pénétrer dans la salle. Habillé d'un pantalon et d'une chemise grise, les cheveux de la même couleur, il avait un visage aux traits anguleux, encore plus marqués par des lunettes rectangulaires et la fine cicatrice qui bordait son oeil droit.


-Qui veux-tu que ce soit ? lança Terano.

L'homme se tourna vers le Gioli et poussa un soupir.

-Gioli... Bon, je suis venu, je peux repartir ?

-Non mais et puis quoi encore, vieille tête de mule ? Viens donc parmi nous, personne ne te fera de mal. C'est déjà bien assez d'arriver en retard.


Ernesto Gialepi poussa un soupir de dépit et s'avança au milieu de la troupe, saluant chacun à son tour, ayant un oeil méfiant mais non méprisant envers le commissaire, puis s'installa.

-Bon, M.Libretti, je crois que tout...

Aiendro arriva alors dans la salle, coupant la parole à son petit frère. Il lui chuchota quelques mots à l'oreille. Terano hocha la tête, puis s'adressa aux autres.

-Une entrée de la base a été partiellement touchée par une sorte d'explosion, surement un des Requiem. Je vais monter m'assurer qu'il ne trouve pas l'entrée. Mon lieutenant délibèrera à ma place, si cela ne vous dérange pas, monsieur le Maire ?

Celui-ci hocha la tête d'un signe d'assentiment. Le jeune parrain partit donc en vitesse vers l'entrée n°3 de la base : celle qui menait à sa maison

=> Rue Fausto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carten Agostino
Mort(e)
avatar

Fiche : L'exhib
Masculin Nombre de messages : 735
Pouvoir spécial : Pouvoir de la lumière
Niveau de combat : 53
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Jeu 10 Juin - 23:15

Carten vit tout le petit monde qui arriva. D'abord, ce fut une jeune femme, la jeune héritière Dayrisch, mais, il ne le savais pas, elle avait une incroyable dent contre eux. De même, il la regarda froidement, car son temperemment avait vraiment chuté après tout ces évènements : c'est ainsi qu'il ignora complètement son père, alors que Raia, à ses côtés, semblait ravie. Encore pire, quand la dites Raia alla se mettre a côté de son frère, il n'eut pas un seul geste d'affection pour elle.

Terano, à ses yeux, était celui qui l'avais battu : sa première défaites, qui en avait signé d'autres : celles de KeiRyo. Il vu Sven, et pu remarquer l'arme à sa ceinture, mais de même, il ne réagit pas, plus dans un état de zombie qu'autre chose.

Arriva maintenant le pire, ce qui le fit VRAIMENT réagir. Les Sapientos. Avec un regard mélangé à de la haine, il regarda directement, dans leurs yeux, chacuns des membres Sapiento qu'il connaissait : le duo, qui l'avais vraiment bien fait chier, et surtout, le monstre qu'il avait fuis : l'horrible Bel. Il serra les dents, quand une floppée d'autre mafieux arriva. A présent, ils étaient complets, mais d'un autre côté, Terano partit, laissant tout ce petit monde ici, planté dans un décors assez mal décoré.

Et il se barre.... Pfff. Un de ses quatres, je lui fais ravaler son air suffisant à ce Gioli.


Il se tourna maintenant vers les Sapientos, plutôt vers le Duo.

Eh! Ton pote a le nez qui saigne, fais quelque chose merde.

Raia prit la main de son frère, avec un air contrarié.

Carten, ressaisit toi, t'es plus toi même.

COMMENT TU VEUX QUE JE SOIS MOI MEME TOI? J'AI VU DEUX MORTS LA HAUT QUE J'AURAIS JAMAIS VOULU VOIR! QUE MISA MEURT! QUE QUELQU'UN QUI SOIT ASSEZ PROCHE DE LUPO POUR LA FAIRE PLEURER MEURT! TU CROIS QUE JE PEUX RESTER NORMAL LA?

Il avait crié, et ca avait fait réagir tout le monde. A vrai dire, Carten était vraiment plus lui même, de plus, le bandage sur son oeil , et les blessures qu'il avait eu a cause du Requiem montrait bien qu'il s'était passés bien des choses.


Carten....

Sa soeur l'avait un peu plus rapproché, pour qu'elle puisse le consoler comme il faut.


Le père Agostino ne pu que rester Muet devant cette scène : il se sentait impuissant. Par contre, il restait intrigué par la Dayrish.

Tu nous hais?

C'était tout ce qu'il avait réussit a sortir.

he... padre... tu veux que je soigne ton fils?

C'était Rico qui avait prit la parole, le maitre du l'eau avait décidé d'agir, car les alliés blessés c'était pas sa tasse de thé.

Il n'est pas blessé. Ajouta Sven d'un ton nonchalant. Il n'a plus d'oeil. Ruben!

EH JE SUIS PAS TON CHIEN! Répondit le plus petit du groupe. Mais il s'executa, et sortit un cache oeil de sa poche. OUI il a toujours des caches oeil sur lui.

Carten le prit, bien qu'avec mépris, et remplaca le bandage vite fais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libretti
Personnages Non Jouables
avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 26/09/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Ven 11 Juin - 20:21

[Kaoni & Elena]

Le Maire était resté assis sur un fauteuil, une jambe posée sur le genou de l'autre, les bras reposés sur les accoudoirs. Son adjointe se tenait debout à ses côtés. Il regardait tous ces parrains débarquer, accompagnés de quelques uns de leurs subordonnés. Les premiers à arriver furent la nouvelle génération Agostino, et ils semblaient amochés. Le chef avait même perdu un oeil. Puis arriva une étrangère ne figurant pas sur la liste d'Elena. Celle-ci scruta le trombinoscope, perplexe. L'étrangère déclina son identité : elle dirigeait donc la famille Dayrisch. L'adjointe Libretti griffonna une note sur sa feuille. Arrivèrent ensuite les Agostino de la quatrième génération : Kaoni sourit et se leva pour la première fois depuis son arrivée pour enlacer le vieux parrain.

-Je vois que tu as des rats qui se sont infiltrés dans ta grande maison non ?

-Et oui, ça arrive même aux meilleurs comme on dit.

Le Maire avait toujours son sourire en coin ; ça lui faisait plaisir de revoir le Padre. Il se rassit et observa d'un oeil avisé les nouveaux venus : les sanguinaires Sapiento étaient là. Elena put voir les jeunes Agostino se figer en les apercevant, et la remarque de Belzebuth l'Immortel confirma une réelle tension entre les deux familles. D'ailleurs, elle avait put remarquer que les Dayrisch aussi semblaient leur en vouloir... Ils avaient tout le monde à dos, ces Agostino. Alors que l'adjointe notait les relations inter-mafia, Kaoni, ne faisait pas attention à ces détails. La jeune femme accompagnant les nouveaux venus portait le symbole des armes antiques. Une fausse ? Pas possible, elle était comme dans toutes les descriptions qu'on en faisait de l'arme de la Vierge. Mais peut-être n'était-ce qu'un tatouage de la part d'une femme Sapiento pour feinter. Ils étaient capables de tout chez eux. Deux nouvelles familles avaient débarqué, et le registre d'Elena lui indiqua qu'il s'agissait des Fenilio et Giuselo. Puis suivit le groupe allié des quatre familles Lietti, Miriola, Silieglo et Avume. Un bon potentiel, ceux là, mais pas assez de volonté. Avec un petit coup de fouet, ils sauraient éventuellement se montrer dangereux.

-Quelle assemblée ! Je suppose que nous étions les derniers attendus ?

-Non, Miranda, répondit Terano avec un sourire. Il en manque encore un.

-Tu veux dire ... Ah, ce jeune-là, il ne sait pas arriver à l'heure.

-Il n'a pas dérogé à ses habitudes corses, il a surement voulu finir sa sieste avant de venir.


Kaoni sourit de nouveau. Il savait très bien de qui voulait parler Terano. Ernesto Gialeppi arriva d'ailleurs au moment exact où on parlait de lui, dans sa nonchalance habituelle. Cet homme dirigeait une famille très haut placée... Mais surtout recherchée activement par les forces de l'ordre. Se retrouver dans la même pièce que le commissaire de la ville devait être difficile pour le boss. Gioli allait donner le feu vert aux explications du Maire, mais un de ses subordonnés débarqua et l'informa d'une possible intrusion. Le boss partit donc vérifier l'intégrité de son QG, laissant son lieutenant en tant que porte parole. Alors que Kaoni s'apprêtait à se lever, le jeunot Agostino commença à discourir et à se plaindre.
Puis intervinrent les autres membres, de l'ancienne génération comme de la nouvelle. Il y avait maintenant un brouhaha qui commençait à s'installer et ça...


-Hé.

Le Maire avait amplifié sa voix, qui résonnait à travers les couloirs de la base Gioli. Le bruit cessa d'un coup, et tous le regardèrent. Il repris sa voix habituelle et menaça :

-Fermez la, les Agostino, ou vous pourrez plus jamais l'ouvrir.

Un silence de mort planait à présent, les vieux du métier souriant à la provocation de Maire. Ils connaissaient bien ses méthodes, pour peu d'y avoir goûté de temps en temps. Les petits nouveaux, en revanche, paraissaient se méfier. Elena et les Gioli présent restaient de marbre, très professionnels. Kaoni se leva et marcha jusqu'à la porte, puis se tourna face à l'assemblée. Il pouvait voir tout le monde d'ici.

-Bien. Comme vous l'avez sans doute remarqué, un groupe de... Terroristes, si on peut les appeler comme ça, attaquent Domingo. J'ai cru comprendre en écoutant les enregistrements, des témoignages et en particulier vos discussions qu'ils désiraient détruire la ville. Mais il y a beaucoup de choses que vous ne savez pas. Premièrement, ils sont très forts. Ils sont entraînés depuis des années pour combattre et semer la douleur. Leur chef s'appelle Nero, et je vous conseille de ne pas l'affronter en duel. Nous lancerons une offensive de groupe. Enfin bref, revenons en aux Requiem.

Le Maire entama une marche à travers la salle, les mains jointes et la tête penchée vers le sol. Il tentait de recoller tous ses souvenirs pour faire un résumé complet et clair.

-Il y a quelques temps déjà, j'ai appris l'existence de ce groupe par un informateur, au gouvernement. Ils veulent toujours essayer de m'arrêter pour mes soi-disantes actions illégales, mais n'ont aucune preuves. Toutefois, ils sont persuadés que je fait le mal. Vous devez probablement penser la même chose, commissaire. Dans tous les cas, la troupe Requiem a été créée pour éliminer les groupes de hors-la-loi prenant de l'ampleur. Il y a peu, un parrain Japonais m'a appris une attaque imminente de leur part. Ces informations se sont révélées exactes, et ils sont légèrement plus forts que prévu. Selon les instruments technologiques de la famille qui nous accueille aujourd'hui, on a pu voir qu'un des leurs a déjà été abattu par la police - comme quoi vous n'êtes pas totalement inutile Jerald... Je plaisante, bien entendu.

Kaoni s'arrêta, retourné à sa place devant la porte. Il regardait la foule avec un air grave.

-J'en arrive à ce pourquoi vous êtes ici. Terano Gioli a proposé une Trève provisoire entre nous tous pour régler ce problème de destruction massive. Ils vous faudrait simplement signer un papier officiel et respecter ce qu'il dit dans le délai imparti. J'ai personellement donné mon accord à cette pause.

Le Maire regardait chaque visage présent dans la salle, puis son attention se porta vers son adjointe. Elle leva le pouce pour dire que c'était bien. Génial, maintenant il fallait que les autres soient convaincus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laya Dayrisch
Boss Dayrisch / Perverse sensuelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 50
Localisation : Somewhere... =D
Pouvoir spécial : Manipulation de la structure atomique des objets
Niveau de combat : 33
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Sam 12 Juin - 16:51

Laya avait du mal à contenir sa haine. Voir le fils Agostino dans la même pièce qu'elle ne faisait qu'amplifier sa tension. C'est alors qu'une autre personne entra dans la salle. A la vue de cette personne, le coeur de Laya rata au moins trois battements. Il était là, l'homme à l'origine de sa souffrance...le 4ème Agostino. Mas à sa grande surprise, ce n'était pas de la haine qu'elle ressentait...mais de la peur. Elle était redevenue la jeune fille de 14 ans, impuissante et apeurée, face à cet homme. Elle tremblait. Lloyd s'en rendit compte immédiatement. Il lui murmura quelques paroles à l'oreille.

"Madame, ressaisissez-vous. Vous ne pouvez pas reculer maintenant. Soyez forte."
"..."

C'est avec difficulté qu'elle essaya de se calmer.
C'est alors que le 4ème Agostino prononça une phrase. Trois mots qui eurent l'effet d'une bombe.


Tu nous hais?

Cette simple phrase fit ressurgir sa volonté. Il osait demander celà, après ce qu'il avait fait? Elle ne devait pas se laisser abattre par cet homme. Non, elle devait le "combattre".

"Ma haine est si grande qu'elle serait capable de vous écraser à elle seule. Mais je ne peux me laisser emporter. Nous règlerons notre différent une autre fois, lorsque cette histoire sera réglée."

Elle se détendit enfin. Pouvoir exprimer sa colère l'avait en quelque sorte libérée. Elle état désormais prête. Prête à aider Domingo.
Les dernières personnes attendues arrivèrent et s'instalèrent. Le maire prit alors la parole, après avoir demandé le silence auprès de la famille Agostino. Puis il expliqua la situation actuelle, informant tout le monde des informations qu'il disposait sur les Requiem. Puis il termina son discours par cette phrase :


-J'en arrive à ce pourquoi vous êtes ici. Terano Gioli a proposé une Trève provisoire entre nous tous pour régler ce problème de destruction massive. Ils vous faudrait simplement signer un papier officiel et respecter ce qu'il dit dans le délai imparti. J'ai personellement donné mon accord à cette pause.

C'était ce dont Mr. Gioli lui avait parlé au téléphone. Laya n'eut pas à réfléchir, elle était d'accord avec cette idée depuis longtemps. Elle prit donc la parole.

"Je suis pour la mise en place de cette trève. Je pense également que nous devons agir de concert afin de pouvoir repousser Requiem."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carten Agostino
Mort(e)
avatar

Fiche : L'exhib
Masculin Nombre de messages : 735
Pouvoir spécial : Pouvoir de la lumière
Niveau de combat : 53
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Lun 14 Juin - 23:39

[Désolé si je grille la priorité, mais je signe pour mieux me casser avec Carten ]

Carten réagit tout de suite quand le maire cria. C'était par peur qu'il avait réagit : il avait en face de lui un vrai maitre dans l'art du commandement. PAdre, lui, réagit, mais plutôt avec un sourire éffronté remplit de nostalgie, comme un " encore avec ca? ". De même, le reste de la 4ème génération et Raia était aussi surpris que Carten. Mais ce n'était pas le même d'être surpris : le maire avait raison. C'est ainsi que Carten n'attendais pas son tour ( lol ) et alla vers la feuille, la signer.

Tout a fait d'accord, les Requiem doivent être éliminé, c'est pas le temps de faire la gueguerre entre les familles.

Il disait cela en pensant aux morts. A Alexandro. Au frère de Lupo. A Misa.
De même, le Padre le suivit, lui mettant une main paternelle sur l'épaule, et le regardant avec fierté, il signit le traité.


( voilà juste ca. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mar 15 Juin - 16:00

Le parrain suivant fut celui de la famille Fenilio, qui, bien que ne possédant que peu de moyens, promit d'aider au mieux, et signa la trêve. La quatuor des familles Lietti, Miriola, Silieglo et Avume débattait entre eux, et ce fut finalement la marraine Avume qui trancha le tout : face à un ennemi fort, il fallait se montrer fort. Et la seule force des armes ne suffisait pas, la force du coeur comptait. Ils se rangèrent ainsi du côté de Miranda et signèrent chacun leur tour la trêve.
Le parrain Giuselo hésitait, lui... Il n'avait guère à gagner, car ses forces étaient basées à l'extérieur de Domingo, et il concurrençait certaines des familles présentes... Le regard perçant d'Aiendro, qui représentait Terano, lui fit cependant comprendre que l'heure n'était pas à songer au profit... Si Domingo tombait, cela signifierait que la plus grande force mafieuse d'Europe était également tombé. Giuselo, prenant en compte cela, se dépécha de signer à son tour.
Il demeurait ainsi les Sapientos, qui préféraient rester entre eux visiblement, et Ernesto Gialepi, qui réfléchissait calmement. Finalement, le parrain de la deuxième puissance mafieuse de Domingo se redressa et dit :


-Si je refuse cette trêve et que vous vous en sortez tous, je vais avoir des ennuis pour 10 ans. Et vous êtes tous trop tenace pour que l'inverse se produise. Où est-ce qu'on signe ?

Aiendro eut un sourire, et après qu'Ernesto eut posé à son tour sa signature, le lieutenant déclara :

-Puisque les Sapientos ne semblent pas s'être encore décidé, c'est à mon tour. J'ai eu un petit aperçu de la puissance du Requiem il y a à peine quelques minutes, lorsque je suis venu. En une seule attaque, l'un d'entre eux à détruit une rue entière, sans s'épuiser. Leur puissance est phénoménale, et je ne serai pas surpris qu'il faudrait bien plusieurs d'entre nous pour venir à bout d'un seul. J'approuve donc évidemment cette trêve.


Le lieutenant allait signer quand une secousse, comme un tremblement de terre, ébranla la base. Un instant plus tard, l'alarme sonna, et Aiendro alluma tout de suite un intercom afin de se renseigner :


-Que se passe-t-il ?

Cependant allumer l'intercom fut inutile, car au même moment, Maciro arriva en courant dans la salle, et annonça :

-C'est une brèche dans la base. Le plafond de la salle d'entrainement a été détruit depuis l'extérieur, et quelque chose est passé au travers. Il y a surement un intrus dans la base.


-Vas-y s'il te plait, Maciro... Je vais envo...

-J'y vais avec lui.


C'était Carten qui venait de prononcer ces paroles, et s'avançait avec Maciro de l'autre côté. C'est alors que l'un des gardiens du Padre Agostino, celui de la lumière, alla vers le jeune blond et, tendant son épée, dit :


-J'ai vu que tu n'as plus d'épée, prends la mienne.

Carten eut un hochement de tête et prit l'arme par la garde, et lui et le montagnard sortirent de la salle.

==>Salle d'entrainement du QG Gioli (Carten et Maciro)

A l'intérieur de la salle, le parrain Fenilio et le parrain Lietti se levèrent pour y aller également, mais Miranda les arrêta :

-Laissez, et finissons cette trêve. Ces jeunes sauront s'en occuper. Mais Aiendro, dites moi, qui était ce jeune homme armé d'une hache ? Il ressemblait beaucoup à votre jeune frère...


L'interpelé resta un instant silencieux, puis :

-Je n'en suis pas encore sûr. Et sage avis, Miranda, finissons-en, termina-t-il en signant à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayer
Juge & Sapiento - Maîtres du Jour
avatar

Fiche : Le Duo-d'assassins !!!
Masculin Nombre de messages : 771
Pouvoir spécial : Samaell=>Résistance et Force exceptionnel.

Ivan=>Télékinésie, télépathie et le "Vide".
Niveau de combat : 46
Date d'inscription : 07/08/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mar 15 Juin - 20:57

Allant saisir son petit-frère pour le mettre sur ses épaules, Samaell rétorqua a Carten:

-C'est parce qu'il a utilisé la technique qui t'as donné tellement de mal, tête de poussin.

Et oui, tête de poussin parce que la couleur de cheveux de Carten lui faisait pensé a un poussin, et le voir crier dans tous les sens lui faisait pensé a des piaulement de piaf ...
Belzebuth, lui c'était assis dans un fauteuil et regardait le jeune Agostino avec un mépris souverain. a bon, ? Ce gars pleurait la mort de ses amis ? Une fois que toute la famille fut interrompu par son vieil ami Kaonï et que ce dernier eut finit de parler, l'Immortel prit la parole pendant que le jeunot signer:

-Hé gamin, tu pleures tes amis ? Et bien souviens toi de cette souffrance car c'est la même que j'ai ressentit quand tu a tué Tulpen et Allistar alors qu'elle t'avais demandé de remballer tes Gardiens et de partir ...

Ses yeux étaient froids, il avait acquis la totalité de l'intention de la pièce. Un sourire mauvais était affiché sur son visage tandis qu'il annonçait une vérité que seul Kaonï et Slayer connaissait:

-Gamin ... j'ai 500 ans ...

il n'y avait plus un bruit dans la pièce.

-J'ai vu mes amis mourir les uns après les autres, tout en sachant que d'autres périront par la suite ... alors quand on me les enlève avant leur heure, devine la douleur que je ressens. Elle est comme la tienne, et sans doute mille fois pire car j'attache beaucoup plus d'importance a leur existence. Souviens toi de cette douleur car tu la ressentiras très vite une fois la ville débarrassé des Requiem ... que tes Gardiens et ta famille prenne garde ...

La menace était clair. le Démon, son aura de meurtre étouffant la pièce regardait l'ancienne génération des Agostinos, la jeune soeur de Carten, et les gardiens de la nouvelle
puis vint le moment ou un homme ressemblant au parrain Gioli apparut et partit aider le dénommé parrain avec le jeune Agostino.
Puis tous les membres de chaque familles présente signèrent le traite de paix, la Trève.
Sammael et Belzebuth connaissait certains de nom, le nécromancien les connaissait tous lui, et d'autres était inconnu au jeune Maître de Jour. Ils enregistrèrent tous ce qui se passé, afin d'avoir l'occasion de pouvoir retourner certaine information a leur avantage et pourquoi pas de s'allier a certaines familles.
Ne manquait plus que les Sapientos.
Se faisant de la place, Samaell alla jusqu'à la fiche et tout en la signant déclara:

-N'ayant plus de Parrain, moi Samaell Stradelleci, actuel Maître du Jour, je prend l'entière responsabilité de mon acte et au nom des Sapientos, je m'engage a honorer la Trêve jusqu'à la fin de cette dernière.

Puis il reprit sa place.
Belzebuth se leva a son tour, mais il n'eut pas besoin de se faire un quelconque passage, tous se poussèrent devant lui. Il fallait dire que les vieux de la vielle le connaissait. Et le redoutait.
Après un clin d'oeil a Kaonï, le nécromancien ressortit la même phrase que son homologue du jour avant d'aller se rassoir.
Puis Samaell prit la parole, d'un ton autoritaire:

- Bon avant d'aller directement affronter l'ennemi, maintenant que nous formons une "alliance", je crois qu'il serait plus sage de partager le maximum d'information, a savoir que nous les Sapientos, nous possédons trois atouts.

Il mit sa main devant lui, faisant le signe trois avec ses doigts et opérant un décompte après avoir dit chaque atout:

-Premièrement, nous avons mon jeune frère qui peut annuler l'utilisation de pouvoir, mais cela dans un temps limité. Deuxièmement, nous avons la plus puissant force de frappe de toutes les Familles ici présente, et ceci grâce a l'organisation presque militaire de celle-ci. Enfin, nous avons Belzebuth ici présent qui est le membre le plus puissant de la Famille, et qui peut l'être encore plus ..

A ces mots, le Maître de Nuit fit un son qu'on ne pouvait qualifier que de négatif.

-Va pas falloir compter sur moi ! Si mon ami le Maire ne c'est pas manifesté jusqu'à présent, c'est qu'il a décidé de s'amuser un peu ... je me vois mal gâcher son plaisir en abattant tous les Requiems ...

Derrière son fauteuil, Evangeline, magnifique, avait les bras croisés autour du coup de son Master, et sur un signe des doigts de Belzebuth, ses yeux devinrent soudainement blanc.

-Voici un petit cadeau. Evangeline, que peut tu nous dire sur l'avenir ?

-Cette accident n'est que le premier d'un période sombre qui s'ouvre a vos pieds ...

Devant le regard médusé des personnes présentes, le Démon ne put que s'esclaffer de rire.

-Très bien !!! Il y t-il quelqu'un qui veut connaître son avenir ?


[Bon, post de merde, mais bon ...]

_________________
"Ce qui ne nous tues pas nous rends plus forts !"

Je suis aussi Emilio, l'Agostino au service de Kaoni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choco Solucci
Disparu(e)
avatar

Fiche : Here !
Masculin Nombre de messages : 1114
Age : 23
Pouvoir spécial : Manipule la terre et peut se transformer en taupe.
Niveau de combat : 49
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mar 15 Juin - 21:47

Choco observait tout le monde arriver. Un frisson lui parcourut l'échine en apercevant ses adversaires de Dystinia, les Gardiens Agostino du père de Carten. Il avait frôlé la mort contre la femme de l'attribut électrique. Mais sa surprise ne s'arrêta pas là : les Sapiento arrivèrent eux aussi. Il reconnut immédiatement le duo d'assassins, mais aussi l'homme qui les avait accueillit dès leur arrivée dans le QG : Belzébuth. C'était le premier à être intervenu, et il était toujours là. Cependant, étant invités chez les Gioli, les 3 ennemis des Agostino semblaient se tenir calmes. Choco s'était adossé à un mur, les bras croisés. Il observait, aux côtés des membres de sa famille, tous ces chefs débarquer. Ils semblaient tous si imposants... Mais selon Terano, il en manquait un. Ce dernier fit une entrée fracassante, et Solucci sourit. Ce mec avait la pure classe, ça serait intéressant de le connaître. La taupe fut coupée dans ses rêveries par son boss qui commençait à élever la voix. Tout le monde commençait à prendre part à la discussion, haussant le ton continuellement, quand le Maire intervint. Il imposait vraiment le respect. Alors comme ça les Requiem venaient réellement du gouvernement, Acker n'avait pas menti... Et un d'entre eux était déjà mort. Tant mieux. Choco écouta le discours de Kaoni jusqu'au bout, hochant la tête de temps à autres, et observa les réactions des autres. Carten approuva la Trève et signa, et les Agostino commencèrent à se rapprocher pour savoir ce qu'ils feraient par la suite quand une grosse secousse les coupa.

-Je crois qu'on est repéré.

Carten récupéra l'épée du vieux gardien de la Lumière Agostino et fonça avec Maciro, celui qui les avait escorté, vers la source du tremblement. Les Sapiento, quand à eux, approuvèrent à leur tour la pause de conflits. Choco les regardait d'un oeil méfiant. Bel avait proféré des menaces envers eux quelques minutes plus tôt, et il était vraiment trop fort pour l'instant. De plus, Acker était la priorité du moment.

- Bon avant d'aller directement affronter l'ennemi, maintenant que nous formons une "alliance", je crois qu'il serait plus sage de partager le maximum d'information, a savoir que nous les Sapientos, nous possédons trois atouts. Premièrement, nous avons mon jeune frère qui peut annuler l'utilisation de pouvoir, mais cela dans un temps limité. Deuxièmement, nous avons la plus puissant force de frappe de toutes les Familles ici présente, et ceci grâce a l'organisation presque militaire de celle-ci. Enfin, nous avons Belzebuth ici présent qui est le membre le plus puissant de la Famille, et qui peut l'être encore plus ..

La taupe eut un sourire. Il savait déjà tout ça. Belzébuth intervint, et déclara ne pas vouloir intervenir tout de suite. Puis, l'étrange femme qui les accompagnait fit une étrange prédiction... Et l'immortel proposa une séance de divination à chacun. Choco quitta le mur et fit quelques pas.

-Nan merci, je préfère voir ce que l'avenir me réserve au jour le jour. Pour en revenir à cette histoire de Requiem... Mon boss étant parti, je vais vous dire nos infos à nous, la nouvelle génération Agostino. On est environ une dizaine, plus ou moins habitués au combat. Nous ne sommes que très peu, mais avons une bonne connaissance de chacun d'entre nous et en équipe on e débrouille bien. C'est à peu près tout. Ah, et niveau pouvoir on maîtrise chacun un attribut, hormis tout ce qui est psychique et physique.

Il fit une pause.

-On sait aussi des choses sur les Requiem. On en a affronté un... Et on a perdu 3 proches contre eux. Y en a un qui a complètement carbonisé un homme, je sais rien de plus. Mais l'autre... Il est d'affinité air apparemment, il contrôle des bandelettes. Il est assez fort, niveau physique il a un casque sur les oreilles et il a des bandes autour du corps. Il est vachement sadique aussi, il a... Il a compressé à mort une amie très proche dans ses saloperies de bandes. Voilà... Maintenant, j'aimerai ajouter une chose à propos de lui. Je veux sa peau, c'est moi qui l'achève. Mais pour arriver à ça, faut d'abord qu'on le blesse suffisamment, et ça je pourrais pas le faire seul. Je cherche donc des bras pour m'aider dans mon combat. Décidez vous vite, je m'avance. Au revoir et à bientôt tout le monde, au plaisir monsieur le maire.

Choco salua les personnalités importantes, puis se fit raccompagner par un brave subordonné jusqu'à une sortie... Heureusement pour lui, la sortie la plus proche de l'endroit où se tenait actuellement sa cible.

Arrow Porte d'entrée de la Mairie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ganbino
Agostino - El Fuego Loco
avatar

Masculin Nombre de messages : 363
Age : 28
Localisation : Perdu, comme d'hab'
Pouvoir spécial : Maitrise du feu
Niveau de combat : 25
(28 avec Batty)
Date d'inscription : 04/05/2010

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Sam 19 Juin - 17:53

Ganbino se tenait à l'eccart de toutes les discussions. Etant le petit nouveau des Agostino, il valait mieux ne pas gaffer en disant la pire bêtise possible. Soudainement, une secousse se fit sentir. Les Requiems attaquaient. A sa grande surprise et sans qu'il n'ai pu dire quoi que ce soit, Carten partit affronter le danger, après avoir récupéré une arme. Et Choco venait de partir à son tour après avoir fait un rapide résumé de ses informations.

"Euh..."

Il restait là, comme un idiot, maintenant seul représentant de la 5ème génération Agostino. Quelle superbe image il devait véhiculer : un scientifique blasé, sale et avec des choses improbables dans les cheveux. Afin de se donner une contenance, il décida de répondre à la question du type arrogant (qu'il ne connaissait même pas bien sûr).

"J'aimerais avoir une prédiction. Peut-être me sera-t-elle utile lorsque j'irai aider Choco."

Cette phrase aurait pu faire naitre une ambiance très sérieuse...si Batty n'avait pas sorti sa tête de son antre capilaire et couiné afin d'appuyer les propos de son maitre.

"-_-'"

_________________
J'incarne également Laya, Aria et Sarca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laya Dayrisch
Boss Dayrisch / Perverse sensuelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 50
Localisation : Somewhere... =D
Pouvoir spécial : Manipulation de la structure atomique des objets
Niveau de combat : 33
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Dim 20 Juin - 15:51

Laya regarda les différents représentants des familles de la mafia signer à leur tour la trève. L'avis général était favorable, mis à part le dénommé Belzebuth, qui était catégorique : on ne pourrait pas compter sur lui. Carten Agostino, l'une des cibles de la jeune héritière, venait de partir afin d'affronter un des Requiem. Sa tension s'appaisa, mais une partie demeura, à cause de la présence du 4ème. C'est alors qu'une chose étonnante se produit. Sur un simple signe du dénommé Belzebuth, la "personne" se trouvant derrière lui fit une prédiction...une prédiction qui jeta un froid dans la pièce.

-Cette accident n'est que le premier d'un période sombre qui s'ouvre a vos pieds ...
"...!"
*Le premier?*


L'inquiétude de Laya grandit. Qu'allait-il pouvoir se passer après celà. La ville était à moitié détruite...qu'est-ce que ce serait par la suite?

-Très bien !!! Il y t-il quelqu'un qui veut connaître son avenir ?

Le premier à parler après cette proposition fut l'un des gardiens du jeune Agostino, qui ne souhaitait pas connaitre son avenir. Puis ce fut le tour du second gardien présent. Laya fut très étonnée. Elle le connaissait. Elle ne l'avait vu qu'une fois dans sa vie, mais elle s'en souvenait bien. Elle se tourna vers Lloyd.

"Lloyd..."
"Oui Madame, c'est bien lui. Ganbino."

Lloyd ne pouvait pas l'avoir oublié. C'est ce Ganbino qui l'avait permis de continuer son rôle de garde du corps. S'il n'avait pas été là, il ne serait rien aujourd'hui.

"J'aimerais avoir une prédiction. Peut-être me sera-t-elle utile lorsque j'irai aider Choco."

C'est à ce moment que la chauve-souris du gardien sortit la tête de la chevelure de son maitre. Laya ne put s'empêcher de ricaner. Il s'était passé la même chose ce jour-là. Mais ce n'était pas le moment de s'égarer. Laya s'avança d'un pas.

"Je souhaite également une prédiction."

Elle ne croyait pas vraiment à la divination, le futur étant selon elle très changeant. Mais son instinct la poussait à croire ces prédictions.


[HRP]J'aborderai la rencontre entre Laya et Ganbino dans les chroniques.[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayer
Juge & Sapiento - Maîtres du Jour
avatar

Fiche : Le Duo-d'assassins !!!
Masculin Nombre de messages : 771
Pouvoir spécial : Samaell=>Résistance et Force exceptionnel.

Ivan=>Télékinésie, télépathie et le "Vide".
Niveau de combat : 46
Date d'inscription : 07/08/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Lun 28 Juin - 13:58

[Tin Tin Tiiin ~~~~ Les Libretti, la 5eme génération des Agostinos et les Giolis sont demandés au QG Gioli afin de poster, merci !]

_________________
"Ce qui ne nous tues pas nous rends plus forts !"

Je suis aussi Emilio, l'Agostino au service de Kaoni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Compte PNJ
Personnages Non Jouables
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mar 29 Juin - 23:43

La 4eme génération Agostino était restée silencieuse, mais la tension était quand même au comble.
Le Padre, symbole de puissance, avanca et signa lui aussi le fameux traité.


Je suis pour cette trève, même si nous représentons Dystinia. D'ailleurs, nous participerons à la reconstruction de la ville, quoi qu'il en coute. Par contre, nous requisitionnerons, si possible, le corps de "l'immortel"....

A ce moment, il lança un fougeux regard vers BEL, qu'il accusais évidemment, et surtout, il se doutais qu'il réagirait à ce titre " d'immortel ".

... à savoir le chef du Requiem. Nero Chaos de son nom.


Cette fois-ci, ce fut un regard général des chefs de famille mafieuse, car personne ne savais le nom du chef de Requiem, et Libretti accusait clairement le Boss Agostinos d'y être pour quelque chose. C'est un regard bien méchant qui se dirigea vers lui. Mais il préféra l'ignorer. De même, il prit Raia par l'épaule, et commençait à se diriger vers la sortie.


On a quelques affaires à régler, Libretti, mais je suppose que tu ne nous souhaites pas plus ici. Si tu veux parler, viens me voir à la Tour, à Dystinia.


Et Ainsi, ils se dirigèrent tous vers la sortie, les Agostinos. Du moins tous sauf un. En effet, Sven était resté, avec le fameux " colis " du padre dans les mains. Il était resté là, un air princier, et il vit tout de suite que Libretti le regardait avec un air surpris.


Je suis le bras droit du Boss, et il m'a demandé de rester ici en tant qu'observateur, de plus, je dois m'entretenir personnelement avec miss Dayrisch ici présente.

Dit-il en la regarda avec un regard non moins sérieux, mais surtout plein de compassion : Il voulais exclusivement s'expliquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libretti
Personnages Non Jouables
avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 26/09/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mar 29 Juin - 23:53

[ désolé choco, mais faut faire avancer le RP ]

Maitre Libretti venait de voir pas mal de signature se tracer, mais c'est le padre Agostino qui le préoccupait le plus. A vrai dire, il était plus que curieux, et la " visite " qu'il lui offrait était tout ce qu'il y a de plus douteuse. Mais il ne fit pas vraiment attention au reste après celà, il s'endormait presque en attendant son tour. Il claqua alors des doigts, faisant signe à son assistante, Elena, et cette dernière alla chercher la feuille et le stylo. Elle ramena le tout devant Kaoni, et ce dernier, dans un silence de mort, signa la trève.


Comprenez bien que même si je signe cette trève, cette situation ne m'inquiète pas plus que cela. Sachez juste que concernant notre force, je pense que nous somme largement assez....

Puis il regarda notre maléfique Bel adoré, et sourit.


Bien que je sois le seul à choisir mon avenir, je veux bien écouter ce qu'elle a à dire, cette petite.

Mais son sourire pervers fut remplacé vite fait par une grimace de douleur, quand Elena lui marcha sur le pied avec son talon aiguille. Mais très vite, il reprit son serieux, et était plongé dans ses pensées. Padre Agostino avait quelque chose à voir avec ça, de même, son ' étrange comportement ' pour le tournoi Agostino devait être lié de près ou de loin. Du moins, c'est ce qu'il pensa. Il resta en attendant que le reste des signatures soient apposées, alors que de gros bruits menaçant venait de derrière. Le Duo devait être arrivé, et le combat avait du commencer.

Il se tourna vers le représentant Gioli, et lui posa une simple question.


Il y a un moyen de voir ce combat? Car je suis sur que ca servirait d'exemple à tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Levi
Gardienne sanguinaire de la famille Dayrisch
avatar

Fiche : Miss Nicolaevich
Féminin Nombre de messages : 103
Age : 24
Pouvoir spécial : -Manipulation de la glace
-Vue nocturne
-"Vampirisme" (voir fiche)
Niveau de combat : 39
Date d'inscription : 23/06/2010

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mer 30 Juin - 1:02

[=>Entrée de la ville]

Sasha venait de traverser une bonne partie de la ville ravagée. Elle avait évité les chutes de bâtiments, ainsi que pas mal d'habitants devenus complètement fous. Elle s'était également permise d'emprunter un petit raccourci en traversant des ruines de maisons. Cela lui permettrait d'arriver plus vite. Elle marchait comme si de rien n'était, ignorant tout ce qui l'entourait. Elle n'avait qu'un seul objectif pour le moment: rejoindre Lady Laya.
Après un long moment de marche dans la ville, elle arriva enfin sa destination. Sans vraiment de poser de question, elle entra directement dans la demeure où elle se fit accueillir par des gardes pas très accueillant. D'un ton blasée, elle déclina rapidement son identité et la raison e sa présence. Après ce petit discours, elle se fit accompagner par les deux monsieur jusqu'à une porte puis ils repartirent en sens inverse. La jeune femme ne risquait en aucun cas de faire une entrée polie puisqu'elle ne frappa même pas à la porte et l'ouvrit directement. Son regard était mélangé entre un air sérieux et un air de psychopathe sanguinaire. Elle dévisagea chaque personne présente dans la pièce, sans avoir un grand intérêt pour eux. Puis ses yeux s'arrêtèrent sur une seule et unique personne, une jeune fille. Sa boss se trouvai à quelques mètres d'elle. Elle se dirigea donc directement vers la jeune fille blonde, sans prendre la peine de fermer la porte derrière elle. Sasha s'arrêta juste devant la demoiselle et dit d'un ton très solennel en faisant une courbette de courtoisie.


"-Me voilà, my Lady"

La jeune bosse demanda à la jeune femme de faire preuve d'un peu de politesse et de montrer un peu plus d'intérêt pour les autre en déclinant au moins son identité.

"-Comme il vous plaira, Lady. Je me nomme Sasha Levi, membre de la famille Dayrisch. Je suis sou les ordres de Lady Laya."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mer 7 Juil - 21:57

[Aiendro, Daralia]

Aiendro observait silencieusement ce qu'il se passait, tout en essayant de ne pas s'inquiéter pour son jeune frère... Il le savait fort, mais il était difficile de ne pas se faire du soucis dans de telles circonstances.
Cependant, un masque d'impassibilité régnait sur son visage, et bien que l'on sentit quelques tremblements dans le sol, personne ne semblait revenir sur l'incident qui avait lieu en ce moment.
Persfonne, ou presque, puisque Kaoni, se tournant soudainement vers l'ainé Gioli, demanda :


-Il y a un moyen de voir ce combat? Car je suis sur que ca servirait d'exemple à tout le monde.

-Surement, monsieur le Maire, si vous me donnez une minute..
.

Le Lieutenant se tourna vers l'ordinateur placé sur la table à côté de son siège, et pianota quelques instants sur le clavier. Un léger pan de mur s'écarta pour laisser place à un écran, qui s'alluma. Divisé en quatre, une seule de ses quatres parties montraient cependant des images.

-Les caméras ont été détruites par une explosion, il n'y en a qu'une qui a tenu le choc. Mais elle est mobile, je vais la programmer pour qu'elle suive le combat... Voilà.

La caméra se déplça lentement, et laissa voir Maciro et Carten alors qu'ils débutaient le combat. On ne voyait Terano nul part.
"Si il ne s'en est pas sorti, on est dans de beaux draps.. Non, il doit surement être mal en point, mais pas mort."
Quittant ces pensées peu glorieuses, Aiendro se tourna vers la jeune femme accompagnant les Sapientos, et déclara :


-Selon moi, bien des avenirs sont possibles, mais si je peux me préparer à l'un d'entre eux, je ne dis pas non... J'accepte volontiers.

-Moi de même, déclara alors une voix à côté du commissaire.


Aiendro tourna la tête et vit que c'était Daralia qui avait parlé. Silencieuse depuis le début, se contentant d'observer, elle jouait bien le rôle qu'elle s'était attribuée, et parvenait même à montrer un certain malaise par rapport à ce qui l'entourait, bien que celui-ci soit feint.
Les différents parrains présents répondirent chacun leur tour à l'affirmative concernant leur avenir. La première à refuser fut Miranda, qui se contenta de déclarer :


-Il ne me reste plus tant d'avenir que cela, autant qu'il reste une surprise.

Puis vint le tour d'Ernesto Gialepi. Le corse, qui observait le déroulement du combat par le biais de l'écran, dit, sans tourner la tête :

-Faites votre prédiction. Apprendre son futur est une chose, ça ne veut pas dire qu'on pourra le changer si il ne nous plait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayer
Juge & Sapiento - Maîtres du Jour
avatar

Fiche : Le Duo-d'assassins !!!
Masculin Nombre de messages : 771
Pouvoir spécial : Samaell=>Résistance et Force exceptionnel.

Ivan=>Télékinésie, télépathie et le "Vide".
Niveau de combat : 46
Date d'inscription : 07/08/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Sam 17 Juil - 19:51

Belzebuth se leva avec un sourire inquiétant sur les lèvres. Il prit Evangeline par la main et la fit contourner le fauteuil. Une fois la jeune fille devant le cinq fois centenaire, il passa sa main ouverte devant le visage de la Vierge et lui chuchota a l'oreille:

-Vas Evangeline, et prédit a ces pauvres pécheurs tes vérités inéluctables ...

Mais avant qu'elle puisse commencer le gardien de la terre des agostinos partit. Belzebuth eut un hochement de sourcil envers Samaell, lui demandant ainsi si lui aussi voulait connaître son avenir, cependant le frère aîné du Duo secoua négativement la tête et s'en alla derrière Choco en disant:

-Je vais aider cette face de taupe ... [=> Entré de la Mairie]

Le nécromancien regarda alors a nouveau les différents parrains réunis, et l'écran montrant le combat. Puis il poussa légèrement la devin et celle ci se mit a réciter, en passant devant chacune des personnes présentes, leur caressant la joue et plongeant son regard blanc dans le leur.
Le premier fut Libretti:

-Roi de l'Ombre, rappelez vous qu'aucun règne n'est éternel. et faîtes gaffes, l'homme aux neufs vies et sur vos traces.

Elle s'avança ensuite vers Fenelio, un visage plein de tristesse, de compassion et de mélancolie:

-Cessez de regarder derrière vous, ou payez en les conséquences.

Pour Giuselo, la prédiction du pantin de Démon fut accompagné d'un petit sourire.

-Elle seule sait la vérité.

Puis elle fit une déclaration pour les trois parrains accompagnant Miranda, a savoir Lietti, Miriola, Silieglo:

-Trahis, faites confiance en vos anciens ennemis.

Enfin, ce fut au tour d'Ernesto Gialepi, dont les yeux était toujours fixé sur l'écran. Evangeline prit alors sa tête entre ses mains et la tourna vers elle, une petite moue mécontente sur les lèvres.

-Votre patrie se rappellera à vous, et un choix s'offrira à vous. Le croisé sera bientôt là.

Puis les maîtres des lieux eurent aussi droit a leur prédiction, et tout d'abord Daralia:

-Votre plus grand espoir sera lorsque les apparences ne suffiront plus.

Et pour Aiendro:

-Lorsque vous serez un des deniers debout, n'oubliez pas.

Evangeline se retourna soudainement dans une volée de sa robe bleue ciel et se retrouva face l'héritière Dayrisch:

-Votre pouvoir est encore incomplet, de même que votre être...mais très bientôt, l'entier "héritage" de votre sang vous sera rendu.

Et pour finir ce fut le tour de Ganbino.

-La mort te guette, il faudra prouver que tu es le vrai. Ton pouvoir est encore bien trop insuffisant pour la suite des évènements ... mais réjouis toi, car tu est rentré dans quelques choses qui est bien plus important que n'importe quelle découverte ...

Tandis que le nécromancien aller exploser de rire devant le visage déconfit des autres mafieux, la poupée s'avança vers deux autres personnes n'ayant rien demandé. Elle prit ainsi la tête de Jerald et lui déclara:

-Vous avez trahis ... bientôt la justice de cette ville n'aura plus votre visage si vous continuez.

Et au pauvre Sven:

-Vous mourrez bien avant d'être pardonné.

Belzebuth se mit a rire, d'un rire de dément quand Evangeline s'avança vers lui et lui caressa la joue:

-Master ... vous ...

Le plat de la main du démon s'abattît sur la joue de la Vierge, la faisant taire . Il ne riait plus. Ses yeux gris devenait rouge sous l'effet de la colère, rouge rubis, tout doucement, comme quand l'on plonge de la peinture dans de l'eau.
Mais bientôt un sourire naquis a nouveau sur le visage de l'Immortel.Il était bien trop excité pour que sa bonne humeur disparaisse comme ça. Il regarda l'assemblé et leur dit:

-Les prédictions d'Evangeline se réalisent a 100%, alors si vous n'y croyez pas, vous ferez pourtant bien de vous faire une raison.

Puis toujours en souriant, il s'approcha d'un jeu d'échec, ignorant totalement les regards posé sur lui, saisit un cavalier noir, le regarda pendant un instant avant de le poser devant la ligne des pions. l'attaque du cavalier, une entrée en jeu simple mais ouvrant une large gamme de possibilité. Les blancs devaient normalement commencer le jeux, mais cette fois-ci, le cavalier noir avait grillé la priorité.




_________________
"Ce qui ne nous tues pas nous rends plus forts !"

Je suis aussi Emilio, l'Agostino au service de Kaoni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ganbino
Agostino - El Fuego Loco
avatar

Masculin Nombre de messages : 363
Age : 28
Localisation : Perdu, comme d'hab'
Pouvoir spécial : Maitrise du feu
Niveau de combat : 25
(28 avec Batty)
Date d'inscription : 04/05/2010

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Jeu 22 Juil - 3:21

Ganbino commençait à s'impatienter. Les discussions avaient repris, les prédictions ne se firent donc pas immédiatement. Batty ne put résister à son envie de sortir sa petite tête de son antre capillaire afin de voir tout ce beau monde. Que de gens inquiétants, il y avait. L'albinos se demandait bien ce que son maitre pouvait bien faire ici, avec de telles personnes. Tiens, voilà qu'une drôle de chose s'approche. Et voilà qu'elle touche son maitre chérie maintenant.

-La mort te guette, il faudra prouver que tu es le vrai. Ton pouvoir est encore bien trop insuffisant pour la suite des évènements ... mais réjouis toi, car tu est rentré dans quelques choses qui est bien plus important que n'importe quelle découverte ...
"..."


Ganbino ne sut quoi dire en entendant cette prédiction. Alors comme ça, la mort le guettait...mais que signifiait exactement la suite de cette déclaration?

*Je pense que je ne le saurais pas avant que le moment ne soit venu. Ce genre de chose prends tout son sens lors d'un évènements particulier. Je ne peux que me laisser guider par mon destin.*
"Je vous remercie pour cette prédiction. Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, je dois rejoindre le Gardien de la Terre afin de lui apporter mon aide."


Sur ces mots, il salua l'assemblée et sortit.


Arrow (Vers Choco)

_________________
J'incarne également Laya, Aria et Sarca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laya Dayrisch
Boss Dayrisch / Perverse sensuelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 50
Localisation : Somewhere... =D
Pouvoir spécial : Manipulation de la structure atomique des objets
Niveau de combat : 33
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Sam 31 Juil - 23:28

La demande du 4ème Agostino laissa Laya sans voix. Il demandait de récupérer le corps du chef des Requiem? Mais dans quel but? Et comment peut-il connaitre son identité? Tout cela était était étrange. Puis il s'en alla, laissant seulement une personne derrière-lui. Cette dernière justifia sa présence.

Je suis le bras droit du Boss, et il m'a demandé de rester ici en tant qu'observateur, de plus, je dois m'entretenir personnelement avec miss Dayrisch ici présente.
"..."
*Demander à un de ses hommes de parler à sa place...quel lâche.*


Puis soudainement, la porte de la salle s'ouvrit. Une jeune femme venait de la passer, une femme que Laya connaissait bien. Cette dernière balaya la salle du regard et repéra la jeune héritière, avant de se présenter devant elle.

"-Me voilà, my Lady"

Comme d'habitude, la politesse n'était pas son fort. Laya soupira.

"Merci Sasha. Mais je t'ai déjà dis que tu ne pouvais te permettre d'être si directe. Présente-toi au moins devant ces gens, s'il te plait."

Elle avait pris l'habitude de rajouter ces trois derniers mots quand elle lui demandait quelque chose. Un réflexe dû à la certaine crainte que Sasha lui inspirait. Cette dernière s'executa donc, non sans une certaine froideur dans la voix.
Puis vint le temps des prédictions. La sorte de marionnette s'approchait des différents mafioso présents et leur prédisait leur avenir tout en leur caressant la joue. Voilà une bien étrange façon de procéder. Néanmoins, Laya n'en dit rien et attendit son tour, qui vint enfin.


-Votre pouvoir est encore incomplet, de même que votre être...mais très bientôt, l'entier "héritage" de votre sang vous sera rendu.

Laya ne cacha par son étonnement. Que signifiaient ces paroles? L'être incomplet, l'héritage de son sang...tout ceci la perturbait.

*J'y réfléchirai à tête reposée. Pour le moment, j'ai quelque chose d'important à faire.*

Elle se tourna vers les autres personnes présentes et les salua.


"Veuillez m'excusez, mais je dois me retirer pour le moment. Une affaire urgente m'attends et je ne peux l'ignorer."

Puis elle fit un signe à Sasha et à Lloyd.

"Sasha, Lloyd...allons-y."

Elle prit la direction de la porte, mais avant de la passer, elle s'adressa au bras droit du 4ème Agostino.

"Si votre boss veut s'adresser à moi, alors qu'il ne le fasse pas à travers un homme de paille."

Sur ces mots, elle sortit de la salle, ses subordonnés à sa suite.


Laya et Sasha Arrow Centre-ville - Place Ravello
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libretti
Personnages Non Jouables
avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 26/09/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Lun 23 Aoû - 21:33

[Kaoni et Elena]

Kaoni resta de marbre face à la prédiction de la jeune femme. Il gardait un petit sourire et observait le combat qui faisait rage contre le démon cauchemardesque. Elena, quand à elle, écoutait attentivement son oreillette. De nombreuses informations arrivaient, mais le Maire refusant de les écouter pour l'instant, elle prenait des notes. Lui et Gialepi n'avaient pas quitté l'écran des yeux. Quand tout à coup la dernière caméra fut détruite par une puissante attaque de Fenzer, Kaoni se tourna vers Evangeline.

-L'homme aux neuf vies ne me fait pas peur, j'ai vu bien pire, croyez moi. Aucun règne n'est éternel, c'est parler trop vite. Soyez-en sûr, je sais très bien à qui va revenir mon pouvoir quand je mourrai. Bien, maintenant Elena, transmettez moi les nouvelles.

L'adjointe au maire s'approcha et chuchota pour garder les informations secrètes.

-Un centre de soins s'est ouvert en dehors de la ville pour soigner les blessés. Il faut répandre la nouvelle. On me dit à l'instant que 3 des Requiem sont morts à présents, ou du moins semblent l'être. J'ai eu un appel de Cosmo, il dit qu'il veille sur la Mairie et qu'il regarde un magnifique spectacle... J'avoue ne pas bien comprendre. Je comptais sur les images transmises par les Gioli pour nous éclairer.

Kaoni se tourna vers le représentant Gioli et lui répéta les informations d'Elena. Ils devaient avoir une retransmission vidéo sur le plus de surface possible pour tout couvrir. Le vieux Libretti se tourna vers les personnes restantes.

-S'il vous plaît, est-ce que chacun peut contacter tous ses membres pour leur dire qu'un centre de soins est ouvert hors de la ville, vers le panneau d'affichage ? Merci.


Un regard à son adjointe lui indiqua de faire de même. Ana avait une mission de surveillance, et si ça devait mal tourner, elle devait savoir où aller. Puis il posa un air interrogateur pour demander si tout était prêt au Gioili.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Compte PNJ
Personnages Non Jouables
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Mar 24 Aoû - 12:21

Sven, le dernier Agostino encore présent, trésaillit lorsqu'il entendit sa prédiction. Pas qu'il avait peur, pas qu'il était engoissé, mais il ricana sur le coup.
Si c'est pour l'honneur de la famille, je mourrais avec joie.
Si c'est en protégeant Carten ou Raia, je mourrais avec honneur.
Et si c'est pour faire pardonner les péchés des Agostinos, je mourrais en étant serein, en sachant que le futur est entre de bonnes mains.


Il regarda la jeune Dayrisch partir, et soupira, comme quoi la discussion va être remise à plus tard. Les écrans n'affichaient plus rien, mais Sven était sur de la victoire du jeune maître. Son élève, sans même savoir, qu'il en avait eu un autre, de maitre. Il s'assit dans un fauteuil, les jambes croisés, et il commençait a jouer avec son épée très spéciale, sans savoir qu'elle était antique, en la faisant tourner, pivoter, la pointe au sol et la garde dans sa main.
Il lançait tantôt des regards amicaux vers les Libretti, vers Jerald, qui était encore plus renfrogné après ça, tantôt un regard froid et distant vers Bel et vers les autres familles mafieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayer
Juge & Sapiento - Maîtres du Jour
avatar

Fiche : Le Duo-d'assassins !!!
Masculin Nombre de messages : 771
Pouvoir spécial : Samaell=>Résistance et Force exceptionnel.

Ivan=>Télékinésie, télépathie et le "Vide".
Niveau de combat : 46
Date d'inscription : 07/08/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Sam 6 Nov - 17:42

Suite a la déclaration, de Kaoni, Belzebuth contacta le Maire par télépathie.

*Fais gaffe mon ami, les prédictions d'Evangeline sont pour la plupart juste.*

Puis, il se leva de son fauteuil, balayant d'un revers de la main toutes les pièces de l'échiquier. S'étirant sans gène devant tous les autres mafieux et le commissaire, il regarda son portable et prit la parole.

-Selon mes hommes, Fenzer Akumu, le démon cauchemardesque est mort, est l'héritier Agostino à été emmené par votre fille monsieur Libretti au campement de soin, ainsi que le dénommé KeiRyo. L'homme ressemblant au parrain Gioli est toujours sur place. Et il est mal barré. Un autre Requiem se trouve la bas.

Puis quand Kaoni demanda a tous les membres ici présent de prévenir leur famille de l'existence du camp de soins, le démon fit une courbette moqueuse. Son regard coula sur Gialepi et son air se fit mauvais, il n'aimait pas cette homme, mais un homme avec qui il faisait affaire lui avait demandé de ne pas le toucher.
On ne rigole pas avec les affaires.
Enfin, il prit Evangeline par la main, et se dirigea vers la sortie.

-Bon, vu qu'à cause de ces rats d'Agostinos et de l'inefficacité des Giolis nous n'avons plus de Boss, je dois aller m'occuper des Sapientos, je vous prie donc de m'excuser. Je vous envoie un homme qui m'atteindra le con...

La porte s'ouvrit soudainement, laissant passer un vieillard, aux cheveux blancs noués en queue de cheval et au regard dure et sévère. Cette homme, c'était le Maréchal du Zénith, la seconde personnalité la plus importante de la section après le Zénith lui même. Il s'appelait Elyas Mondin et il était quasiment dans la famille depuis sa création. Cependant, il n'avait jamais montré une seul envi de monter de grade.
Il regard le nécromancien droit dans les yeux, avec un sentiment de méfiance et de peur, bien que minime, visible bien malgré lui, pourtant il prit place dans la salle sans sourciller.

-Je représenterais donc ma Famille ici même, je suis Elyas Mondin, Maréchal du Zénith, la branche de détention et de logistique de la famille Sapiento. Je servirais d'intermédiaire.

Souriant, le démon sortit donc en regardant encore une fois Kaoni afin de le mettre en garde, puis en émettant une aura particulièrement meurtrière autour de Sven afin de lui montrer qu'il pouvait en effet crever n'importe quand.
Il s'en alla, mais pas au QG, il avait a faire quelque chose d'abord, quelqu'un a rencontré et des cadavres a ramassé.

=> Campement de soin.

_________________
"Ce qui ne nous tues pas nous rends plus forts !"

Je suis aussi Emilio, l'Agostino au service de Kaoni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   Dim 23 Jan - 1:08

=> Bloc médical

Terano avançait au plus vite qu'il le pouvait. Au plus vite, cela signifiait que ses bras faisaient des allers retours constants sur les barres des roues de son fauteuil, et qu'il avait déjà manqué de percuter 3 ou 4 personnes.
Ce fut donc après maints dangers évités avec brio que le jeune parrain arriva dans le salon de réunion de la base. D'un signe de tête, il salua Ernesto Gialepi, qui observait l'écran de contrôle d'un air soucieux, tandis que Miranda semblait à moitié assoupie dans un canapé.

-Quelque chose ne va pas, Ernesto ?

Le corse tourna la tête vers Terano, et répondit simplement :

-Je connaissais cette base pour être venu il y a dix ans, mais ça n'avait rien à voir avec ce que c'est aujourd'hui. Tu as accès à 3 points stratégiques du centre à l'Est de la ville, et un réseau de caméra qui permet d'observer les zones importantes. Les capteurs de votre annexe à GungunLand peuvent repérer la moindre fluctuation énergétique importante... Mais je sens que votre efficacité va diminuer.. La moitié du réseau est HS, et avec la reconstruction de la base, je vous souhaite bonne chance pour vous en remettre.


Le jeune parrain s'approcha d'un ordinateur, et rentra son mot de passe. Instantanément, quatre fenêtres s'ouvrirent : trois correspondaient à des messages urgents, la dernière étant le message laissé par Maciro
Il lut d'abord les trois messages, internes à sa famille, et eut un sourire.


-Mauvais diagnostic, Gialepi. Ma famille ne s'étend pas uniquement que dans Domingo.

-Je le sais bien, mais où veux-tu en venir ?

-Un pacte temporaire a été fait avec la Cosa Nostra, les Siciliens vont pouvoir envoyer quelques renforts à Domingo.

-Je ramène bien des membres de la pègre corse, je vois pas le...

-Les Français sont en train de rassembler du matériel, le coupa Terano. D'ici deux jours, une demi-douzaine de camions vont descendre depuis le Havre et Lyon. Les Japonais ont réquisitionnés deux gros porteurs, le temps de rassembler ce qu'il leur faut et ils décollent tout droit pour l'Italie


-... Tu ne veux pas dire que...

-Aiendro a fait du bon boulot pendant mon coma. Toute la famille se mobilise pour venir en aide à la ville. Du matériel de reconstruction, des vivres, des hommes supplémentaires... Si on ajoute à ça la participation des autres familles, de tout le monde, Domingo se rétablira bien assez vite.

-Bien parlé, petit ! Lança Miranda, qui les écoutait parler depuis le début. Vous pourrez compter sur moi et les autres pour donner un coup de main. Autant faire durer la Trêve autant de temps que possible. Ce ne sera pas pour vous déplaire, en plus, jeune Gioli !


Terano hocha la tête avec un sourire. Effectivement, que la Trêve dure l'arrangeait au plus haut point : ainsi un des objectifs de sa famille était temporairement réalisé, ce qui faisait toujours du bien au moral des siens, et de surcroit, il souhaitait régler les problèmes des Ayleth, des Gaïo ainsi que le problème "Felina" tant qu'il ne risquait pas d'ennui avec d'autres familles.
Il tourna de nouveau son attention sur l'ordinateur, et commença à lire le message laissé par son sosie. Celui-ci était concis, mais très claire :


"Je rentre à Tardez me remettre en forme et préparer le terrain. J'ai laissé à ton frère une carte avec l'emplacement de la base de Gelma, ainsi qu'un numéro de téléphone. Appelle-moi la veille de l'attaque, je prendrai mes dispositions.
Bonne chance pour Domingo, vous vous en tirerez bien. Maciro.
Note : J'ai fait en sorte que l'ascenseur menant à ton ancienne maison soit libre d'accès, pour entrer comme pour sortir."


Le parrain ferma le message et laissa une note pour son frère, afin qu'il lui transmette la carte dès son retour. Maintenant, il lui restait une dernière chose à faire : partir pour le Manoir Gaïo.
Après un instant d'hésitation, le jeune homme prit la direction de l'ascenseur qui montait vers la rue Faust. Par chance, ça restait le plus court chemin pour se rendre au manoir : en fauteuil roulant, il en aurait pour un gros quart d'heure...


=>le Manoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Q.G. de la famille Gioli   

Revenir en haut Aller en bas
 
Q.G. de la famille Gioli
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)
» Si le centre est stable, alors la famille est soudée — Ngugi
» Personnalités de Terrassanta (Famille Delacroix)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domingo :: Domingo, ville mafieuse :: Ruelles :: Rue Fausto :: Maison de Terano :: Base Gioli-
Sauter vers: