Domingo


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Maison de Terano

Aller en bas 
AuteurMessage
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Maison de Terano   Ven 1 Mai - 14:41

[Note : suite du post du 11 février à 17h et quelques]
==>QG Gioli

Terano referma l'ascenseur avec un code spécial. Ce code enclenché, seul trois personnes pour l'instant pouvait utiliser cet ascenseur : lui-même, et ses lieutenants, Daralia et Aiendro.
Tranquillement, il attrapa ensuite un petit sac de café, pénétra dans la cuisine, et se fit un café, histoire de se relaxer un peu, et s'assit sur un canapé, décidant de se reposer un peu.
Quelques minutes plus tard, le café descendu dans l'estomac, le jeune homme enfila un blouson, mit sa balle dans une poche facile d'accès et sortit de sa maison.

==>Rue Fausto.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Ven 1 Mai - 14:43

[note : Début du post du 13 février à 11h41]

==> Rue Fausto

En rentrant chez lui, Terano mit de l'ordre dans ses papiers et son esprit dériva une nouvelle fois vers l'assassinat des parrains. Il était certain que quelque chose lui échappait, quelque chose qui donnerait la clé pour comprendre le mystère entourant leur mort.
Après avoir bu un demi-litre de café et bossé jusque tard dans la nuit, le jeune homme s'endormit, espérant avoir la solution d'ici peu de temps...
-------
Quand il se réveilla, le jeune parrain avait les idées claires, ainsi que l'esprit et le corps en forme. Tant mieux, car il sentait qu'il en aurait grand besoin. Après un court déjeuner et deux tasses de café, Terano prit l'ascenseur et arriva à la base souterraine de la famille.

==> QG Gioli
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Ven 1 Mai - 14:49

[Maintenant on est enfin au présent]

==> QG Gioli

Terano verrouilla l'ascenseur, puis sortit du garage. Personne n'était venu à l'intérieur de la maison, et visiblement, personne pour le moment n'était encore là. Tant mieux, mais mieux valait être prévoyant. Le jeune homme alla déverrouiller la porte d'entrée, puis alla préparer une demi-douzaine de tasses de café - pas pour les probables invités, mais pour lui.
Puis Terano alla se camper dans son canapé, face à la baie vitrée donnant sur la rue Fausto, prêt à attendre le temps qu'il faudrait jusqu'à ce que quelque vienne, sachant pertinemment que la prochaine personne qui entrerait dans la rue serait la femme qu'avait "rencontré" son frère, étant donné que seul lui et Lupo Modenessi habitaient la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Dim 3 Mai - 2:46

Du sang s’écoulait tout autour du poignée de la jeune fille, formant un bracelet rouge. Remarquant que Zack regardait sa blessure avec dépit, elle prononça le mot "aïe" d'un air peu convainquant.

<< Je croyais que tu ne ressentais plus aucune douleur depuis que tu...

- C'est pour donner plus de réalisme,
répliqua-t-elle d'un air peu enthousiaste. >>

Zack fronça les sourcils, pourquoi s'amusait-elle à l'inquiéter ?

La porte d'entrée se referma dans un fracas épouvantable, les plongeant dans le noir. Le gamin blond l'avait violemment repoussé dans ses gonds. Trysh jeta un regard noir à son fils, se jurant de lui faire payer cet affront.


<< Bah ouais, hurle tant que tu y es. Cependant, je te conseille de ne plus prendre de risques inconsidérés, si tu ne veux pas souffrir pour le restant de tes jours. Et n'allume pas la lumière ! s'offusqua Trysh, devant le gamin qui cherchait désespérément un interrupteur. >>

Zack sembla soudainement partagé entre la rage et la satisfaction. C'était un fait, il trouvait l'attitude hautaine de sa mère de plus en plus agaçante. Mais d'un autre côté, elle lui accordait de l'attention en s'énervant sur lui.
Trysh jeta des regards frénétiques autour d’elle pour savoir où elle se trouvait.
Il faisait sombre et il était difficile d'y voir au loin. Ils étaient probablement dans un couloir, menant sur toutes les pièces de la maison. De fins rayons lumineux s'engouffraient sous les différentes portes, projetant un semblant de lumière. Lilith s'assit tranquillement sur le sol, et s'adossa contre un mur.

Gênée par la sensation de sa main gauche, Trysh frotta sa paume contre les décorations murales, et y laissa une longue traînée rougeâtre.


*C'est donc à ça que ressemble la maison de Gioli ? Elle m'avait semblée plus lumineuse dans les souvenirs de l'autre.

- C'est peut-être parce qu'il commence à être tard, et que nous sommes dans un espace clôs avec aucune source de lumière, hein ? railla Charlène. Regarde, cette porte-là.

- Le salon, non ? C'est sûrement là que...

- Mouaip, Terano doit probablement squatter son canap' en sirotant du café. *

Elle s'avança lentement vers la pièce indiqué, lorsqu'un gargouillement s'éleva. Zack ouvrit alors de grands yeux et se sentit rougir.

<< J'ai faim, déclara-t-il simplement.

- Tsss, osef, tu devrais plutôt te soucier des lieux que de ton estomac. >>

Lilith se releva tranquillement et essuya le sang autour de sa bouche avec le revers de sa manche. Arborant une attitude bien différente que celle habituelle, il s'exprima d'un air lasse :

<< J'ai atrocement faim et ma gorge se dessèche, ma'am.

- Bonne idée ! Allons grignoter un truc dans son frigo,
répondit-elle, sérieuse. >>

Et sans plus de cérémonie, elle entraîna Lilith à sa suite, sachant parfaitement la disposition des lieux.
Humilié et son amour propre blessé, Zack ronchonna, shoota dans le vide et leur emboîta le pas, les mains dans les poches. Il s’arrêta subitement de marcher pour se retourner et se mit à fixer un point dans le couloir sombre. Il n’y avait rien d’autre qu'une porte entrebâillée, ainsi que les murs et le plafond qui se prolongeaient pour s’enfoncer dans la pénombre. Pourtant, il était persuadé d’avoir entendu un bruit, comme si on les suivait.
Il se remit en marche pour rejoindre le reste du groupe, se rassurant en pensant qu’il avait probablement halluciné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Dim 3 Mai - 15:25

Terano observa dans le noir les trois personnes arriver dans la rue, puis rentrer chez lui en faisant un boucan incroyable. Pour la discrétion, on repassera. Mais bon... Le jeune parrain décida de les laisser faire quelques instants, tout en écoutant ce qu'ils disaient. Il laissa les personnes partir en quête de sa cuisine, tandis qu'il finissait son café. Puis il se leva, et d'un pas tranquille, les suivit. Même si il se fichait qu'on le remarque, il était discret, si bien que lorsque l'un des adolescents se retourna, il ne bougea plus par réflexe, puis recommença à marcher doucement, d'un pas feutrés, à la suite des trois intrus, qui n'avaient pas dû voir dans l'esprit d'Aiendro le plan de la maison puisque la cuisine était à gauche de la pièce où ils étaient à présent, et que les trois personnes semblaient persister à aller tout droit.

*Ca en serait presque facile... A croire qu'ils ne s'attendaient pas à ce que je sois au courant de leur visite. Ou bien, qu'ils veulent me le faire croire. Dans ce cas, autant briser le voile.*

Le jeune parrain, qui malgré le noir, se situait très bien dans sa maison, se retourna et alluma un interrupteur. Aussitôt, les lumières de la maison s'allumèrent d'un coup, éblouissant tous les occupants de la pièce, sauf Terano qui avait pensé à mettre ses lunettes de soleil afin de ne pas être aveuglé par la soudaine lumière.
Ils se trouvaient dans la plus grande pièce de la maison, une salle de réception d'environ 80m² (il est pas fauché le Terano) avec en son centre une table pouvant accueillir 10 personnes.


-Madame, Messieurs, fit Terano, bienvenue dans ma maison. Excusez-moi pour le manque flagrant d'accueil, mais je ne m'attendais que peu à avoir de la visite ce soir. Ceci dit, j'avais commandé au traiteur des plats pour une réception, mais nous avons du annuler et le traiteur était déjà pasé, aussi, je me ferais un plaisir de partager mon repas avec vous, si ça vous intéresse.
Après cela, si vous aviez quelque chose à me demander, le motif de votre visite par exemple, ce sera un honneur de répondre à vos questions.


Le jeune parrain eut un léger sourire, puis les invita à s'asseoir tandis qu'il allait à la cuisine juste à côté mettre les plats à réchauffer, non sans les quitter des yeux.


HRP : désolé si c'est court mais bon je suis flemmard aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Dim 3 Mai - 19:56

Trysh se rendit immédiatement compte de l'arrêt brutal de son fils, et décida de continuer tout droit. Charlène ne fit aucun commentaire sur ce changement soudain de directives. Elle se doutait bien que si Trysh devait affronter le parrain, il lui fallait de l'espace. Même si le pouvoir de Zack devenait presque inutile dans ce genre d'endroit, celui de Lilith pourrait toujours la soutenir grâce au mobilier.

*Bien sûr, pour ça, il faut que Lilith daigne nous aider, admit Charlène à l'attention de son double. Et comme, il n'est qu'un gamin lunatique, ça risque d'être difficile.*

Avant même qu'elle puisse lui répondre, les lumières s'allumèrent brusquement. Aveuglée, elle se protéga les yeux du dos de sa main, et releva les pans de son manteau pour mieux saisir le pommeau de son épée. S'habituant peu à peu au changement d'éclairage, elle vit que le parrain avait ses lunettes de soleil sur le nez. Trysh sentit la nervosité monter en elle: tant qu'il les porterait, son pouvoir d'hyptnose serait inutile. Il la dépassa pour entrer dans la salle de réception.

<< Madame, Messieurs, fit Terano, bienvenue dans ma maison. Excusez-moi pour le manque flagrant d'accueil, mais je ne m'attendais que peu à avoir de la visite ce soir. Ceci dit, j'avais commandé au traiteur des plats pour une réception, mais nous avons du annuler et le traiteur était déjà pasé, aussi, je me ferais un plaisir de partager mon repas avec vous, si ça vous intéresse.
Après cela, si vous aviez quelque chose à me demander, le motif de votre visite par exemple, ce sera un honneur de répondre à vos questions.>>


Trysh, surpris, le dévisagea sans effectuer le moindre mouvement. Il lui accorda une esquisse de sourire, et leur proposa de s'asseoir.

*Ce type se paye notre tête*

Méfiant depuis l'apparition de l'homme, Lilith s'était instinctivement collé à sa mère pour chercher du réconfort.
Zack, quant à lui, fut ravi de cette invitation et ne tarda pas à prendre place sur une des nombreuses chaises. Et à nouveau, il jeta un coup d’œil au bras gauche de sa mère. Celui-ci dégoulinait de sang. Il en était couvert jusqu’au coude.


<< Il est louche ce type. Pourquoi il porte des lunettes de soleil à l'intérieur ? s'interrogea Lilith. >>

Trysh ne répondit pas et se contenta de regarder le sang qu’elle avait sur son poignet. L'inquiétude dans son regard s’était totalement dissipée pour laisser place à un mélange de colère et de détermination.
Tandis qu’elle plongeait sa main ensanglantée dans sa poche, Trysh entendit la voix de Charlène résonnait dans sa tête. Comme si elle était présente à ses côtés, et lui murmurait les instructions à suivre…


*Hep hep, je t'ai répété maintes et maintes fois de ne pas fumer en présence des gamins.*

Enervée, elle enleva son manteau qui lui descendait jusqu’aux mollets et le jetta sur le table. Ce n'était pas elle qui les avait rendues dépendantes à la cigarette, mais Charlène. Et à présent, elle l'empêchait de combler son manque de nicotine, en pretextant le bien-être des gamins. Obéissant malgré tout, elle tritura son paquet, et le fit tourner dans la paume de sa main droite.


<< Viens t'asseoir Lilith, j'ai vérifié, il n'y a pas de glue sur les chaises, plaisanta Zack >>


Encore hésitant sur l'attitude à prendre, il consulta sa mère du regard. Et comme cette dernière se contentait de fixer le vide avec hargne, il choisit de suivre l'idée de son frère, et parti s'asseoir à ses côtés.

<< Dites, y a quoi à manger, monsieur ? demanda Zack avec envie. >>


Quelques gouttes tombèrent sur le sol pour former une flaque cramoisie, et Trysh, toujours debout dans l'encadrure de la porte, s'indigna. Un ventre sur patte, songea-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Dim 3 Mai - 23:09

Le jeune parrain revint tout à propos en portant un plateau avec dessus quatre assiettes bien chargées, composées de différents plats. Terano répondit de fait à Zack :

-Prenez ce qui vous fait plaisir, et ne vous retenez pas. Je n'ai moi-même pas très faim ce soir.

Puis, il sembla réfléchir un instant, puis tira ses lunettes de soleil, révélant aux trois personnes ses yeux ambrés. Le quatorzième fronça ses sourcils lorsqu'un détail attira son attention. Il repartit dans la cuisine, et revint dans la salle avec un chiffon et une trousse de soin. Il jeta le chiffon à l'endroit où la flaque de sang se formait sur l'ex-magnifique carrelage blanc qui meublait la salle, puis posa la trousse de soin sur la table. Il ne l'ouvrit pas, mais fit comprendre que si la jeune femme voulait se soigner, elle n'avait qu'à se servir. Une fois l'échange silencieux passé, le jeune homme prit place à la grande table puis dit :

-Je ne voudrais pas paraitre désobligeant, mais il serait préférable que vous vous asseyiez également, madame. Et puis, tant que nous y sommes, j'aimerais savoir une ou deux choses sur vous trois. Vos noms par exemple. Et si vous voulez bavarder, tous les sujets de discussions sont admis. Dans ma famille, nous avons pour habitude d'être le plus ouvert possible. N'oublions pas de manger nous-même. Si vous voulez de boisson, je peux également vous en apporter.

Terano ne semblait pas réellement gêné par le personnage qu'il se créait au fur et à mesure. Ce personnage n'avait de toute façon pour seul but que d'endormir la vigilance des trois personnes, de leur faire croire qu'il n'était pas bien dangereux, mais sans trop éxagérer, pour pas que ça ne soit trop flagrant. Bien sur, il n'oubliait pas le détail que lui avait dit son frère, à savoir que la jeune femme pouvait lire les pensées. Aussi, le jeune parrain avait pensé à fortifier les siennes, celles qu'il désirait dissimuler, tandis qu'il laissait un peu plus en avant les pensées que pouvait avoir le personnage qui recevait ces trois personnes.
Cependant, le jeune homme était curieux. Lui-même n'avait aucun talent en télépathie, même si il avait appris à défendre son esprit contre les attaques d'autres esprits, ainsi que contre les illusions. Il était relativement intéressé de voir à l'oeuvre un don qu'on considérait comme un des sept attributs mentaux des Gioli, et que de moins en moins de personnes semblaient posséder. Parmis ses subordonnées, une seule personne possédait ce don, mais ni Terano ni cette même personne ne le soupçonnait encore...

Patiemment, le parrain des Gioli prit une assiette et commença à manger doucement, non sans fixer du coin de l'oeil chacun de ses convives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Lun 4 Mai - 4:17

Zack sautilla de joie, devant la nourriture. Bien avant que Terano lui pria de se servir, le gamin avait sauté sur le plat de pâtes, et en avait déversé généreusement dans son assiette. Il renouvela la même opération pour son frère, assis à sa gauche. Ce dernier posa un regard vitreux devant lui, et un large sourire satisfait orna ses lèvres. Dubitative, Trysh suivait des yeux les déplacements de Terano, qui jeta une serviette à ses pieds, et déposa quelque chose sur la table.
Elle plissa légèrement les yeux afin de bien distinguer l'objet rectangulaire : Une trousse de soin.


*Oh, c'est meugnon de sa part, s'égaya Charlène.*

La vue de Trysh se brouilla légérément lorsque Terano se débarassa de ses lunettes. Il prit place en face des gamins, et à l'attention de tous, il déclara :

<< Je ne voudrais pas paraitre désobligeant, mais il serait préférable que vous vous asseyiez également, madame. Et puis, tant que nous y sommes, j'aimerais savoir une ou deux choses sur vous trois. Vos noms par exemple. Et si vous voulez bavarder, tous les sujets de discussions sont admis. Dans ma famille, nous avons pour habitude d'être le plus ouvert possible. N'oublions pas de manger nous-même. Si vous voulez de boisson, je peux également vous en apporter. >>


Trysh n'aimait pas ses manières si joviales. Tout ça était trop parfait, et sonnait faux. Elle savait pertinemment que le blond tomberait dans le panneau, et lui confierait n'importe quelle information. Malgré tout, cela lui convenait, n'ayant rien de particulier à cacher.
Elle s’adossa contre le mur et croisa les bras, un peu plus détendue à l’idée de parler librement. Enfin, de laisser parler Zack, bien entendu. Elle ne se rabaisserait pas à utiliser sa salive, pour expliquer des choses aussi futiles.


<< N'echpérez pas trop qu'Man mange, elle ch'nourrit qu'd'Blédina, annonça Zack, la bouche pleine à craquer >>

Il avala avec difficulté, et reprit :

<< Alors, moi, c'est Tialma Zack, c'est le diminutif de Zachary. Le petit qui parle pas, c'est Lilith Cubeusc. Ses parents voulaient tellement une fille qu'ils l'ont appellé comme ça, j'crois. Celle qui ressemble à une teigne, c'est notre tutrice légale, notre maman quoi. Elle s'appelle Trysh, De... Debreul ? >>

La susnommée opina. Et sous le regard intrigué de Terano, il s'empressa de continuer.

<< C'est pas notre vraie maman, hein ! Comme j'ai perdu ma mère, et Lilith, son père, les parents qui nous restaient ont préféré confier la garde à Mathilde, c'est elle qui nous as officiellement adoptés. J'ai jamais pu saqué cette femme, elle est trop...>>

Trysh toussota. *On s'en moque, bordel*

<< Ah euh... Donc, ça fait moins d'un an qu'on vit ici, ajouta-t-il, en enfournant une nouvelle portion dans sa bouche, Maman a hérité d'un manoir après la mort de son copain, et depuis, on habite chez elle. Même qu'elle nous mène la vie dure ! Elle fout rien de ses journées, et m'oblige toujours à faire le ménage ! Et pis, en plus, on a les moyens de se payer une bonne, alors j'vois pas pourqu...>>

Nouveau toussotement.

<< ... Par contre, j'crois enfin avoir compris pourquoi on est ici. Comme notre frigo était vide, Maman a dû se dire qu'on pouvait venir ici ! Elle a sûrement appris que vous aviez annulé votre réception et...>>

Trysh traversa rapidement la pièce, tira une chaise et s'y laissa tomber. Son arrivée incongrue avait refroidi le gamin, et il regardait, perplexe, l'échange muet entre les deux adultes. Les yeux rivés sur les iris ambrés de Terano, elle tenta de sonder son esprit. La seule chose qu'elle put en tirer, c'est qu'il les écoutait attentivement.

*Force encore un peu, Charlène*

Elle obéit, et intensifia l'analyse. Elle capta une pensée, si subtile et si brève qu'elle faillit lui échapper. Alors comme ça, il savait qu'elle s'infiltrait dans son esprit ?


*Tu ne devais pas effacer notre visite, du cerveau de son frère ?

- J'ai malencontreusement dû oublier de le faire, ironisa Charlène. Tu me laisses la parole ?

- Non, tu foutras encore tout par terre comme d'habitude.*

Lassée par ce petit jeu, la jeune fille se servit de sa main blessée pour y laisser reposer sa tête, le coude gauche étant calé sur le rebord du siège. Elle allait annoncer l'objet de leur visite, au moment où elle sentit un léger chatouillis sur ses narines. Elle baissa les yeux, et regarda avec stupeur, ses doigts qui curait, sans retenue, son nez. En rejetant la douleur qui lui comprimait le bras gauche sur Charlène, elle lui avait également laisser le contrôle sans s'en apercevoir. Grossière erreur.

*Charlène ?

- Vi ?

- Tu comptes nous faire perdre toute crédibilité devant le parrain des Gioli ?

- Bien sûr que non. Mais tu connais la condition pour que j'arrête.

- Rien qu'une demi-heure.*

La tête de Charlène heurta la table de plein fouet. N'étant plus habituée à contrôler un corps entier, fait de chair et de sang, elle avait perdu la maîtrise de ses membres. Seule sa main gauche, utilisée à présent par Trysh, frappait le bois avec hargne. Charlène se releva peu à peu, reprenant lentement confiance en ses gestes. Elle s'adressa à Terano, qui la fixait comme si rien d'étrange ne s'était passé.

<< Donc, comme l'a si bien expliqué Zack. Nous n'habitons ici que depuis peu de temps, ce qui implique, une assez grande méfiance envers la population de cette ville. Ca fait quelques mois que j'ai remarqué des activités étranges près de chez moi, et à plusieurs moments, on a été suivi par des types pas très commodes. Au début, ça ne nous dérangeait pas plus que ça, puisque leur comportements n'était pas violent. Mais récemment, ils s'en sont pris à mes fils. Et même si j'ai réussi à me débarrasser des agresseurs, d'autres n'ont pas tardé à rôder aussi près du manoir. Et c'est pour ça que je m'adresse à vous, ne faisant par confiance à la police, je préfère vous demander une protection pour mes enfants. Si je ne le fais pas moi-même, c'est pour la simple raison que je ne suis pas très douée pour défendre les autres, je le suis que pour...
Enfin bref, si vous acceptez, je vous offrirai mes services, même pour effectuer la pire besogne. Tant que cela ne mette pas la vie des gamins en danger, évidemment.>>

Charlène expliquait tout ça avec un large sourire innocent, la tête légèrement penchée sur le côté. Elle attendit patiemment une réponse de Terano, mais Zack prit les devants :

<< J'ai pas besoin d'une nounou ! Papa se serait opposé à... >>


Pour la première fois depuis le début de la conversation, Lilith daigna lever le nez de son assiette. A plusieurs reprises, ses yeux regardèrent frénétiquement autour de lui, et passèrent sur le visage de Terano. Un orage se dessina sur la bouille du gamin.

<< Papa ! >>

Voyant le gamin à la chevelure d'opaline sur le point de réduire à l’état de pulpe sanguinolente leur hôte, Charlène et Zack croisèrent un court instant leurs regards et s’écrièrent simultanément : « INTERVENTION ! ». Chacun d’entre eux attrapa au vol un bras de Lilith et ils l’immobilisèrent alors que celui-ci n’était qu’à quelques centimètres de Terano. Visiblement, ce dernier s’était attendu à cette manœuvre de la part de ses invités car il n’avait même pas cillé. Lilith finit par se calmer, et tous trois se rassirent.

<< Ne prenez pas ça comme une agression. Guillaume possédait les mêmes yeux que vous, et Lilith lui en veut encore ...

- Guillaume ?

- Mon ex mari, marmonna Charlène, en se laissant aller contre le dossier de sa chaise. >>


Terano regretta presque d’avoir posé cette question car juste après l’évocation de cette personne, les superbes yeux vairons de Trysh se mirent à luire. Elle semblait sur le point de pleurer. Pour appuyer ses propos, elle dressa sa main gauche, la paume tournée vers son visage. Un petit anneau argenté était placé sur son annulaire.
Cette action fut suivie d’un long silence pesant. Craignant que cette situation s'éternise, elle pencha sa tête en arrière et éclata de rire.


<< D'ailleurs, faudra que je pense à me débarrasser de cette breloque. Le salaud qui me l'a offert n'a rien trouver de mieux que de me tromper avec ma soeur jumelle, avant de crever dans un accident de voiture. Ils devaient être trop occupés à se faire des gâteries pour prêter attention à la route. >>

Cet aveu ne fit que renforcer la tension qui pesait dans la pièce. Lilith posa un regard interrogateur sur sa mère. Cette dernière ne lui avait jamais parlé de l'existence d'une soeur jumelle, et encore moins d'un adultère. Alors pourquoi avouait-elle tout ça à un étranger ?

N'y tenant plus, elle se leva d'un bond, plaqua ses mains sur la table, et dans un grand sourire, elle s'écria :


<< La vraie raison qui m'a poussée ici, c'est que... Je veux t'épouser Tete ! >>

*Non ! hurla Trysh, des profondeurs de sa conscience*

Avant même qu'elle puisse dire que tout cela n'était qu'une plaisanterie, elle sentit une légère caresse sur sa tempe. Du coin de l'oeil, elle aperçut le canon de sa propre arme, qui la pointait en tremblant. Sa main gauche continua de la menacer, et petit à petit, augmenta la pression qu'elle exerçait sur son crâne. Un sourire d'extase conquit ses lèvres.
Trysh.


*Si tu fais ça, on meurt toutes les deux. Je ne peux pas prétendre que ce point me déplait, cependant...

- Tu avais promis de ne plus m'abandonner ! Et là, tu fais une demande en mariage à un pov type, qui se prend pour un Man in Black !

- Ce... Tu ne sais plus reconnaitre une boutade ? Calme-toi Trysh, ton esprit est corrompu par les efforts que tu as dû enduré.

- Ferme-la ! Je te réduirai au silence, et détruirai une fois de plus les êtres qui te sont chers...*

Charlène ouvrit de grands yeux effrayés vers ses enfants. Ils n'avaient pas bougé, figés par la peur. Elle tenta de prononcer quelques mots à l'attention de Terano, pour lui implorer de protéger les gamins si la situation venait à déraper, mais ses lèvres restèrent closes. Elle vit celles du parrain s'ouvrirent, mais le son qui s'en dégagea ne l'atteignit jamais. Trysh l'avait donc déjà coupé du monde.
Charlène finit par s'évanouir, dû à la perte importante de sang, et non pour la tournure que prenaient les événements.


Un conflit terrible sévissait dans la conscience de la jeune fille. De nouveau au bord du ravin, Charlène faisait face à son double.
Elle croisa alors le regard de Trysh et sentit son sang se glacer. Avant qu’elle ne puisse réaliser que sa double personnalité avait bougé, Charlène se retrouva à cinquante centimètres du sol, le souffle coupé, la main de son ancienne confidente autour de son cou.


Dernière édition par Trysh le Lun 4 Mai - 22:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Lun 4 Mai - 21:29

Au fur et à mesure qu'avançait la discussion, le jeune parrain enregistrait toutes les informations qu'il entendait, se demandant seulement si cela lui serait utile.
La jeune femme semblait plus que remarquablement froide, et la seule raison pour laquelle elle finit par s'asseoir fut de faire taire son "fils". Visiblement, pas du tout commode comme mère. Mais bon, on trouve de tout, et dans la mafia, qu'attendre de plus que ça...
Soudain, le jeune homme sentit quelque chose heurter le mur de pensée qu'il s'était fabriqué. Visiblement, elle tentait de l'atteindre de la même façon qu'avec son frère. Mais ça n'allait pas marcher avec lui : le jeune homme savait déjà à quoi s'attendre, et de plus, il avait gagné en pouvoirs mentaux depuis qu'il avait découvert les pouvoirs de la balle de la trinité.
Un court instant, une de ses pensées fut captée, mais Terano renforça sa défense intérieure et le contact fut immédiatement rompu.

Puis, peu de temps après cela, il se passa quelque chose d'étrange. D'un seul coup, Trysh s'affaissa presque entièrement, sa main gauche seule semblant garder le contrôle. Puis elle se redressa avant que Terano n'ait pu intervenir, et lui parla. Le Quatorzième nota tout de suite le changement de ton, la façon différente de s'exprimer. Comme si la jeune femme n'avait plus la même façon de s'exprimer. Elle lui expliqua alors ce qui l'ammenait ici : elle souhaitait une protection pour ses enfants, et elle-même acceptait de travailler pour la famille Gioli. Se contentant d'acquiescer brièvement, il la laissa continuer. Cependant, ils furent interrompus par l'intervention du jeune garçon au fort appêtit, qui se jeta soudain sur Terano. Le jeune homme ne bougea pas d'un poil, car ce n'était pas nécessaire : le frère du garçon et sa tutrice eurent vite fait de se jeter dessus pour l'arrêter. Après que la jeune femme ait expliqué le comportement étrange de son enfant, elle ressassa un vieux souvenir, peu important, mais qui n'était pas le genre de choses que l'on balançait comme ça. Fronçant les sourcils, il commença à boire un peu d'eau... qu'il recracha immédiatement en entendant ce que Trysh venait de dire... Double choc en effet pour le jeune homme : qu'elle lui dise ça, mais également qu'elle l'appelle Tete, chose que personne n'avait fait depuis que le mafieux avait quitté sa maison d'enfance - c'est à dire, il y a bien longtemps.

Mais il n'eut guère l'occasion de se poser plus de questions. Soudain, la main gauche de Trysh pointa le canon d'un flingue droit sur sa propre tête. Fronçant les sourcils, le jeune homme resta interdit. Que se passait-il ? Puis soudain, il se souvint d'un détail : lorsqu'elle avait tenté de lire dans son esprit, il avait semblé au jeune homme sentir deux présences. Et ensuite, son comportement avait brusquement changé, elle était devenue moins froide, plus souriante, et plus polie également.
Le jeune parrain comprit alors qu'il y avait un conflit entre deux esprits occupant le corps d'une seule et même personne, ou quelque chose de la sorte. Très étrange, mais ça n'empêchait pas que s'il n'intervenait pas, la jeune femme allait certainement mourir. Elle tenta de prononcer quelques mots, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Voyant le sang continuer de couler, il comprit qu'elle faiblissait également à cause de sa blessure. Il vit une dernière fois son regard partir vers les enfants, et lui-même dit alors :


-Tenez bon, aussi longtemps que vous le pourrez. Vous ne mourrez pas !

Alors que la jeune femme s'effondrait, lui-même commença à agir. Il se précicpita vers elle et la rattrapa juste à temps. Il alla l'allonger sur un canapé juste à côté. Pour le moment, il ne pouvait rien faire pour son conflit intérieur, mais il allait pouvoir s'occuper de sa blessure. Prenant la trousse de soin, il prit un rouleau de bandages, et mit plusieurs couches à l'endroit d'où coulait le sang, en serrant suffisament, mais pas trop fort, pour permettre au sang de circuler sans problèmes dans le bras.
A présent, il allait devoir passer à quelque chose de plus compliquer. Il n'avait aucun don pour la télépathie, mais il existait une solution. C'était quelque chose qu'il avait vu dans un livre recensant les techniques mentales des Gioli. Lorsque quelqu'un entrait dans l'esprit d'une autre personne, il laissait irrémédiablement une trace de lui-même, un lien qu'un esprit possédant déjà certains dons mentaux pouvait trouver et suivre, jusqu'à atteindre l'esprit de la personne. Seulement, venait le plus difficile. N'ayant aucun don pour la télépatie, si jamais elle avait elle-même des remparts mentaux, il ne pourrait les franchir, et ne pourrait donc rien faire, au final. Mais Terano comptait sur un fait : étant en conflit intérieur, son esprit devait être dans un véritable chaos intérieur, aussi, il ne devrait pas avoir de mal à y pénétrer, et peut-être ainsi à venir en aide à Trysh, ou du moins, à éviter que ses personnalités ne s'entretuent.

Assis sur un coussin, face au corps de Trysh, Terano entrait en méditation. Fouillant les recoins de son propre esprit, qu'il connaissait par coeur, il découvrit à sa bordure ce qu'il cherchait. Il découvrit alors à quel point ses dons mentaux lui était utile. Transformation. Transformant le lien en un pont, l'esprit de Terano traversa le vide séparant son esprit de celui de Trysh. Illusion. alors qu'il pénétrait dans l'esprit de Trysh, il créa grâce à l'illusion une barrière le rendant invisible à une détection mentale. Surement, il progressa dans les méandres d'un esprit qui lui était étranger, à la recherche de la source principale du chaos qui troublait cette personne. Puis finalement, il l'a trouva. Invocation. Rassemblant ses pouvoirs, le jeune homme invoqua sa propre apparence dans le lieu intérieur où avait lieu le combat entre les deux personnalités.
Il était difficile de les différencier, mais il y avait certains détails qui sautaient aux yeux, et qui permettait de reconnaitre chacune des deux "personnalités" qui s'affrontaient.
Il était clair cependant que c'était la personnalité "froide" qui allait bientôt vaincre le combat si lui-même ne faisait pas vite quelque chose. En s'invoquant lui-même dans ce lieu intérieur, Terano avait invoqué ses pouvoirs. Aussi, tout en courant, il appela mentalement la balle de la trinité, qui se logea d'elle-même dans sa main, et il la changea instantanément en bouclier. Bouclier qu'il lança, et heurta le bras de la "froide" qui tentait d'étrangler l'autre.
Le bouclier revint tout seul dans sa main, et le jeune homme prit la parole :


-Hep hep hep. Il semblerait qu'on ne m'ait pas bien entendu dehors. Mais je vais d'ailleurs corriger ce que j'ai dit : personne ici ne mourra. Je ne veux pas savoir ce que vous êtes, toutes les deux, ni pourquoi deux esprits partagent un seul et même corps, mais vous m'avez demandé la protection pour vos enfants, et proposé en échange à ce que vous travailliez pour moi. La réponse est oui. Cependant, il y a une chose que vous devez savoir.

Le bouclier de Terano redevint une balle, qui disparut d'elle-même un instant plus tard.

-Les gens qui travaillent pour moi sont également sous la protection de ma famille. Je n'ai peut-être entendu la parole que d'un seul esprit, mais vous appartenez au même corps. Aussi, il est hors de question que ce meurtre intérieur continue.

Terano avait presque perdu son calme habituel. A présent, on pouvait voir un peu de couleur transpercer dans ses yeux ambres, et il était clair qu'il n'avait plus à présent envie de plaisanter. Il espérait simplement que ses consignes seraient suivies. Si ce n'était pas le cas... il serait obligé d'agir pour de bons, et ça risquait dans ce cas d'être des plus dangereux, autant voir plus pour Trysh que pour lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Mar 5 Mai - 5:12

Charlène suffoquait, ses forces la quittaient. Même si elle l’avait particulièrement bien caché jusque là, ses réserves d'énergie étaient presque vides. Il lui en restait tout juste assez pour matérialiser un poignard dans sa main. Mais dans la situation actuelle, elle ne parvenait même plus à concentrer ses pensées de façon correcte. Tant qu’elle n’aurait pas trouvé un moyen de se libérer, elle ne pourrait pas utiliser son pouvoir pour se défendre…

Soudain, un bouclier venu de nulle part frappa violemment le bras de Trysh, qui se brisa sous la force du choc. Cette intervention ne lui avait causé aucune douleur, et elle n'esquissa pas un mouvement pour relâcher son étreinte.
Elle se contenta de tourner les yeux vers Terano.


<< Hep hep hep. Il semblerait qu'on ne m'ait pas bien entendu dehors. Mais je vais d'ailleurs corriger ce que j'ai dit : personne ici ne mourra. Je ne veux pas savoir ce que vous êtes, toutes les deux, ni pourquoi deux esprits partagent un seul et même corps, mais vous m'avez demandé la protection pour vos enfants, et proposé en échange à ce que vous travailliez pour moi. La réponse est oui. Cependant, il y a une chose que vous devez savoir.

- Tiens donc. Ne serait-ce pas ton chevalier servant qui vient d'apparaître ? Charlène, quelque chose ne va pas ? demanda-t-elle, faussement inquiète. >>


Trysh retira son poing.
Charlène heurta le sol de plein fouet, soulevant un important nuage de poussière. La puissance de la douleur la fit se plier en deux, c’était insupportable. Son bras la brûlait à vif, elle était prise de vertige, et n’avait plus aucun repère. La souffrance se faisait de plus en plus forte, mais elle tiendrait bon, quoi qu’il arrive.


<< Les gens qui travaillent pour moi sont également sous la protection de ma famille. Je n'ai peut-être entendu la parole que d'un seul esprit, mais vous appartenez au même corps. Aussi, il est hors de question que ce meurtre intérieur continue.

- Il n'a jamais été question de meurtre... Enfin, pas sur ma chère hôtesse. Je ne faisais que remettre les choses au clair dans son esprit, vu qu'elle s'obstine à croire qu'elle puisse me trahir. >>


Les deux adversaires se défièrent du regard durant un bref moment. Puis un gémissement étouffé vint briser le silence.

<< Il semblerait que ton sauveur ne te soit pas d'une grande aide. Il n'a pas l'air de savoir que quoi qu'il fasse, c'est toi qui en payera les conséquences. Comme c'est navrant.

- Ne vous souciez pas de cet infime détail ! Arrêtez-là avant qu'elle ne commette d'autre crimes... Je vous en supplie..

- Serais-tu prête à sacrifier la vie d'un homme pour la survie de ta marmaille ? On ne pourrait pas croire en la voyant mais cette garce est bien plus inhumaine que moi. Elle veut nous faire crever tous les trois pour avoir la conscience tranquille.

- Ne déforme pas mes...

- Oh la ferme ! >>


Charlène se prit un coup en plein visage qui la projeta en arrière. Elle roula quelques mètres sur le sol et s’arrêta juste au bord du ravin.

<< Et je t'interdis de tomber toi ! >>

Trysh, voyant que la gamine ne bougeait plus, se dirigea à son tour vers le précipice sans prendre la peine de reformer son membre cassé. Elle fit rouler le corps de son double loin du danger, ronchonna avant de repartir, offrant son dos à son adversaire. Elle tendit son bras à l'horizontale, et lui redonna par la même ocassion, sa forme originelle.

Terano se mit à courir, arme en main, tandis que Charlène se redressait.
Lorsqu’il arriva au niveau de la jeune fille, qui se tenait à genoux le temps de reprendre son souffle, il s’arrêta. Sans lui demander comment elle allait, il porta sa main gauche en dessous du menton de la gamine. Les rougeurs autour de son cou, provoquées par l’étreinte de Trysh, avaient disparu. Elle lui transmit ses pensées, et veilla que Trysh ne les interceptaient pas.


*Ne vous inquiètez pas pour moi. En ces lieux, je suis capable de me soigner... Et si le cas devait se présenter, je le ferai également sur vous... ...Même si je suis persuadée que ce n'est pas votre intention, n'abandonnez pas. La suite des événements risque de tourner en notre désavantage, mais je trouverai bien un moyen de vous épauler...*

Soudain, une bourrasque emporta Terano, le forçant ainsi à lâcher son arme. Le jeune homme fut violemment plaquée contre le mur de la caverne, à deux mètres du sol. Le vent était si fort que, petit à petit, un cratère commençait à se former dans la paroi. Des entailles se mirent à apparaître sur la peau du parrain. Ces dernières cicatrisaient presque aussitôt, mais de nouvelles apparaissaient plus vite que les premières ne guérissaient. Terano ne pouvait même pas bouger le petit doigt, il sentait sa peau s’arracher en divers endroits de son corps sans pouvoir réagir. Il n’osait même pas ouvrir les yeux de peur que ceux-ci soient également victimes de la puissance de cette véritable tempête. Et même s'il les avait ouverts, il n’aurait certainement pas vu grand-chose avec une telle bourrasque. Comment pouvait-elle générer un tel vent de façon continue ?

<< Mais quelle excellente idée Charlène ! Soigne-le ! Que je m'amuse encore plus longtemps avec lui. >>

*Pardonnez-moi, je ne peux rien faire d'autre. Si je relâchais mon attention pour la porter sur Trysh, son pouvoir vous ôterait la vie.*

La double personnalité marchait tranquillement vers Terano, la main droite tendue vers lui. Une véritable tornade horizontale s’était formée entre son bras et le parrain, et elle ne semblait pas avoir besoin de forcer pour maintenir son sort à pleine puissance.
Plus Trysh s’approchait et plus les coupures qui se formaient sur le corps de Terano se faisaient profondes. Lorsque elle cessa de s’avancer, la plupart des entailles arrivaient jusqu’aux os de l'homme. Elle maintint son sort ainsi durant une dizaine de secondes encore, puis le dissipa.

<< Le pouvoir de Lilith est vraiment intéressant, en fin de compte, s'émervailla-t-elle. S'il apprenait à le contrôler correctement, il pourrait me devenir utile. Ah ! C'est tellement excitant de se battre ici régit par ma seule volonté ! Tant de façons de mourir et qu'un sujet pour toutes les essayer, je me demande laquelle est la plus douloureuse de toutes… >>

Le parrain recommença à respirer. Il aurait aimé pouvoir hurler durant le supplice qu’il venait de subir, mais la pression s’était montrée tellement forte qu’il n’avait pu prendre la moindre inspiration. Ses jambes tremblaient et il mettait de plus en plus de temps avant de se régénérer. Charlène commençait à manquer d'énergie pour le soigner, ce qui semblait être le cas de tout le monde, à l’exception de Trysh. Cette dernière paraissait au contraire au sommet de sa forme. Elle pouvait lancer de puissants sorts et porter des coups mortels sans fournir le moindre effort… Mais qui était-elle à la fin ?

<< Cette douleur que tu ressens n’est rien comparé à ce que je vais te faire subir pour avoir pénétré ici, adressa-t-elle à celui qu’elle venait de torturer. »

Sur ces mots, elle leva son autre bras en direction de sa victime.

<< Je vais t’arracher les membres avec ce sort, annonça-t-elle, et je prendrais suffisamment mon temps pour que tu puisses sentir chacun de tes nerfs céder sous le poids de ma puissance…

- Hé ! intervint la voix de Charlène. >>


Trysh regarda par-dessus son épaule, puis ses yeux s’écarquillèrent. La gamine avait déjà suffisamment récupéré pour tenir à nouveau debout, mais ce n’était pas là le plus inquiétant : elle pressait un couteau sous sa gorge, d'un air provocant.
Voyant la scène, la double personnalité se précipita aux côtés de Terano et le saisit par la nuque.


<< Si tu te fais le moindre mal, lança la double personnalité, je brise une côte de ce type pour lui percer le cœur avec !

- Et j’en ferai de même avec ma carotide, menaça calmement l'originale, ce qui t'éliminera pas la même occasion.

- Lâche-çà ! ordonna Trysh.

- A toi l’honneur, lança Charlène.

- Toi d’abord, j’insiste !

- Moi de même. >>


Charlène continuait de soutenir le regard de son double, même si en réalité elle surveillait le parrain du coin de l’œil. Ce dernier gardait les yeux baissés, fixant le sol, comme perdu dans ses pensées. La gamine savait que, si elle prenait son temps, Terano trouverait un moyen de se tirer de cette situation. Elle n'avait plus qu'à protéger le flot de pensées de l'homme, afin que Trysh ne s'aperçoive de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Mar 5 Mai - 21:59

Terano respirait faiblement. Il avait eut vraiment mal lors du premier assaut, et il commençait à comprendre. Dans ce lieu qui n'était pas créé par son esprit, il aurait fallu qu'il soit bien plus fort pour garder l'avantage sur Trysh. Cependant, alors qu'il flottait dans les airs, blessé par la tempête, il avait commencé à comprendre quoi faire. Il n'aurait aucune chance en combat, aussi, il ne fallait pas chercher de ce côté. Lorsque le vent emporta son arme, il laissa faire. De toute façon, il n'aurait aucun mal à la rappeler à lui le moment venu. De plus, il ne tarda pas à se rendre compte de deux choses : si il était blessé, c'était non pas parce que les attaques étaient fortes, mais parce que sa résistance étaient presque entièrement annulées. Le jeune parrain comprit alors que, dans cet univers spirituel, il pouvait transférer sa puissance d'un don à l'autre, au lieu de leur répartition habituelle. Quand il avait du se rendre ici, il avait été forcé d'utiliser une très grande puissance mentale, et il avait puisé en réserve sur son don de résistance. Mais à présent... Un plan commença à germer dans l'esprit de Terano.
Mentalement, il renforça sa peau, afin de ne plus être blessé par la tempête, puisant dans les réserves de son don de transformation. En même temps, il réinvoqua sa balle, qu'il changea en bouclier, et divisa ensuite toute sa force entre sa résistance et son pouvoir d'illusion. Le but : cacher le fait qu'il avait récupéré son arme, et le fait que ses blessures étaient moins graves qu'il n'y paraissait.

Soudain, il retomba au sol. Il resta allongé, gémissant doucement. Il remercia en pensée Charlène pour l'utilisation de son pouvoir de guérison, car sinon même en ayant accru sa résistance, il n'aurait pu tenir de la sorte. Mais à présent, et même si il souffrait encore un peu, il était en meilleur état qu'il ne le laissait parraitre.
Il ne prétait plus attention à Trysh, s'efforçant de rassembler ses forces. Il fut cependant interromput par le cri de Charlène. Levant faiblement la tête, il vit qu'elle pressait un couteau sur sa gorge. Il grimaça. Evidemment... si elle se tuait, elle et Trysh disparaitrait toutes les deux, et si il faisait vite, il pourrait quitter l'univers spirituel avant qu'il ne soit trop tard. Cependant, il restait encore d'aures solutions plus enviables, et il ne voulait pas que cela arrive. Il sentit alors qu'on le tirait par la nuque, et releva la tête : Trysh menaçait de lui transpercer les côtes et le coeur. Super, encore une bonne nouvelle. Mais à présent, il avait récupéré pas mal de forces, et il savait comment gérer sa puissance. Il sentit au même instant la barrière mentale instaurée par Charlène, le protégeant d'une intrusion impromptue de Trysh.

Il ne lui restait plus qu'à préparer son attaque. En un clignement d'oeil, le jeune parrain réduit à néant l'illusion qu'il avait créé. Son bouclier apparut dans sa main, et les blessures que Charlène n'avait à priori pas pu soigner disparurent. En réalité, elle avait utilisé un peu trop de son don, et Terano était parvenu à stocker le surplus, afin de l'utiliser pour se soigner lui-même si besoin était.
En un dixième de seconde, le jeune parrain transféra son pouvoir d'illusion dans son pouvir d'invocation, et changea son arme en épée. Epée qui siffla dans les airs et faillit atteindre Trysh mais cette dernière put esquiver à temps. Cependant, à cause de ce geste, elle avait du s'éloigner de Terano, et ce dernier en profita pour se redresser. Il tendit l'épée devant lui et lança :


-Désolé, il semblerait que j'ai mis un moment à m'adapter. Mais maintenant, nous allons pouvoir commencer les choses sérieuses.

Puis il fit un moulinet avec son épée, et prononça, tout en plantant son épée dans le sol :

-Dieci Spade Infernali.

Une dizaine de lames noires semblables à l'épée Terano jaillirent du sol et l'entourèrent en flottant dans les airs.

-Et bien sur... L'undicesima Spada.

Il y eut une faible lueur, puis un halo noire entoura l'épée de Terano, qui changea de forme, gagnant en largeur et en longueur, jusqu'à devenir réellement impressionante.
Soudain, il la jeta en l'air, et elle redevint semblable aux autres épées. Il en appela une autre à lui, et elle prit instantanément la forme que venait de quitter sa "soeur".


-Et bien, je ne m'attendais pas à ce que ça donne cet effet... mais rien d'étonnant, vu que j'ai transféré mes réserves dans ce pouvoir...

Puis le jeune parrain brandit l'épée devant lui, la tenant à une seule main, et dit à Trysh :

-Dès à présent, tu vas comprendre qui je suis réellement !

Il ne s'en doutait alors pas, mais au même instant, au cour des montagnes, quelqu'un d'autre venait de prononcer les mêmes paroles. Mais ceci étant une autre histoire, qui n'a pour l'instant aucune influence sur ce qui est ici présent, continuons.

Le jeune parrain ramena son arme en arrière, et chargea, épaulé par la dizaine de lames noires qui le suivait. Alors qu'il n'était plus qu'à quelques mètres de Trysh, les épées volantes formèrent soudain un escalier, sur lequel le jeune parrain grimpa, toujours l'arme à la main. Lorsqu'il fut arrivé largement au dessus du niveau de son adversaire, les épées firent face à Trysh tandis que Terano avait sauté, épée levée, la lame prête à trancher Trysh. Le jeune parrain savait cependant que pour l'instant, il ne devait pas trop blesser Trysh, sinon ce serait Charlène qui en souffrirait, tandis que Trysh pourrait se soigner. Aussi, le parrain avait opté pour une autre solution. Son adversaire en effet ne faisait face qu'à 9 épées : la dernière s'était glissée dans son dos, prête à frapper un grand coup dans la tête de Trysh à l'aide de la garde. Il ne savait pas si ça marcherait, mais il pouvait toujours essayer.

Les neuf épées bondirent en avant, Terano abaissa la sienne tandis que lui-même tombait au sol, ses autres lames passant juste au dessous de lui. au dernier moment, toutes les lames esquivèrent l'attaque, et le jeune homme roula de côté, donnant cependant au passage un coup du plat de la lame dans les jambes de son adversaire, ce qui la fit trébucher. L'épée, placée derrière, et qui n'attendait que son heure, frappa alors l'arrière du crâne de Trysh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Jeu 7 Mai - 0:02

Trysh observait le retournement de situation avec un air détaché. Même si les capacités de Terano étaient subtilement différentes que celles habituelles, elle pouvait facilement élargir un pan de roche afin de se protéger. Elle haussa un sourcil lorsqu'elle nota que seuls neufs épées étaient visibles. Elle le soupçonnait d'utiliser une diversion pour lui faire baisser sa garde et la prendre à revers. Pourtant, même avec cette intuition, elle n'esquissa aucun mouvement au moment où elle sentit la dernière épée lui percuter le bas du crâne.

A ce moment-là, Charlène ressentit une vive douleur à la tête, et ne put empêcher son visage de se crisper. Elle prit appuis contre la paroi de la caverne, pour mieux voir l'état de son double.

Trysh fit jouer les articulations de son cou avant de pouffer.


<< Surpris ? Tu ne pensais pas que je pouvais copier ta résistance ? Mais ici, tout m'est possible ! >>

Elle se contenta de tendre la main droite en direction de son adversaire. Une sphère de vent se forma autour de celle-ci et, avec une incroyable rapidité, fonça sur le combattant. Terano eut tout juste le temps de transformer à nouveau son arme qui bloqua le projectile. Cependant, le sort se propagea dans les airs au contact du bouclier. Le souffle ainsi produit traversa la protection du parrain qui fut repoussé en arrière.

<< Regarde, je suis même capable d'utiliser tes armes ! >>

Une boule apparut dans sa main tendue, et prit l'apparence d'une épée identique à celle de Terano. Ne supportant pas le sourire de ce dernier, elle tournoya sur elle-même à une vitesse fulgurante. Surpris, le parrain n’eut qu’à peine le temps de parer le coup. L'arme de Trysh se brisa jusqu'à la garde, et elle se prit une riposte de plein fouet. Le choc qu’elle reçut au niveau des côtes lui coupa la respiration tout en la propulsant contre la paroi de la caverne, située à plus de dix mètres.

<< Tsss, il semblerait que je ne puisse pas copier ton artefact. Soit, reprenons, dit-elle en se relevant >>


Elle avança de plusieurs pas, matérialisa une nouvelle épée, et sentit une douleur à la jambe qu'elle renvoya immédiatement à son double. Terano commençait à reprendre le dessus sans l’aide de son allié.
A cet instant, elle sentit des mains se poser autour de son corps… Charlène !
Les doigts de l'originale se crispèrent brusquement, puis se détendirent, avant de lâcher prise. La double personnalité entendit le corps de la gamine frapper le sol, finissant ainsi sa chute. Terano, qui faisait face à son adversaire, avait été témoin de la scène. La gamine s’était glissé dans le dos de son double et avait tenté de l'immobiliser
L’espace d’un court instant, l'homme avait pensé qu’elle avait touché au but, mais à ce moment-là un vent violent s'était formé autour de la main libre de Trysh. Charlène avait décollé sur plusieurs mètres avant de s'écraser, inconsciente.

Trysh se tourna alors vers le seul adversaire qui lui restait à abattre.


<< Nous voilà enfin en tête-à-tête, mon joli, lança-t-elle avec une soudaine expression démente sur son visage.>>

L'homme se sentit brusquement tiré vers l’arrière tandis que la jeune femme éclatait d’un rire sardonique. Que se passait-il ?

<< On cesse de jouer maintenant, commença la double personnalité, passons à des choses plus adultes ! >>

Terano sentit son dos heurter un mur de plein fouet, avant que son corps ne commence à s’enfoncer dans la paroi. C’est alors qu'il comprit : Trysh avait simplement déformé le sol afin qu’il le prenne à revers pour le capturer et le faire prisonnier. Elle avait probablement laissé Charlène l’approcher pour qu’il baisse sa garde et puisse entamer une diversion. Pendant qu’il essayait de se débattre, l'homme rageait contre lui-même… Comment avait-il pu tomber dans un piège aussi bête ?

<< Tu pensais sérieusement que vous aviez une chance face à moi ? continua-t-elle en s’approchant >>

Le mur cessait enfin de bouger. Désormais, seule la tête et l’avant du buste de Terano étaient visibles, le reste de son corps étant totalement prisonnier de la paroi. Curieusement, le matériau qui le retenait semblait bien plus solide qu’à la base : Trysh l’avait déjà modifié pour le rendre plus résistant. Il ne s’échapperait pas si facilement...

Les narines de la gamine se dilatèrent l’espace d’un instant et elle s’arrêta net. Elle avait senti une odeur relativement étrange et qui n’avait rien à faire ici. Elle était tellement légère qu’elle était certainement la seule à l’avoir remarquée, mais il n’y avait aucun doute à avoir là-dessus : l’odeur était celle de la mort. Elle jeta des regards étonnés tout autour d'elle. Charlène gisait sur le côté, et semblait encore évanouie. Alors d'où provenaient ces relents putrides ?


<< Toi ! ragea Trysh contre Terano, si tu crois que tu peux impunément jouer avec mes nerfs, tu te...>>


L’odeur de cadavre se fit plus intense que jamais, à tel point qu’elle aurait agressé les narines de quiconque se trouvant dans les lieux, puis un rire retentit dans le dos du gamine. C’est alors que celle-ci comprit qu’elle s’était trompé. La mort qu’elle avait senti… ce n’était pas un corps mais quelqu’un de bien vivant, du moins aussi vivant que pouvait l’être le nouvel arrivant…
Trysh se retourna pour se trouver nez à nez avec l’être le plus abject qu’elle ait jamais vu. C’était un homme au visage décharné dont le corps entrait en putréfaction. La décomposition de son corps était telle que les insectes qui le dévoraient de l’intérieur passaient pour des détails en comparaison du reste. Pendant qu’il ricanait, un cafard sortit même de sa joue pour rejoindre un trou situé au creux de sa gorge.

Elle recula de quelques pas. Non pas par peur, ni par dégout de l’odeur pestilentielle que dégageait l’individu, mais par simple méfiance. Il ne valait mieux pas baisser sa garde face à un être aussi infâme.


<< Allons, allons, s’indigna le mort-vivant, ce n’est pas très gentil de reculer ainsi en voyant le visage de ton mari, cela pourrait me vexer. De plus, la moindre des politesses serait de me prendre dans tes bras…>>

Il avait dit cela en tendant sa main droite, littéralement rongée par les vers, sachant que personne n’oserait jamais toucher quelque chose d’aussi repoussant. Décidément, cette personne était vraiment horrible… comment pouvait-elle plaisanter de la sorte ?

<< Gui... Guillaume ? Mais tu... Tu es pas censé être crevé ?

- Evidemment, puisque tu m'as toi-même assassiné. >>


Trysh continuait de regarder cet horrible spectacle, tremblant de tout son corps. Elle se figea soudainement et laissa son épée tomber au sol. Le choc était tel qu’elle n’arrivait plus à bouger, penser lui était même impossible. Pour la première fois, on pouvait déceler de la peur dans le regard de la gamine. Et brusquement, elle pointa un doigt accusateur vers Charlène.

<< C'est elle ton véritable assassin ! Je n'aurais jamais osé te causer le moindre mal, tu étais bien trop important à mes... Je te le jure ! Elle m'a avouée qu'elle n'avait pas supporté tes agissements, et qu'elle s'était décidé d'agir... Mais.. Mais, j'ai tellement eu peur... Elle ne s'en voulait même pas ! Tu imagines ? Si elle n'éprouvait aucun regret à se débarrasser de toi, quel aurait été mon traitement ? J'ai été obligée de lui effacer les souvenirs à ce sujet.. Et elle a fini par redevenir la larve qu'elle était... >>

Charlène pleurait en silence, recroquevillée sur elle-même. Une telle éventualité ne lui avait jamais effleuré l'esprit. Elle avait toujours pensé que la mort de son mari n'avait été qu'un malheureux accident, et non un assassinat perpétré par ses soins. Pourtant, pour une quelconque raison, elle savait que son double ne mentait pas...

Infiniment triste, elle s'adressa à Terano par la pensée.


*Vous avez entendu ? Il n'y en pas une pour rattraper l'autre... Cette illusion ne la désorientera qu'un temps, et même si je sais que vous auriez pu facilement vous libérer.. Partez, et lorsque vous serez à nouveau dans la réalité, détruisez mon corps. Brûlez-le, coupez-le en morceau, ou donner le en pâture aux pingouins... Ca m'importe peu. Je sais que vous êtes réticent à une telle extrémité, mais cela reste la meilleur chose à faire. Pour nous tous.*

Elle rompit le lien télépathique. Désormais, elle se fichait royalement de l'avenir des gamins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Jeu 7 Mai - 19:48

Terano hocha la tête, prenant l'expression la plus convaincante. Cependant, avant de pouvoir partir, il lui fallait quand même dégager son arme. Pas bien compliqué. Terano changea l'épée en flingue, modifia grâce à son pouvoir l'agencement des molécules composant la paroi, lui permettant ainsi de la détruire grâce à une ou deux balles explosives. Sans perdre plus de temps, il laissa son esprit s'échapper et rejoindre son corps.

Le choc à l'intérieur de son propre corps fut brutal, mais Terano se ressaisit assez vite. Il avait décidé dès le départ que personne ne mourrait. Ce n'était pas maintenant qu'il allait revenir sur sa décision.
en vitesse, il prit son téléphone et appela son frère :


-Aiendro, c'est Terano. Rentre à la base en passant par l'ascenseur n°1, et fait préparer de tout urgence un bloc médicale. Dépèche-toi, je serais là d'ici 10 minutes.

Terano raccrocha sans attendre de réponse. A présent, le temps pressait. Il commença par fabriquer un brencard avec une petite table et deux chaises roulantes qu'il attacha avec une grosse coouverture. Pas très confortable, mais ça suffirait. Il s'approcha de Trysh - ou Charlène, il ne savait plus comme il devait l'appeler- et la souleva du fauteuil où il l'avait allongée avant de la reposer sur le brencard de fortune.
Il entendit un bruit, et se retourna : les deux enfants à la charge de la jeune femme était là.


-Ah, Zack, et... Lilith, c'est ça ? Aidez-moi à transporter votre mère, s'il vous plait. Je l'emmène à un endroit où elle pourra être soigné, et mieux vaut que vous veniez également.

Les deux garçons obéirent : avec Trysh inconsciente, ils semblaient ne pas vraiment savoir quoi faire, aussi mieux valait peut-être l'accompagner.
Terano poussa le brencard jusqu'au garage, déverrouilla l'ascenseur et pénétra à l'intérieur avec le brencard et les deux enfants. Puis, sans attendre plus longtemps, il fit descendre l'ascenseur à la base des Gioli.


==> QG des Gioli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Mar 19 Mai - 22:23

==> QG Gioli

Dès que Charlène fût sorti de l'ascenseur, elle poussa un long soupir de soulagement. Les événements passés ultérieurement étaient beaucoup trop tendus pour qu'elle restât une seconde de plus dans le même endroit que le parrain. A présent, les pensées de ce dernier lui parvenaient faiblement, par saccade.
Elle quitta le garage et continua dans le couloir, frôlant du bout des doigts la surface du mur. Bien que répandre de l'eau à profusion l'amusait tout particulièrement, elle se sentait obstruée par le poids qu'avaient acquis ses vêtements trempés. Par conséquent, plus qu'une seule alternative s'offrait à elle : se sécher. Elle secoua vivement la tête, boudeuse rien qu'à l'idée d'utiliser les biens du jeune homme.

Elle s'arrêta un moment face à la porte de la salle de bain, les mains dans le dos tenant fermement son sac, et jeta un regard timide derrière elle. Elle finit par tourner la poignée, tout en vouant aux gémonies Terano pour l'avoir fourrer dans une telle situation, et entra dans la pièce. Rassérénée par cette effusion de grossièreté, elle referma la porte et la verrouilla d'un geste fébrile du poignet.
Elle ôta ses vêtements, qui étaient vraiment très humides, les déposa sur le sèche-linge et se laissa tomber sur le sol, en maugréant. Elle replia les jambes contre son corps et entoura ses genoux de ses bras pour dissimuler sa nudité, à sa propre vue.


*J'ai plus qu'à attendre maintenant...*




Le visage dissimulé par un amoncellement de mousses, Charlène pestait contre elle-même. Quel genre d'insecte aliéné avait bien pu la piquer pour qu'elle prenne autant ses aises ? La jeune femme avait balancé toutes sortes de produits chimiques dans la baignoire et avait fait couler un bain, avant de s'y immerger en douceur. Mais avant toute cette entreprise, elle avait pris soin de mettre en route son mp4, afin d'être bercée par la musique harmonieuse qu'elle chérissait tant.
Elle ferma les yeux et serra les poings, pensive. Ses cheveux d'ébène lui tombaient sur le visage et le long de ses épaules, collant à sa peau.

La mort.
La mort obsédait la gamine depuis longtemps déjà. Depuis qu'Ambre l’avait quittée en fait. Elle y songeait chaque jour depuis plus de six ans. Chaque matin, quand le soleil, en apparaissant à l’horizon, dardait ses puissants rayons vers les hommes et faisait naître l’espoir en eux, il rappelait cruellement à Charlène qu’elle était encore en vie.
Elle sentit une vague de tristesse la submerger. La colère cédait le pas sur les regrets et la rancoeur. Son cœur se serra au souvenir de ses amis. Frissonnant, elle tenta de refouler les larmes qui montaient en elle, mais la force lui manquait. Elles franchirent le barrage de ses paupières et roulèrent lentement sur ses joues en grosses gouttes chaudes. Se sentant stupide et méprisable, Charlène les essuya rapidement de son poing, mais elles continuaient de couler sans fin. Les souvenirs remontaient en elle, durs, cruels, innombrables. Submergée par la douleur, elle bascula vers l'arrière de manière à être totalement recouverte, ses larmes se mêlant à la masse d'eau où elle reposait. Déjà, l'asphyxie la faisait délirer, sapant tout bon sens et arrachant toutes ses promesses. Plus que quelques secondes et...



« You were there
Countless visions they haunt me in my sleep
You were there
Though forgotten all promises we keep »


Charlène se redressa, envoyant une trombe d'eau sur le sol, écarquilla les yeux et s’agita dans tous les sens, affolée. Pourquoi cette musique, justement au moment où elle sombrait ? Elle serra les dents, accablée par cette sinistre coïncidence... Divine ? A cette pensée, la gamine se prit d'un fou rire extraordinaire qu'elle ne put retenir, et qui se transforma bien vite en une quinte de toux toute aussi sensationnelle.

*Un dieu ? Ahaha, mais quelle connerie*

Elle s'extirpa de la baignoire, et commença à s'essuyer à l'aide d'une serviette propre. Cette dernière posée en équilibre sur les cheveux, Charlène eut la soudaine idée d'utiliser un moyen plus rapide. Un sèche-cheveux ! Elle promena son regard avant de trouver l'objet tant désiré, juché sur une étagère. En hauteur. La jeune tendit une main avide vers l'appareil, et sautilla, sans succès. Trop haut pour sa taille de haricot.
Elle gémit, dégoutée. Elle se résigna, se hissa sur le lavabo les mains moites, et s'écrasa sur le sol avec la souplesse d'un éléphant.


*Allez, tombe, toi...*

Allongée sur le dos, elle fixait avec étonnement l'objet se mouvoir sans aide. Il bascula, et tomba dans une chute vertigineuse, amortie par les jambes de la gamine -qui poussa un gémissement étouffé.


Après s'être séchée et avoir revêtit ses sous-vêtements, elle s'enroula dans une autre serviette par pudeur. Elle vérifia l'état de ses habits, et s'aperçut, dans un ras-le-bol absolu, qu'ils étaient encore imbibés d'eau. Ne pouvant plus attendre, elle tira le sèche-linge derrière elle, et l'amena dans le petit salon. Elle le mit devant la cheminée, éteinte. Poussant un râle apocalyptique digne d'un mort-vivant, elle se laissa choir sur ses genoux face à l'âtre. Avec une dextérité inhabituelle, elle flamba un journal qu'elle jeta sur du petits bois, suivit peu à peu par des bûches de toutes tailles. Captivée par la danse des flammes, elle croupit un long moment, et seul l'odeur de brûlé - bien trop proche - la sortit de sa transe. La serviette en proix aux flammes, fut fougueusement bazardée à terre avant d'être piétinée par une furie.


*God damnit.*

Les yeux roulant dans leur orbite, Charlène s'affala sur le canapé. Elle n'avait pu que jubiler en reprenant le pouvoir sur ses sens... Mais là... Dès que Trysh reprendrait conscience, elle lui rendrait le contrôle de leur corps sans rechigner. Avec soulagement.
Le cri plaintif poussé par son estomac lui rappela douloureusement sa faim. Elle s'étira, craqua ses doigts et partit dans la salle de réception. Un sourire extasié s'empara de ses lèvres devant les plats restaient sur la table. Elle se servit une copieuse assiette de pâtes, lorsque ses orteils heurtèrent quelque chose de dur. Son magnum. Elle le recueillit avec amour, et traîna les pieds jusqu'à la cuisine.
Elle fourra son assiette dans le micro-onde, et pour patienter, porta son attention sur sa nouvelle acquisition. Cette dernière, qu'elle avait dérobée à Angelo, revêtait l'apparence d'une simple épée. Elle fronça les sourcils, dubitative. Lorsqu'elle avait "affronté" l'homme, elle avait fait face à une splendide double lame, et non à cette épave. Se remémorant la situation, elle conclut assez rapidement que les pulsions meurtrières devaient y jouer un rôle majeur. Alors si elle...


*Terano*

Aussitôt, l'arme s'allongea rapidement, et sa pointe se ficha dans le mur, ayant cédé le pas sur une lance. Charlène ricana nerveusement, étonnée de ressentir autant de démence envers le jeune homme. Comme ses pensées n'avaient pas eu l'effet escompter, elle les porta sur un homme qui la révulsait tout autant, si ce n'est plus. Son ex-mari. Elle sentit le manche se rétracter et s'élargir entre ses doigts. Elle empoigna la double lame par la garde, surprise de ce phénomène.
Elle tenta de la maintenir de façon correcte, la main droite à l'endroit et à l'envers avec la main gauche. Ensuite, elle traça de grands arcs dans les airs, devant elle et de chaque côté de son corps. Elle s'exécutait de son mieux, mais elle trouvait fort difficile de surveiller les deux lames en même temps. Elle avait naïvement cru que...


*Mais ça fait maleuuuh*

Déconcentrée dans ses mouvements, le métal lui entailla légèrement la jambe. Effrayée à l'idée de massacrer le mobilier du parrain, elle arrêta son entraînement et l'arme reprit son aspect initial. La minuterie la prévint que son assiette était fin prête. Elle pencha soudain la tête, une idée lui traversant l'esprit. Puis, elle fouilla les placards, renversant tout dans sa hâte, et tomba enfin sur ce qu'elle cherchait : Une bouteille de Vodka. Elle la serra, contre sa poitrine, et avec délice, passa la langue sur ses lèvres.

« L'autre gnouf n'est pas encore réveillé. Alors profitons. Moahahahaha »

Après ce beau rire satanique, elle arracha fiévreusement l'assiette du micro-onde, avant de partir s'assoeir à la table. Elle se servit de l'alcool sans retenue, le verre débordant presque. Tremblant d'excitation, elle porta le liquide à ses lèvres et avala d'un trait - c'est à dire 15cl- le contenu. La mixture lui irradiant la gorge, elle frissonna de plaisir et regretta presque de ne pas avoir eu de droit sur son corps depuis si longtemps.
Après s'être enfilée une bonne demi-douzaine de verres et avoir vidé son assiette, elle fut de nouveau envahie par les pensées de Terano.


*Rebonjour boss ! Ahaha, comme-ci un type pareil pouvait être parrain, nan mais vraiment.*

Sur ses pensées, elle courru vers le petit salon pour s'habiller et s'arrêta, la mine boudeuse, devant son maillot. Elle lui poussa la langue, comme elle l'aurait fait à un être fait de chair et de sang, le souleva par le col et le lança directement dans le foyer. N'ayant plus de haut à se mettre, elle pouffa sous l'influence d'une idée plutôt idiote.


D'un coup d'épaule, elle ouvrit la porte, entra dans la chambre de Terano, se rua sur la garde-robe et en ressortit une chemise. Une fois qu'elle eut ajusté sa tenue, d'une façon plus ou moins douteuse, elle s'attendrit en pensant que ce pauvre homme ne devait, que très peu, se réfugier dans cette pièce.

Ensuite, elle repartit en direction de l'ascenceur, mais s'interrompit devant une énième porte. Par curiosité, elle passa sa tête dans l'entrebâillement et son regard fut directement captivé par un cadre. Elle éprouva une légère pression sur sa hanche, causée par l'épée qui commençait à se réveiller sous les émotions de la gamine. Brusquement, l'arme se changea en épieu, et Charlène du mettre toute sa force pour l'empêcher de s'encastrer dans la photo. Elle s'affaissa, et entraîna l'arme dans sa chute, qui arracha un bout de papier peint.


*Ouuuups. Bon. Faisons comme si nous étions étranger à tout ça, et allons chercher les enfants mine de rien. Mh..*


==> QG Gioli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Mer 20 Mai - 23:28

=> QG des Gioli

Terano sortit du garage, s'emparant au passage d'un sachet de grain de café, dont il versa une partie dans la cafetière. Il fit couler ensuite trois cafés, qu'il posa sur un plateau et emmena avec lui dans son bureau.
Quand il rentra, il ne fit pas attention au morceau de papier peint déchiré. En revanche, et de le même façon qu'elle était apparue à Charlène, la photo de lui-même et Eva, tous deux côtes à côtes, le surprit. Il n'avait plus eu le temps de repenser à la jeune femme ces derniers temps, mais à présent, il ne pouvait s'empêcher de se sentir nostaglique en se souvenant des moments qu'ils avaient pensé tous les deux. Mais maintenant qu'il ne l'avait plus vu depuis si longtemps, pouvait-il espérer qu'elle l'ait oublié ? Il ne pouvait le savoir, mais cette pensée l'attristait malgré lui, car il tenait encore à la jeune femme, il le savait.


Cependant, l'attention du jeune homme du se porter sur la masse de documents qui l'attendaient, les compte-rendus rédigés de toutes les recherches sur Gelma, ainsi que quelques informations sur l'évènement qui aurait lieu à Fortenze d'ici peu. Tranquillement, il porta la 1° tasse de café à ses lèvres et commença à lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Jeu 21 Mai - 1:45

==> QG Gioli.

« Bon, les gamins. Vous allez rester dans la chambre d'amis de Môssieur Terano, cette nuit. Si vous avez besoin quoi que ce soit, demandez-le à Môssieur Terano, qui glande dans son bureau - la porte au bout du couloir. Parce qu'agir avec politesse fait plaisir à Môssieur Terano. Et si un quelconque besoin pressant se fait sentir, utiliser les toilettes de Môssieur Terano- première porte à droite. Quant à moi, bah, j'me barre, et venez pas m'emmerder, chui pas d'humeur...

- Reste avec nous, s'il te plait ! Maman...
»

Charlène soupira devant la réaction de Zack et décroisa les bras. Lilith se retourna et regarda son frère sans dire le moindre mot. Ce dernier, pétrifié, tentait de se contrôler et d’affronter cette annonce angoissante.
La gamine, insensible au tourment de l'enfant, détourna le regard et se dirigea vers l’entrée de la chambre. Elle fit tourner la poignée en silence et disparut dans le couloir attenant.


____

Malgré la fatigue qui la tenaillait, elle avait passé un long moment à tourner en rond, à boire et à réfléchir sur ce qu’il convenait de faire. Mais la nuit tombée, les coudes sur la table basse du petit salon, et la tête entre les mains, Charlène n’arrivait pas à trouver une solution satisfaisante. Elle se trouvait dans une impasse. En fait, il n’était plus utile de continuer à combattre. D’ailleurs ce canular n’avait plus lieu d’être. Tout son corps était raide, tourné vers cette idée fixe qu’elle n’avait plus sa place dans ce monde. Elle se sentit soudainement lasse et impuissante.

Un peu perdue, elle regarda autour d'elle les murs somptueusement décorés. Elle baissa les yeux et détailla avec un rictus de dégoût les profondes tentures qui recouvraient le sol de sa chambre. Continuant son examen des lieux, elle remarqua, un peu surprise, que sa bibliothèque abritait autant de bibelots que de livres. Nombreux des ouvrages étaient reliés de cuir et ornés de pierres. Des tapisseries et des tableaux, sertis dans d’épais cadres de métal doré, enjolivaient même plusieurs des murs de la pièce.

Tout ce luxe futile ! Prise d’une soudaine envie de tout détruire, Charlène se leva du canapé. Elle grimaça de douleur et s'interrogea une seconde si ses jambes allaient pouvoir la porter. Puis d’un geste, elle arracha rageusement son pardessus en velours bordeaux brodée de fils d’or et le jeta à ses pieds, découvrant ses épaules nues. La douleur la faisait abondamment suer, mais la colère la maintenait debout malgré tout.
Inutiles les fresques qui ornaient les murs ! Inutiles les vieux grimoires ! Inutiles les souvenirs du passé ! Emportée par la fureur qui la prenait, elle traversa la pièce et usant de toute sa force, elle renversa la lourde bibliothèque d'acajou. Les livres, les porcelaines et les photos tombèrent pèle-mêle au sol, écrasés par le poids du meuble. Cela ne calma pas la gamine. Elle s’empara de son arme en tremblant, et la soulevant avec difficulté, elle la ficha d’un coup au cœur de la table en cerisier. Le bois craqua et les lettres qui résidaient sur le meuble s’envolèrent, glissant jusqu’au sol sans un seul bruissement.

Le souffle lui manquait terriblement. Ses muscles la faisaient souffrir à chaque geste. Le moindre mouvement lui demandait un effort considérable, mais Charlène ne pouvait s'arrêter à ce genre de détails futiles. L'alcool lui faisait tourner la tête, et cette semi-nuit blanche n’avait fait qu’envenimer les choses. Elle n’arrivait pas à reprendre sa respiration et transpirait abondamment.

Charlène se moquait de savoir qu’elle avait détruit des objets de valeur, certains uniques. Son attention était attirée par la hache qu’elle tenait encore entre ses mains. Elle approcha son visage de la poignée et l’observa mieux. Sa vue débutait à se brouiller mais elle pouvait l'identifier. Oui, c’était bien cela : elle avait appartenu à Guillaume, son mari. Son compagnon était mort par sa faute.

A la vue de l’objet, Charlène fut pris d’un vertige et tituba jusqu’au mur à sa droite. Elle s’y appuya de l'épaule et tenta de regagner ses esprits. Elle passa une main fébrile sur son visage moite. La pièce tournait toujours autour d'elle.
Guillaume était mort, pensait la jeune femme. Oui, il était mort, et peut être son âme avait-elle rejoint celle d'Ambre quelque part.

En une fraction de secondes, la pièce se mit à tournoyer autour d'elle et elle sentit le sol se dérober sous ses pieds. Prise d'un malaise, elle s'effondra inconsciente.


___


Quand Charlène s’éveilla à nouveau, il faisait nuit noire. Un fin rayon de lune filtrait par la fenêtre entrouverte, esquissant des ombres étranges sur le plafond au-dessus d'elle. Il n’y avait pas un bruissement, pas un son qui aurait pu lui dévoiler où elle se trouvait. Un capricieux courant d’air lui apportait les parfums pollués de la ville.
Sa tête la cognait violemment. La jeune femme resta allongée, immobile, les yeux mi-clos. Elle essaya de se rappeler où elle était, mais tout s’embrouillait dans son esprit. Elle se rappelait seulement qu’elle avait bu sans retenue, mais impossible de se souvenir de la suite des événements.
La gamine paniqua au moment où elle sentit le contact d'un tissu étranger contre sa peau. Cette chemise ne lui appartenait pas. Non à elle, mais bel et bien à un homme. Dès l'instant suivant cette prise de conscience, un hurlement digne d'une vierge effarouchée vint briser le silence.



[ Bon, si tu as pas compris Terano, elle est complètement bourrée et croit qu'elle est chez elle =3 Spour ça qu'elle casse tout le mobilier \o/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Jeu 21 Mai - 20:36

Le matin vint. Le matin, on est censé se réveiller calmement, la tête bien reposée, et content d'entamer une nouvelle journée. Seulement, les choses n'étaient pas aussi simples pour Terano. D'abord, il avait du travailler jusqu'à deux heures du matin tout en devant se faire à l'idée du sort que Charlène avait fait à ses meubles. Mais bon, passons, de toute façon il avait déjà prévu de changer de mobilier.
Content d'entamer une nouvelle journée ? ça restait à voir, car ça risquait d'être très dur pour tout le monde : un tournoi décidant de la succession d'une famille... c'était rare, et c'était dangereux. Donc pas bon du tout, en gros.
Mais à la limite, ça n'aurait pas été grave, si le jeune parrain n'avait pas été réveillé en pleine nuit, non par le chant des oiseaux ni-même par un réveil mis sur une musique douce, mais bien par un hurlement strident poussé par la jeune femme.


-Oh non, qu'est-ce qu'elle a elle encore, avait fait Gioli en soupirant.

Oui, on pouvait le dire, il commençait à être désespéré. Et étant donné qu'il devait en plus l'avoir sur les bras pour les jours du tournoi, ça allait être encore plus dur... A moins qu'elle se décide à devenir un peu sérieuse, il était pas dans la mouise...
Il se rendormit pour deux ou trois heures sans s'inquiéter plus. Non mais fallait pas déconner hein, il avait pas le temps de s'occuper d'elle.
A son réveil, il devina qu'elle n'avait même pas du se rendormir. Bon, tans pis.
Pendant qu'il s'habillait, il lui envoya donc un message télépathique :


*Je tiens pas à savoir pourquoi tu as gueulé comme cette nuit. Mais comme apparemment t'as pas l'air d'avoir la tête bien en place, un petit remémorage s'impose : t'es chez moi, hier tu t'es soulée, dans je ne sais quel accès de rage t'as massacré mes meubles, maintenant on est le matin, et on doit partir en moto pour Fortenze d'ici une heure au maximum, donc si y'a des réclamations, essaye de les faire vite.*

Puis il termina d'enfiler ses chaussures, et se rendit dans le salon afin de constater des dégats de la veille. Il dut vite admettre qu'au moins maintenant il avait une bonne raison pour changer son mobilier. C'était déjà ça de pris.
Le jeune homme regarda ensuite par la fenêtre, et constata que Aiendro et Daralia étaient déjà là, et avaient amené deux motos. Le jeune parrain ouvrit la porte pour les laisser rentrer. La soeur poussa un sifflement en remarquant l'état du salon, mais elle ne posa pas de question. Aiendro, quand à lui, dit à son frère :


-Tu penses que c'est une bonne idée d'y aller avec elle ?

-Aucune idée, mais puisqu'elle m'offre ses services, autant que je m'en serve. Le seul inconvénient est qu'à priori elle a les même défauts que Daralia par rapport à l'alcool : elle le tient pas, et ça la rend incontrolable.


La jeune femme se contenta de grimacer méchament et de taper son frère derrière la tête, ce qui au final provoqua une hilarité générale.

-On reste là jusqu'à ton départ, ajouta finalement Daralia.

-Comme vous voulez. Bon, manque plus que Charlène... en espérant qu'elle ne mette pas 3 siècles, parce qu'on a pas autant de temps devant nous.


Puis le jeune parrain s'assit sur un chaise, imité par ses frère et soeur et ils attendirent l'arrivée de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Jeu 21 Mai - 23:29

Après son beuglement apitoyé, Charlène ressentit amèrement la lassitude du parrain. Bien que depuis toute petite, son entourage désespérait de ses manies et de son comportement étrange, l'indifférence de Terano la blessait profondément. A tâtons, elle chercha avec entrain une source de lumière afin de mieux discerner son environnement proche. Ses doigts effleurèrent son téléphone portable, et elle enclencha le flash. Elle cligna des yeux plusieurs fois pour s'habituer au changement d'éclairage, et s'offusqua du triste état des lieux. Que s'était-il passé ? Soit, on avait lâché une goule dans cette espace confiné, soit une lutte terrible avait eu lieu. Affolée à cette dernière pensée, elle s'empressa de vérifier la moindre parcelle de son corps. Aucune trace d'ecchymose.

*... Me dites pas que je suis la seule responsable de cette dévastation... Même bourrée, je... Quoi que..*


Résignée, elle se releva pour s'enquérir de l'état des ses enfants. C'est donc avec soulagement qu'elle les découvrit dans le lit de la chambre d'amis, blottis l'un contre l'autre. Ses lèvres s'étirant gauchement, elle s'empara d'un papier et d'un stylo, griffona rapidement des instructions à leur intention, et le déposa sur la table, juste au cas où... Faisant le moins de bruit possible, elle sortit de la pièce et se dirigea vers le bureau du jeune homme.
Arrivée à destination, elle poussa délicatement la porte et sourit, passablement attendrie face au repos bien mérité du parrain.


*Bwahahaha, il a l'air encore plus débile les yeux fermés... Gné ? C'est quoi ?*

La pleine lune, apparut derrière un nuage qui s’effilochait, projetant ses rayons sur un cadre. La lumière blafarde éclaira un instant la figure étonnée de la gamine, dessinant d'énormes cernes grises sous ses yeux vairons. Elle s'avança à pas de loup dans la pièce, et se planta les mains sur les hanches, devant la photo. Elle l'observa longuement, détaillant chaque parcelle du portrait avec un curiosité palpable. Charlène cessa de le contempler pour se tourner vers Terano, toujours assoupi. Elle le dévisagea sans aucune gêne, l'esprit bouillonnant de mille et une questions.

*Sa petite amie ? Bah, pourquoi elle vit pas avec lui alors ? ... Elle est quand même pas...*

Elle frémit à cette idée, et hocha négativement la tête.

*Non, tout le monde n'est pas obligé de voir chaque personne importante disparaître, pas comme moi. Ahah. Elle a du le larguer, et le pov Terano est bien trop déprimé pour passer le cap. Moahahaha.*

Après cette découverte sans la moindre importance - mais qui titillait l'avidité de la gamine, elle sut pertinemment qu'elle ne pourrait plus trouver le sommeil et opta pour diverses occupations.

De l’eau jaillit du plafond en fines gouttes d’argent, et la fit frissonner. Sous la pluie glaciale qui sortait du pommeau de douche, Charlène passa ses mains sur son visage et dans ses cheveux. Son alcoolémie l'avait fait abondamment suer, et se laver ne pouvait lui apporter que réconfort avant le tournoi.
Une fois rafraîchie, sèche et calmée, elle darda un regard mauvais vers la glace, un soupçon de dégoût sur le visage.


*Quelle laideur. Merci Jésus. A croire que Trysh porte les cernes comme un trophée*

Elle fouilla dans son sac, et en sortit une sorte de legging - qu'elle enfila lentement. De cette façon, sa pudeur - déjà bien entamée, serait sauve lors des affrontements. Elle tenta de cacher ses cernes à l'aide de divers produits cosmétiques, mais sans succès. Elles étaient toujours là, contrastant furieusement avec sa peau, comme pour la narguer.

Vautrée dans le fauteuil, la musique lui perçant les tympans, elle s'affairait sur sa console portable. Elle passa le reste de la nuit ainsi, à shooter du monstre et de l'humain avec une énorme épée, la tête se balançant au rythme de la mélodie et la bouche entrouverte, recrachant toujours la même fumée nocive.


____

La salle de réception, qu’elle n’avait plus quitté, était baignée d’une bienveillante lumière orange, à peine tamisée par les rideaux des fenêtres. Charlène était allongée sur le ventre sur un canapé moelleux. Son manteau, qui lui avait servi de simili de couverture, était tombé à terre. Les pensées que lui transmit Terano, ne firent pas décrocher ses yeux de l'écran. Elle regardait pour une énième fois sa vidéo préférée ! Elle larmoya devant le combat épique de ses bishonens en cuir, et se renfrogna lorsque sa console lui indiqua batterie faible.

Charlène retira délicatement ses écouteurs, dérangée par les éclats de rire et dressa les oreilles en entendant son prénom. Déjà ? Elle aurait voulu se prélasser encore un petit moment... La jeune femme ramassa toutes ses affaires et se résigna à rejoindre le parrain.
Blasée, elle rentra dans le bureau de Terano en ronchonnant. Elle salua Aiendro et Daralia silencieusement d'un signe de tête, et se tourna vivement vers le jeune homme.


« Hum. Désolée pour votre salon, mais vous aurez qu'à m'envoyer la note pour les réparations. Et comme nous devons aller à Fortenze en moto, je pense que c'est le meilleur moment d'avouer mon plus grand fantasme : m'éclater la tronche contre un poteau à plus de 100km/h et faucher les passants avec la carcasse du bolide. Bah quoi ? J'y peux rien si, en tant que danger publique, mes parents ont préféré m'éviter l'apprentissage de ce genre d'engin. M'enfin, tant pis. Si on parle d'un accident tragique de la route aux infos de ce soir, vous pourrez pas dire que je vous avais pas prévenu.»

Irritée, elle indiqua d'un mouvement de tête la porte dans son dos, comme pour l'inviter à y aller.

« Han, et, à votre place, j'enlèverai cette photo du mur. Ou du moins, j'en couperai une partie - la votre. Parce que la jeune femme est vraiment jolie - tout à fait mon type... Mais vous, vous faites vraiment tâche à ses côtés.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Ven 22 Mai - 11:29

Les trois mafieux levèrent la tête à l'arrivée de la jeune femme.

*Ah ben c'est pas trop tôt dis donc, pensa assez vite fait Terano.*

Ce dernier écouta d'ailleurs sans broncher le discours de Charlène concernant la moto, par contre ses yeux jetèrent des éclairs quand elle parla d'Eva. Le jeune homme décida alors de faire simple, et donc avec un faible sourire :

-Pour ce qui est de la moto, ce n'est pas vraiment un problème, il reste d'autres possibilités : Aiendro ici présent fera office de canon, et tu seras le boulet ; on peut également t'attacher à une corde et te laisser trainer derrière ma moto ; la troisième solution est moins probable, il faudrait que tu sois capable de sprinter à 120 km/h pendant une demi-heure.
Quand à ta suggestion, je me contenterai d'adresser une prière à l'intention des amnésiques.


Car, visiblement, Terano l'avait assez vite compris, la jeune femme ne se souvenait pas du tout de ce quis'était passé la veille. C'était pas plus mal, après tout, et il n'avait pas l'intention de l'aider à s'en rappeler.
Mais à présent, il se demandait ce que la jeune femme allait choisir comme option - ce qui le faisait doucement rigoler. A ce moment là, ce fut Daralia qui intervint :


-Quatrième solution, elle monte av...

Paf ! Un coup derrière la tête de la part d'Aiendro coupa net la phrase de la jeune femme. Elle se retourna vivement et lança :

-Hé ! Mais qu'est-ce qui te prend, Ien ?

L'ainé des Gioli se contenta de secouer la tête d'un air exaspéré, et sa petite soeur, semblant comprendre, se contenta d'hocher la tête sans rien ajouter de plus. Terano soupira face aux facéties de sa famille, puis se tourna finalement vers Charlène et lui dit :

-Bon, alors, quelle option tu préfères ? Daralia a raison, y'en a bien une quatrième *il se tourna vers sa soeur* mais ce n'est pas celle à laquelle tu pensais.

Daralia se contenta de tirer la langue à son frère, expression qui signifiait dans la famille "Fais ce que tu veux de toute façon je suis pas dans le coup." Le jeune homme sourit faiblement, et il se tourna à nouveau vers son autre interlocutrice, et lui lança un regard significatif : de toutes les façons, elle était bien obligée de choisir une des solutions, alors autant qu'elle se dépèche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Ven 22 Mai - 12:26

Face à l'orage que lançaient les yeux du parrain, elle ne put que pousser la langue tout en rabaissant la partie inférieur de ses paupières.

*Y a que la vérité qui blesse, nanananère*

Suite aux discours mordant du jeune homme, le cœur de la gamine fit un bond dans sa poitrine. Son estomac se tordit d’un seul coup, et la nausée la prit. Elle était estomaquée. Le désarroi et l'étonnement se lisaient clairement dans ses yeux. Pourquoi tant de rancœur à son égard ? Elle n'avait que simplement bousillé une partie de son salon et fait une minuscule boutade sur sa vie sentimentale.
De plus, une des réflexions l'avait fait pâlir, celle sur l'amnésie. Elle soupira, tenta en vain de savoir ce qu'il évoquait, guettant la moindre de ses pensées. Mais étrangement, tout restait flou.


*Je veux savoir ce qu'il s'est passé ! ... ... Enfin... J'hésite...*

Si les événements antérieurs étaient réellement en rapport avec la photo, elle n'avait pas du vraiment agir d'une façon convenable et rester inculte lui semblait préférable. La discussion entre les membres de la famille du parrain lui importa peu, et elle se froissa lorsqu'il la somma de choisir.

Un silence tendu s’installa dans la pièce. Cette fois, ce fut la jeune femme qui le rompit. Elle se passa une main sur le visage en fermant les yeux. Elle massa son front et ses sourcils froncés, avant de soupirer à nouveau, mais de lassitude cette fois. Elle planta ses yeux dans ceux de Terano et hésita.


« La solution du vol planée me semble assez attractive... Cependant, votre comportement irritable m'insupporte. Et temps que vous aurez ses manières insolentes, l'idée même de travailler avec vous est impensable. Donc, m'en voulez pas trop si je rentre chez moi. »

Elle dévisagea le jeune homme sans lui sourire, indignée, et se retourna comme un fantôme, posant un pied devant l’autre sans même y penser.


Dernière édition par Trysh le Ven 5 Juin - 2:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terano Gioli
Mort(e)
avatar

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 32
Localisation : Béziers
Pouvoir spécial : 4 dons différents :
-Résistance (physique)
-Illusion (mental)
-transformation (mental)
-Invocation (mental)
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Ven 22 Mai - 13:38

Terano s'attendait vaguement à une telle réponse. Aussi, il décida de mettre en place la quatrième solution.

-Daralia, va réveiller les enfants s'il te plait, et ramène-les ici. Charlène... Ne pars pas tout de suite, s'il te plait. Nous avons passé un accord, il me semble. Cet accord stipulait que je protégeais les enfants, en échange de quoi tu travaillais pour moi. Je t'ai autorisé à mettre fin à l'accord quand tu le souhaitais, cependant, tu as accepté une mission, et je n'ai dit à aucun moment que tu pourrais changer d'avis là-dessus.
Aussi, de toutes les façons, j'en suis désolé, mais tu dois venir avec nous. Aussi, tu as encore le choix : tu prends une moto, tu te démerdes pour tuer personne jusqu'à Fortenze, ou alors je demanderai à des gardes de ramener les deux gamins chez toi, et ils ne seront plus sous ma protection. En revanche, tu seras tout de même forcée de venir au tournoi.


Daralia revint à cet instant avec Zack et Lilith. Terano se demandait vaguement ce qu'elle allait répondre. Il était sérieux quand il parlait : il avait beau être dans une famille à tendance pacifiste, fallait pas les prendre pour des bisounours.
En même temps, il réfléchissait à d'autres solutions, car il était évident pour le jeune homme qu'assommer la jeune femme pour être sur qu'elle vienne -telle était la quatrième solution- n'était pas vraiment une bonne idée.
Il se tourna alors vers son frère, prit d'une idée soudaine, et demanda :


-Ien, dis-moi... reste-t-il un des exemplaires qu'utilisaient les lieutenants des 13° du nom ?

Aiendro réfléchit un moment, comme si il ne comprenait pas. Puis il vit de quoi Terano voulait parler, et il répondit :

-Mis à part celui que les lieutenants du 13° Gioli utilise, il en reste un qui est encore en parfait état de marche. Tu veux que je le fasse venir ?

-Oui, s'il te plait.


Aiendro prit son téléphone portable. Quand on décrocha, il se contenta de dire :

-Amenez la moto SC n°3 à la maison du Boss. Lieutenant Aiendro, terminé.

Il raccrocha et hocha la tête en direction de Terano, lui faisant comprendre qu'elle arrivait. Le parrain des Gioli se tourna donc vers Charlène et lui dit avec un sourire :

-Cinquième solution, mademoiselle, et j'espère qu'elle t'ira mieux, car il ne reste que celle-là. Si tu refuses, ce que j'ai dit à propos de tes enfants sera toujours valables, donc penses-y. Il nous reste un exemplaire de moto assez particulier, mais tu vas pouvoir constater ça dans un instant.

En effet, on entendit dehors le bruit d'une voiture transportant une remorque chargée. Quelques minutes plus tard, la voiture repartit, et Terano fit signe à Charlène de regarder par la fenêtre. On voyait une magnifique moto, plus toute jeune, mais en parfait état, et sur laquelle était accroché un side-car.

-C'est pas top, mais c'est le seul véhicule deux places dont on dispose. Donc, c'est oui ou c'est non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trysh
Disparu(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 529
Pouvoir spécial : - Hypnose
- Sacrifice
- Télékinésie
- Télépathie
Niveau de combat : 43
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: Maison de Terano   Ven 22 Mai - 16:41

Ses traits se figèrent, et ses yeux transpercèrent le parrain, le disséquant du regard avec haine. Elle montra les dents devant l'affront qu'il venait de commettre. Comment osait-il utiliser les gamins comme chantage ? Elle désirait lui arracher chaque parcelle de peau, abattre sa double lame qui happerait ses intestins. Gisant massacré, les tripes au sol, dans une flaque sur le parquet. Éventré comme un vulgaire sac poubelle…
Elle se cacha les yeux de ses doigts, angoissée par ses propres désirs. Non, ces intentions n'étaient pas les siennes, mais celle de Trysh, qui reprenait peu à peu conscience.


« Mais je n'en ai rien à battre des gamins ! Tu peux les vendre a des marchands d'esclaves, que ça me ferait pas ciller ! Et essaye de m'obliger à aller à je ne sais quel tournoi pour voir. On va bien rire. »

Charlène plaqua une main devant ses lèvres, totalement bouleversée. Trysh avait pris le contrôle sur son larynx, et elle ne tarderait pas à en faire de même avec le reste de leur corps.

*D'où viennent ses chuchotements étrangers ? C'est horripilant comme sensation. Soit, je veux des explications claires et nettes à tout ce bordel, et très rapidement*

La jeune femme n'obéit pas et éleva toute sa conscience contre son double - encore affaiblie, l'entravant mentalement. Elle chancela, éprouvée par ce petit incident imprévu, et appuya son front contre la fenêtre.

*Toi.. Tu...*

C’est tout ce que son double murmura d’une voix lointaine , inarticulée. Charlène savait que le joug ne tiendrait qu'un temps, et dès qu'elle n'aurait plus de force pour la contraindre, Trysh reprendrait le pouvoir. Même si Charlène n'était pas tout à fait d'accord avec son double sur le châtiment de Terano, elle ne pouvait pas le laisser la manipuler de cette façon. Cependant, elle devait s'éloigner le plus vite possible de cette maison, pour la sécurité des enfants...

De la buée lui obstruait la vue sur la rue, elle l'essuya rageusement avec sa manche et grimaça de dégoût. Un side-car ? Elle n'était pas une vache, bordel.

*Han, si seulement je risquais pas de me faire assommer et traîner de force... J'irais voir ailleurs...*

Juste après un juron étouffé, elle pointa un doigt fébrile vers Terano, et à une pensée, leva brusquement les bras vers le plafond. Dans cette position qui se voulait victorieuse, elle déclara dans un faux éclat de rire :

« C'est gagné ! Oh yeah ! You did it ! Ouh ! Allons écrabouiller les passants ! Ca ferait des retraites en moins à payer, et du chômage en moins. Et pour cette épave, vous pouvez vous la foutre où je pense. J'vais plutôt prendre la moto, là. Si un teletubbies tektonic comme vous, arrive à piloter ça, j'vois pas pourquoi ce ne serait pas mon cas. »

Si la gamine s'était brutalement soumise, ce n'était pas par folie -quoi que- ou pour jouer aux pitres. Non, elle avait trouvé une faille dans l'accord du parrain. Il lui avait demandé de participer au tournoi, mais n'avait pas évoqué son droit d'abandon. Ou au pire, Trysh prendrait un malin plaisir à défoncer le moindre adversaire.
Elle adressa un bref sourire à ses enfants, se retourna en crachant tous les jurons imaginables.
Et elle s'en fut, en prenant bien soin de frapper dans tout ce qui lui arrivait à porter de pieds et en faisant le plus de bruit possible.


==> Rue Fausto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maison de Terano   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maison de Terano
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domingo :: Domingo, ville mafieuse :: Ruelles :: Rue Fausto :: Maison de Terano :: Base Gioli-
Sauter vers: