Domingo


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Alice, Chasseuse de trésor pour la Guilde !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice S.Belly
Guilde Rang B - Chasseuse de trésor
avatar

Fiche : *C'est pas tes oignons !*
Féminin Nombre de messages : 28
Localisation : Au bout de sa queue
Pouvoir spécial : -Maîtrise du sable.
-Invocation de Caedes.
Niveau de combat : 35
Date d'inscription : 20/01/2011

MessageSujet: Alice, Chasseuse de trésor pour la Guilde !   Lun 7 Mar - 19:44

Alice S.Belly, Chasseuse de trésor.




Nom:
S.Belly


Prénom:
Alice


Age:
17 ans environ.


Politique:
Civil.


Groupe:
Membre de la Guilde, rang B.


Histoire:


Journal de Alice S.Belly

Une naissance dont je me souviendrais ...
Tout était sombre, et froid. J'avais l'impression de flotter. Je sentais l'humidité autour de moi. J'avais l'impression d'exister depuis une éternité et chaque secondes qui passait je la ressentait comme un siècle. Je n'avais pas encore totalement conscience de mon être. Je commençais a peine a avoir conscience des limites de mon corps, comme si pendant tous ce temps je me trouvais dans quelques choses de beaucoup plus grand, de beaucoup plus vaste, voir de quasi-infini. Et à ce moment là, je me retrouvais comme prisonnière, dans une prison de chair. Et parallèlement j'avais l'impression de ne commencer a exister qu'a partir de maintenant, que ma conscience était en train de naître et de croître que depuis quelques instants. Je commençais a découvrir ce corps, je sentais mes muscles bouger sous ma peau au moindre de mes désirs. Je n'avais aucune mesure du temps qu'il passait, ni depuis combien de temps j'existais réellement.
Puis une lumière perça mes paupières tandis que je comprenais enfin pourquoi il faisait si noir. Je les ouvris alors et … je voulus crier.
Devant moi, coller contre la vitre qui nous séparait se trouvait le visage d'un homme. Ce dernier me regardait les yeux grands ouverts, brillants d'excitations, couleurs rouges sangs tandis que sur ces lèvres était affiché un sourire horrible a voir. Ce furent ces yeux qui me firent crier. De ces yeux aussi rouge que le rubis et le sang semblaient émaner une puissance terrifiante, une méchanceté et une obscurité profonde vielle de plusieurs siècles. Des yeux qui semblaient avoir vu des milliers de morts, des centaines de guerres et des dizaines de carnages. Oui, ces yeux m'effrayaient profondément car il me présentait mieux que quiconque ne l'aurait fait leur propriétaire.
Je voulus crier d'horreur mais alors que j'ouvris la bouche pour émettre un son, de l'eau se déversa alors dans mes poumons. J'essayai alors de recracher tout ce liquide mais c'était impossible car il y avait encore et toujours de l'eau. Je voulus m'agiter, taper contre cette vitre en suppliant qu'on m'ouvre, je ne voulais mourir. Mais je n'étais pas encore capable de me mouvoir ni de bouger mon corps correctement et je pensais alors que j'allais mourir après avoir si peu vécu. Cependant, alors que je laissais l'eau s'écoulait a travers moi, je me rendis compte que je pouvais respirer, que je n'étais atteint par aucun malaise.
Aussitôt cette information prise, je me força a me calmer, a respirer normalement malgré tous le liquide qui m'entourait, mais la peur causé par l'homme était toujours présente, toujours là, tapis dans les ténèbres et j'essayais donc de forcer mon corps à bouger peu à peu, juste pour m'éloigner du coté où l'homme était appuyé. C'est a ce moment là que je compris que j'étais dans une sorte de cuve, dans un lieu clos et restreint, nue comme un vers a pars une étrange pierre verte accroché autour de mon cou. Mais je n'y prêta attention qu'un instant, toujours poussé par la terreur à m'éloigner toujours plus de ce monstre.
Tandis que je faisais cette effort, mes oreilles se mirent soudainement a percevoir des voix. Ce qui n'étaient avant que des bourdonnements devint en effet soudainement reconnaissable et j'entendis alors des mots et des phrases. Je ne comprenais pas ce qui était dit, je ne comprenais pas les cris étranges, les différentes sonorités qui étaient émises puis dans ma tête, il y eu comme un déclic et soudain mon cerveau mis des sens, des significations a ce qui était dit.

-Alors, monsieur le directeur ? Qu'en pensez vous ? Est ce fidèle a vos attentes ?

L'homme aux yeux rouges se retourna vers trois personnes en blouse blanche et portant pour la plupart des lunettes.

-Vous êtes sur que l'encéphalogramme est formel ? Elle pense d'elle même, son cerveau est en fonction et elle capable de ressentir des sentiments ?

-Oui monsieur le directeur, l'encéphalogramme nous indique une importante activité cérébrale dans le secteur sentimental du cerveau, et vu la puissance de cette activité je pense que c'est de la peur, ce qui est compréhensible vu qu'elle se réveille dans une cuve hahaha !!!

Son rire était nerveux et il fut bientôt rejoint par les autres hommes en blouse. Ce n'était pas un rire méchant, mais plutôt un rire de peur, comme s'il comprenait ce que pouvait ressentir la jeune fille.
Un des trois se mit a parler au « directeur », qui se trouvait maintenant dans la partie sombre de la pièce.

-En tout cas monsieur De Nostredame, sans vos recherches et vos notes il aurait été impossible de créer une âme artificielle, grâce a vous, nous nous approchons un peu plus du mystère de la vie et nous serons bientôt capable de vaincre la mort et de devenir immortel !

Et ses deux compères se mirent a acquiescer tout en applaudissant bruyamment.
Mais ils s'arrêtèrent vite.
L'homme aux yeux rouges était agité de tremblement tandis qu'une petit rire s'échappait par saccade de ses lèvres. C'était terrifiant, ce rire était à glacé le sang, et même les hommes en blouse reculèrent instinctivement d'un pas, sans s'en rendre compte.
Le « directeur » se retourna lentement vers ses subordonnés, toujours cette horrible sourire sur les lèvres, agité de soubresauts.

-Immortel ? Ne rêvez pas ! Cette immortalité est l'apanage des êtres supérieurs, et bien que vous m'ayez rendus service, je crains que vous ne soyez pas en mesure de profiter de votre découverte …

-Enfin, monsieur le directeur, que voulez vous …

Il y eut un bruit sec et l'homme en blouse s'écroula. L'homme aux yeux rouges se tenait droit, le bras et l'index tendu vers l'être qui venait de s'écrouler. De la fumé s'échappait de son doigt.
Les deux autres hommes se mirent a crier, l'un s'écroulant sur le sol en suppliant et en s'écriant « pourquoi, pourquoi ? » tandis que le deuxième se ruait vers un meuble, cherchant a ouvrir un tiroir.
Le directeur s'approcha en riant, tel un démon, de sa prochaine victime, prostré sur le sol qui suppliait qu'on l'épargne.

-Pourquoi ? C'est simple, ce que vous avez fait m'a rendu service, mais personne ne doit être au courant de ça, rien que les droits de l'homme et du citoyen ont été bafoués, et je ne veux pas que quelqu'un soit au courant de ce j'ai fais, sois au courant de mes plans …

-Monsieur le directeur, monsieur De Nostredame, non Michel !!! Je vous promet de garder le silence, je vous le jure !!!

-Tu sais quoi ? Je te crois ! Mais … je crois encore plus les cadavres !

Et l'homme aux yeux rouges leva son bras, et de son avant bras sortit une lame osseuse qui s'abattît sur l'homme qui était a terre et qui pleurait. La lame lui traversa la tête et il s'écroula mollement.
Pendant ce temps là, le dernier homme en blouse blanche avait réussi a ouvrir le tiroir sur lequel il s'acharnait et il en sortit un pistolet.
Du haut de mes quelques minutes d'existence, je ne savais pas ce qu'était cette chose en métal que cet personne affolé dressé devant lui comme s'il s'agissait de son salut, mais au fond de mon être une peur s'éveilla de cet objet, moins grande que ce que m'inspirait le démon, mais tout aussi ancienne comme si … comme si il me restait une once de conscience collective qui me prévenait que cet engin était un objet de mort.
L'homme en blouse blanche se mit a rire nerveusement. Le démon s'était arrêté et regarder incrédule le petit personnage à lunette qui le menaçait. Puis il se mit lui aussi a rigoler, plus fortement et plus horriblement que celui qui le tenait en joug: c'était un rire de fou, un rire de peur, un rire de plaisir … une multitude de sentiments étaient transmis a travers son rire, me transmettant encore des informations involontaires sur l'homme aux yeux rouges.
Il y eut une détonation, un bruit sourd qui résonna dans la pièce sombre. Puis un second, puis un suivant. Le démon arrêta de rire et regarda les trois trous se trouvant dans sa poitrine. Du sang s'écoula de sa bouche avant de se perdre dans sa barbe de trois jours. Et il s'écroula.
L'homme en blouse regarda pendant un instant son œuvre avant de se remettre a rigoler. Il riait, il riait, il était proche de la folie mais il était vivant et c'était tout ce qui lui importait. Mais … son rire se transforma soudainement en gargouillement rauque.
Le pied du directeur venait de bouger. Encore une fois, et une autre fois. Un ricanement se fit entendre. Et le cadavre se releva, irréelle-ment, de façon impossible, tous d'abord les jambes puis le torse, tel un contorsionniste. L'homme aux yeux rouge se massa la nuque qui craqua, toujours en ricanant, son affreux regard fixé sur sa proie, un regard de prédateur … J'étais encore plus terrifié, je n'en pouvais plus, mon esprit était saturé.

-Mais ...mais … mais qui êtes vous donc ? Vous êtes un monstre …

L'homme aux yeux rouges mit ses doigts dans ses plaies, retirant, extirpant les balles présentes dans son corps sous le regard incrédule de son subalterne.

-Je vous l'ai dit non ? L'immortalité, est le lot des êtres supérieurs, a ton avis d'où viens Michel de Nostredame ?

-Michel de Nostredame ? Qu'est ce que vous voulez que je sa … Attendez, Michel de Nostredame ?! Nostradamus ?! Non, ce n'est pas possible ! Vous ne pouvez pas, c'est impossible !!! Vous n'êtes pas humain, vous êtes un monstre, vous êtes ...

Il fut brutalement interrompu par une lame blanche qui lui chatouillait les entrailles. Le démon s'était rapprochés et avait transpercé l'homme en blouse blanche par une nouvelle lame osseuse qui sortait cette fois-ci de la paume de sa main.

-Je ne suis pas un homme, je ne suis pas un monstre, je suis un Dieu.

Puis il retira sa main dans un grand arc de cercle de son bras, éclaboussant le sol dans une courbe parfaite. Le petit homme à lunettes s'écroula dans un gargouillement, le terreur figé sur son visage, des larmes coulants de ses yeux.
Il était maintenant seul dans la pièce, il était terrifiant, mais dans la peur qu'il inspirait, il était étrangement beau. Beau mais dangereux, la beauté qui tue, la beauté qu'inspire la mort. Je ne me souviens plus de son visage, tout ce dont je me rappelle c'était ses yeux rouges, ses yeux de tueur, de démon.
Je voulus crier. C'est ce que je fis. Malgré l'eau qui m'entourait et qui me permettait de respirer, malgré le fait que j'étais dans une cuve, isolé et emprisonné, je réussis a crier. Ma voix était clair.
La cuve se brisa - Pas a cause de mon crie imbécile ! J'allais tomber a terre, tout aussi surpris que l'homme aux yeux rouges, incapable de tenir correctement debout, quand une énorme mâchoire ma saisit délicatement au niveau du ventre.
Je me tournais en tremblant. Ça commençais a faire beaucoup pour une naissance. C'était un énorme canidé. Un chien de grande taille dont l'épaule faisait la taille du démon. Sa fourrure était couleur jaune sable, tandis que l'extrémité de sa queue était blanche, comme la mienne – oui, vu que j'étais « née » il n'y a pas longtemps, je ne savais pas que les humains n'avaient pas de queue en bas du dos ni des oreilles comme les miennes sur le haut du crâne, si je n'en avais pas parlé avant c'est que pour moi ça me paraissait normal. Ses crocs étaient impressionnants et j'avais l'impression qu'il pouvait m'éventrer a tout instant et avec une facilité déconcertante. Ses yeux étaient verts et ils brillaient d'intelligence.
Ma terreur était a son paroxysme. C'était vraiment trop pour une journée d'existence. Cependant, ce regard, le regard de cette être étrange, qui était apparus comme ça, me rassura étrangement. Contrairement à l'homme aux yeux rouges, je ne lisais pas d'animosité a mon égard, pas de sentiment de toute puissance, ni de méchanceté. J'y voyais de la sagesse et une envie de me protéger.
Alors que mon regard était fixé dans le sien, il s'ébroua d'un coup, et tout en criant je me suis soudainement retrouvé sur son dos. Je ne sais pas si c'est à cause de ce que j'ai vu dans son regard, mais je m'y accrocha de toute mes faibles forces.
Le démon sortit furtivement de sa stupeur.

-Une invocation ? Mais qu'est ce que c'est ça ? Ce n'était pas prévu !!!

Une lame osseuse sortit de chacun de ses bras mais il n'eut pas le temps de s'en servir que le chien bondit sur lui, lui arrachant un membre d'un coup de dent avant de bondir contre le mur et de défoncer la porte de la pièce avec sa grosse épaule. Puis il se mit a courir dans le long couloir menant a la sortie du bâtiment, sachant qu'il n'était probablement pas assez fort pour éliminer cette menace.
Tandis que j'étais ballotté par ma monture et que je m'éloignais de ce lieu qui me marqua a vie, je me retourna une dernière fois et je vis l'homme aux yeux rouges qui sortait de la pièce en jurant et criant. Et de sa blessure sortait des os, des muscles et de la chair, recomposant ainsi son bras.

-Kramp !!!!! Kramp !!!! Arrêtes les !!! Et surtout reprend la pierre d'Ouroboros !!! Kramp !

Je détourna mon regard de cet être qui me terrifié et je porta mon regard devant, mais ce que je vis, ce ne fut pas tout de suite la liberté. Non. C'était une faille. C'est le seul mot qui me vint a l'esprit. Une faille dans l'air, une faille dans l'espace. Et cette faille s'agrandit, s'élargit, ouvrant sur un espace bleu électrique sans limite, et un homme en sortit. Un homme aux cheveux noirs et aux yeux gris, avec une cicatrice en croix sur la joue gauche.
Cet homme nous regarda venir sur lui, moi et le chien, et il prononça ces quelques mots:

-Yes … my master …

Ces pupilles devinrent soudainement rouge, pas aussi rouge sang que ceux du démon, mais tout aussi effrayant, et il dégaina une épée énorme de derrière son dos. Une épée médiévale a double tranchant, aussi grande que moi. Et quand nous arrivâmes sur lui, il fit un simple geste, un geste trouble pour ma vision, extrêmement rapide.
Ma monture grogna de douleur et elle s'écroula avec moi sur son dos derrière le dénommé Kramp.
Ce dernier s'approcha, lentement tout lentement tandis qu'une nouvelle faille apparaissait au niveau de sa main. Il plongea celle ci dans ce « trou » et en ressortit avec une lenteur horrifiante une autre arme.
Je regardais avec terreur cet homme approché. J'avais été trop optimiste, je croyais que j'étais sauvé et j'étais a nouveau dans une position où je ne pouvais rien faire.
Une larme se mit a couler le long de la joue et je me mit a demander a cette homme de partir, de ma laisser tranquille, qu'il me terrifiait … mais je ne pu. C'est a ce moment là que je découvris que j'étais incapable prononcer un mot. Je peux crier, pleurer et rire mais je ne peux prononcer une syllabe.
Alors que je croyais que tout était perdu, mon gigantesque ami se releva avec vivacité avant de me saisir et de me relancer a nouveau sur son dos. Il s'élança alors vers la sortie sans attendre, défonça la porte y menant et nous nous retrouvâmes en pleine ville, une ville aux immeubles élancés, d'aciers et de verres. Sans faire attention aux cris des poursuivants mon protecteurs se remit a courir entre les rues. La fuite dura un moment, je n'y fis pas vraiment attention, trop occupé à faire le tri de ma journée, mais au bout d'un moment, mon étrange compagnon quitta la ville, m'emmenant loin de cette pièce sordide où j'avais vu le jour.



Le désert ...
La ville que j'ai quitté avec l'énorme chien qui me servait de monture s'appelait, vous l'avez sans doute devinez, Fortenze. L'énorme canidé m'emporta loin, très loin de ce concentré de béton, d'acier et de verre qui m'oppressait et me terrifiait.
Il m'emmena alors en pleine nature, dans une région aride et désertique situé entre Tardez et la ville technologique. Si autrefois cet espace n'était qualifié de désertique que parce c'était une terre désolé où rien ne poussait, aujourd'hui elle portait bel et bien son nom, car la pollution dont était responsable la ville ouvrière et le ville technologique avait engendré une réelle désertification de l'endroit. Ainsi on passait de landes de terres stériles où poussent quelques arbres a des océans de sables.
Ainsi ma monture m'amena en ces terres avant de s'écrouler, épuisé et blessé. Je fus ainsi éjecté de son dos et j'allais m'écraser un peu plus loin. Incapable de me mettre debout, je me souviens encore de cet instant: je prenais appuis pour la première fois de ma vie sur mes coudes afin de me redresser, toujours effrayée, perdue et là, je la vit.
Une tombe. Une tombe blanche dans un creux entre deux dunes. Une tombe magnifique, belle, somptueuse. Le silence régnait autour de ce monument et j'étais seulement bercé par le vent tandis qu'un étrange sentiment auquel je ne pouvais donner de nom montait en moi, une sorte de calme qui apaise.
Après quelques instants perdues dans mes pensées, a regarder cette tombe, je me retourna pour regarder comment aller le gros chien, mais il n'y avait plus personne, il n'y avait plus aucune trace de sa présence a part une trace dans le sable qui s'effaçait déjà.
Je n'étais pas affolé, j'aurais du et il est vrai qu'au fond de moi je ressentais une pointe de panique, mais la présence de la tombe m'apaisa et je me perdis a nouveau dans sa contemplation. Je ne sais pas combien de temps je resta là, assis dans le sable, les bras autour des jambes qui étaient elles aussi repliées, toujours nue, des minutes, des heures, des jours ? Je n'avais aucune notion du temps et n'ai aucun souvenir a part avoir regarder ce monument, perdu au milieu du sable, du silence et du désert. Je n'avais aucune idée de pourquoi je restais là, et même maintenant, je ne pense pas vraiment le savoir. Est-ce parce que, moi qui était née dans la violence et le sang, cet tombe dans le désert, savoir qu'une personne avait choisi de mourir loin des siens, dans des terres perdus, et qu'on lui ait pourtant construit un monument me touchait particulièrement.
Puis je sentis un frôlement derrière moi et lorsque je tourna la tête c'était pour voir l'énorme chien qui était allongé dans mon dos, se pressant contre moi, a moins que ça ne soit moi, tout en me déposant un drap vert sur les épaules.
Je ne su quoi dire, de toute façon je ne pouvais pas prononcer un nom, mais des larmes se mirent à couler de mes yeux. Je me replia un peu plus contre moi, serrant le tissu comme si c'était le bien le plus précieux du monde tout en m'appuyant complètement contre le flanc de la bête, m'abandonnant complètement.
Je ne sais pas combien de temps nous restâmes là, mais le chien s'occupa de moi. Il m'apporta a manger, il découvrait des points d'eau. Nous vivions dans une maison, plutôt un trou dans la dune, aménagé par mon pouvoir de contrôle du sable. Je pense que certains tiqueront sur cette phrase. Vous sou demandez sans doute comment j'ai appris a maîtriser, a mouvoir le sable ? Comment j'ai eu accès a ce pouvoir ? C'est impossible pour moi de vous l'expliquer. La première fois que je l'ai utilisé, ça m'est venu naturellement, c'est comme respirer pour moi, où plutôt c'est comme marcher. C'est quelques choses que je savais faire sans même y penser.
Bref, nous vivions dans le désert, au milieu du silence et de la solitude. Je n'ai jamais aimé la solitude mais je ne savais pas pourquoi, mais cet endroit semblait attendre quelques choses de ma part et puis le gros chien m'empêchait de me sentir trop seul. Il me rassurait, me nourrissait, s'occupait de moi, me trouvait des vêtements. Nous restâmes deux-trois ans comme ça, sans rien faire d'autre que de vivre dans ce milieu dévasté, à observer cette tombe blanche. Sans rien faire d'autres que de grandir.
Puis, un jour, alors que je me perdais encore dans la contemplation de cette tombe, je vis un relief que je n'avais jamais remarqué auparavant sur cette tombe. Un relief dû au sable qui c'était colmaté dans une inscription gravé sur le monument blanc et pur. Je m'approcha alors de la tombe et je mis à gratter avec l'ongle le sable. Et c'est ainsi que je vis l'inscription marqué sir la tombe, le nom de la personne qui étais enterré: Caedes.
Je me rassis a coté de l'énorme cabot. Caedes. Ce nom, c'était le nom de la personne qui était enterré là, dans ce désert. Un sentiment de respect et d'envie s'imposa a moi. Cet homme était mort dans la solitude, mais il l'avait choisit. Et pourtant, on lui avait construit une tombe, on lui avait un rendu un hommage dans la mort. Il était enterré loin de tout et pourtant, on avait construit un monument.
Et moi j'étais réellement seule. J'étais née sans but, je ne savais pas ce que je faisait là, ni pourquoi j'étais né.
Je me replia sur moi même, serrant mes genoux contre moi et je me mis a pleurer, perdue, complètement perdue. Je me retourna vers mon gros compagnon, enfouissant mon visage dans sa fourrure, criant et pleurant.

*Chuuuut, calme-toi …*

Je releva soudainement mon visage inondée de larmes, cherchant du regard un être situé à coté de moi. Il n'y avait personne d'autre que moi dans le désert a part le gros chien. Je me mis a le regarder droit dans les yeux, un doute affreux titillant mes pensées. Mon regard plongea dans le sien et … je faillis tomber en arrière quand une voix résonna dans la tête.

*Ben quoi … ah on dirait que tu m'entends enfin*

Mes yeux roulant dans leurs orbites, je me mis a essayer de prononcer quelques mots pour répondre, mais comme d'habitude, j'en fus incapable.

*Essaie de prononcer les mots dans ta tête, comme si tu pensais ou te parler à toi même.*

Je déglutis et fis comme il me le disait.

*Tu-tu-tu parles ?*

*Oui, et depuis longtemps, mais tu n'étais pas capable de m'entendre ...*

*Mais qui es tu ? Qu'est ce que tu es ?*

Le chien s'étendit, s'étira en baillant avant de s'assoir.

*Cela n'as pas réellement d'importance … ce qui a réellement de l'importance c'est ce que tu es toi ?*

*Moi ?*

*Oui, quelle est ton nom ...*

Je me mis a trembler. Je n'avais pas de nom. Cette absence m'était insupportable, car elle me renvoyait l'image qu'en effet je n'étais rien et que je n'avais rien à faire dans ce monde, que je n'avais aucun but.
Mais un souvenir s'insinua en moi. Des mots, des fragments de mots que j'avais entre aperçus quand le molosse m'avait sortit de la cuve en la brisant. Je n'avais jamais appris a lire, et pourtant, ces glyphes avait une significations … A.S.belli …
Le chien réagit, alors, lisant les lettres auquel je pensais a travers le lien qui nous unissaient. Ill s'ébroua et se mit a parler pour lui même.

*A … S … belli … tu t'appelles peut-être Alice …*

*Mai-mais comment peut tu en être sur … et pourquoi Alice ?*

*Il existe un vieux conte où une petite fille se perd dans ses rêves et ces derniers finissent par tourner au cauchemar …*

*… C'est un peu ce qui m'est arriver depuis que je suis « là » …*

*Non, jeune fille, non. Je trouve qu'Alice te vas bien parce que justement, tu sors du cauchemar et tout ce qu'il peut y avoir maintenant, ce ne sont que des rêves, j'y veillerais, ne t'inquiètes pas.*

Je sentis ma gorge se serrer tandis que de nouvelles larmes me montaient aux yeux. On me donnait un nom et on souhaitait me protéger. A ce moment là, je n'avais besoin de rien d'autre pour être heureuse.

*Très bien, donc a partir de maintenant tu t'appelleras Alice et S.Belly sera ton nom de famille ce qui est surement le cas ! Et Belly, avec un Y !*

Tandis que je me frottais les yeux pour essuyer mes larmes en reniflant, je lui demandais:

*Et pourquoi avec un Y ?*

*Parce que ça fait plus classe qu'un I !!! Logique !!!*

Il y eut un grand silence tandis que je le regardais fixement dans les yeux. Lui il restait là, la gueule ouverte sans rien dire ni faire.
Le vent souffla.
Je me mis a rire, a rire comme jamais je n'avais ri. Je pleurais à nouveau mais c'était parce que je riais a en avoir mal au ventre.

*Hé je t'interdis de te moquer de moi fillette !!! Arrête de rire !!! Hé je t'ai dit d'arrêter !!!*

Puis il se mit a rigoler aussi au final, se rendant compte de l'absurdité de ses propos. Et nous nous retrouvâmes tous les deux en train de se tordre par terre pendant une bonne demi-heure avant de s'arrêter haletant.
Le chien se remit debout en soufflant comme un bœuf avant de s'avancer vers moi et de se pencher pour que je montes sur son dos, ce que je fis un peu difficilement vu la taille du molosse.

*Allez Alice, nous n'avons que trop traîné ici, il faut partir maintenant, il faut que tu découvres d'autre personnes … tu as passé un cap aujourd'hui, un cap pour te débarrasser du passé et commencer une nouvelle vie !*

Et tandis qu'il se mettait a courir dans le désert, je lui posa une dernière question mentalement, je lui demanda comment lui s'appelait. Et il me répondit tout simplement en accompagnant sa réponse par un aboiement, une réponse qui, aller savoir pourquoi ne m'étonna même pas.

*Caedes !!!*



Vie actuelle …
Tandis que j'écris ces quelques lignes, je me trouve assis devant le bureau de mon trois pièce situé juste a coté de la tanière. C'est un tout petit loft mais qui me convient tout a fait.
Caedes est allongé un peu plus loin sur le tapis, en train de dormir probablement.
Ça fait maintenant 7 ans que je suis arrivé a Domingo sur le dos de Caedes. Et voici maintenant 7 ans que je suis membre de la Guilde, rang B précisément ! Pourquoi aller à Domingo, dans cette ville du crime ? Je ne sais pas vraiment, c'est Caedes qui m'y a emmené. Il avait surement deviné qu'un lieu ou presque tout le monde vit au jour le jour, sans se soucier de demain, ou la solidarité existait vraiment me plairait. Et que le fait de ne pas être loin de Fortenze ne me débectait pas tant que ça, moi qui me pose encore et toujours des questions sur le pourquoi et le comment de ma « naissance ».
Bref, lorsque je suis arrivé ici, nous avons vécu au fond d'une ruelle dans un appartement abandonné, et pour le dire franchement, je trouvais cette ville vraiment moche et le désert me manquait.
Puis des hommes nous trouvèrent, et quelles ne furent pas leur surprise quand Caedes se mit a parler, non pas par télépathie, mais de vive voix. Puis ils commencèrent a discuter avec mon gros molosse et essayèrent de leur mieux de communiquer avec moi.
« Au lieu de rester dans la rue, vous ferez mieux d'aller voir et de vous inscrire a la Guilde, ils vendent a leur membres des appart' beaucoup moins chère que le coût actuel ! » C'est ce que nous dit l'un deux. Tandis que je rougissais, ne voulant pas aller là-bas, Caedes me força a y aller.
C'était encore au temps de l'ancien chef de Guilde, avant que Taïn ne le devienne a son tour. Je n'avais jamais vu un rassemblement de ce genre, même depuis notre arrivé en ville. Tous les gens présent riaient, s'esclaffaient, criaient, mangeaient, buvaient. C'était bruyant, très bruyant, trop bruyant. Et pourtant, je ne sais pas pourquoi mais j'étais contente, heureuse même, j'avais l'impression d'être arrivé chez moi.
Une fois inscrit, je passa le traditionnel test afin de savoir quel rang j'allais avoir auprès du patriarche de l'organisation Trust Breakdown le EarthLord, un ancien Sapiento s'étant repenti d'après les rumeurs. Le test détermina pour moi un rang D, ce qui était normal pour une enfant ayant en apparence 10 ans mais n'ayant réellement que quelques années.
C'est quelques jours après que je fis la connaissance de Taïn Valard, un modeste rang S qui passait le test pour devenir FireLord depuis la mort du dernier quelques années auparavant. Il s'était approché de moi dans le dos, sans que je le voie avant de presser contre mon cou une canette de Coca gelée. Je ne crois pas avoir jamais criée de surprise comme ça depuis. Alors que je me retournais pour donner un coup de poing a celui qui m'avait pressé un morceau de métal froid contre mon corps, je me retrouva soudain devant un homme quelques années de plus que moi avec un sourire absolument craquant. Rougissante, je mis a bafouiller prononçant des phrases sans aucun sens. Taïn attendit que je me calme avant de me montrer que l'objet en métal contenait une boisson rafraichissante. Toute bête, je l'a bu a coté de lui, assis a l'une des grandes tables se trouvant dans le Hall de la Tanière.
Il m'expliqua qu'il était venu voir le phénomène du moment, c'est à dire la nouvelle membre de 10 ans qui se baladait avec un chien énorme aux incisives impressionnantes. Il réalisa enfin que j'étais muette, mais ce ne fut pas de la pitié qui s'afficha sur son visage. Son sourire s'élargit et il se leva en m'ébouriffant les cheveux avant de s'en aller en me disant de rester là car il allait revenir.
J'attendis, toujours rouge comme une pivoine, sur mon banc, mon Coca a la main tandis que Caedes a coté était en train de rigoler doucement. Puis Taïn revint peu après vers moi et il m'enfonça un chapeau sur la tête avant de prononcer une dernière phrase. Je crois que c'est cette phrase qui m'a conquise.

« Tiens, un cadeau pour toi miss ! Bienvenue dans ta nouvelle famille ! »

Je le regarda partir en serrant le béret qu'il m'avait donné contre ma poitrine. Les joues en feu, je regardais partir cet homme qui m'avait dis exactement les mots que je voulais entendre.
C'est comme ça que je vécus ces dernières années. Je travaillais pour la Guilde, prenant des quêtes a mon niveau et en me spécialisant dans tout ce qui était récupération d'objet et chasse au trésor, si bien qu'on me surnomma très vite « Alice, Chasseuse de trésor ». Je grandis dans la Guilde, ce qui forgea mon caractère et très vite je fus assez connu dans l'organisation, que ce soit pour mon hardiesse au travail ou pour mon mauvais caractère. Je m'ouvrais désormais aux autres et je n'étais plus cette petite fille perdue, sans destin ni personnes.
J'arrive désormais a communiquer sans problèmes avec les différents membres malgré mon handicap. Je me suis fait une bonne réputation au sein de l'organisation notamment grâce ma technique de combat qui m'étais totalement instinctive.
Aujourd'hui, j'ai 17 ans, je suis heureuse et contente que ma vie m'est amené dans cette ville, d'avoir rencontré la Guilde et tous mes amis s'y trouvant, d'avoir rencontré Taïn et surtout d'avoir Caedes a mes cotés !!!
Mais je n'oublie pas. Si je reste a Domingo, ce n'est pas seulement pour la Guilde, c'est aussi pour en savoir plus quand a ma naissance, afin d'en savoir plus sur ma raison de vivre ou plutôt pourquoi on m'a donné vie.
L'homme aux yeux rouges et quelques part par ici, quelques part dans l'ombre, mais je m'en fiche, je ferais face a mes peurs afin de savoir la vérité !!!



Apparence:
Alice est une jeune fille de 17 ans environ. Elle est plutôt fine, pas bien épaisse et grosse, de taille moyenne. Ces cheveux sont bruns et désordonnés, coupés courts, un peu plus haut que le niveau des épaules. Ses pupilles sont de couleurs verts émeraudes. Ses traits sont doux et fins, composant un visage agréable à regarder. Sa nuque tout aussi jolie nous amène par une courbe gracieuse sur le reste de son corps. Ce dernier est plutôt athlétique, mais il est plus tourné sur la souplesse que sur la puissance, si bien que la jeune femme est capable de faire preuve d'une agilité déconcertante. Alice possède de belles formes, tout a fait respectable pour son âge, sans pour autant qu'elles soient exagérées, notamment au niveau de sa poitrine qui est légèrement plus petite que la moyenne des jeunes femmes de 17 ans, si bien qu'elle est légèrement complexée. Ses bras et ses mains sont fins et gracieux, de même que ses jambes, longues et légères. Le corps d'Alice n'est pas marqué par divers cicatrices, ou signes particulièrement reconnaissables a part le fait qu'elle est des oreilles et une queue de chien. Ses oreilles canines sont recouvert d'une fourrure brune plutôt douce au toucher et elles permettent a la jeune femme de profiter d'une ouïe particulièrement affutée. Sa queue prend origine dans le bas du dos et elle est, elle aussi, pratiquement uniformément brune a part le bout qui est une touffe blanche. A part ces deux signes distinctifs particulièrement original, son corps n'est marqué d'aucune autre façon si ce n'est par les petites cicatrices que l'on se fait tout au long d'une vie, telle que celle qu'elle a sur le flanc, témoignage de sa crise d'appendicite.
Au final, si on ne peut pas dire que Alice soit une beauté ou une jeune fille particulièrement magnifique, on utilisera plutôt l'adjectif belle auquel on préfèrera même le terme « mignonne ». Alice n'est pas particulièrement coquette, car, même si elle préfère être belle, propre et présentable que moche et sale, la jeune femme n'aime pas et n'utilise pas beaucoup de maquillage, a part cas exceptionnel, et ne se sert que de vernis à ongle. C'est le genre de fille qui paraît fraiche en toute circonstance, lors de n'importe quelle labeur. Elle semble avoir tout de même un problème aux cordes vocales, a moins que ça soit psychologique, car elle est incapable de émettre le moindre mots et les seuls bruits qu'elle peut produire sont des cris, des pleures ou des rires.
Question vêtements, Mademoiselle S.Belli aime s'habiller avec habits qu'elle qualifie de « mignon et pratique », plutôt que avec des habits entravant et pleins de fanfreluches. Elle porte généralement un court débardeur qui laisse son ventre à l'air par dessus laquelle elle met généralement une courte et légère veste. Entre pantalon, robe et jupe, elle préfère les shorts, car les trouvant plus pratiques tout en étant assez suggestif. Alice chausse le plus souvent des bottes montantes atteignant pratiquement les genoux.
Ses couleurs préférés étant le vert et le marron, elle choisit généralement des habits de ces couleurs.
Au niveau des accessoires, la jeune femme porte toujours l'étrange pierre verte qu'elle autour du cou depuis sa naissance et ce en toutes circonstances. Autour de ce même cou et de sa taille se trouve un tissu vert, seul reste de la première couverture que lui a offert Caedes. La jeune femme possède également des bracelets en cuir qu'elle porte sur chaque poignet et une sacoche accrochée a sa ceinture, du coté du flanc gauche, qui contient divers affaires de la belle, ainsi que deux boucles d'oreilles de perles vertes. Pour finir ce portrait, Alice porte un béret sur la tête, qui lui a été offert par Taïn Valard pour son anniversaire qu'elle ne quitte jamais et qui est assez grand pour permettre a la jeune femme de cacher ses étranges oreilles dessous, ou même son visage quand elle est gênée.


Caractère:
Alice est une jeune femme au caractère entier. C'est une fille au sourire facile qui aime rigoler et s'amuser, s'efforçant d'être toujours optimiste même quand elle est elle même désespéré. C'est une travailleuse qui fournit toujours le meilleur de soi-même en toute circonstance. Bien qu'elle soit sympathique et qu'elle n'aime pas la violence, elle a mauvais caractère et il vaut mieux ne pas l'énerver sous peine de subir son courroux, ce qui équivaut généralement à une morsure, une baffe un coup de poing dans la tête ou dans le ventre, au choix de la belle.
N'aimant pas la violence, elle s'efforce au minimum de ne pas combattre et si ce n'est pas possible, de ne pas faire couler le sang et au pire de tuer.
Alice est assez excessive au niveau de ses sentiments et ce à tous les niveaux: que ce soit au niveau de la colère, de la peur, de la tristesse ou de l'amour, elle ne fait jamais dans la demi-mesure. Bien que n'ayant jamais fait d'étude, c'est une jeune fille assez intelligente et doté d'une grande humanité, cependant elle fait parfois preuve d'une certaine naïveté notamment dans tous ce qui est domaine du sentimental car n'ayant jamais eu aucune expérience avec un homme a cause de son caractère et de son passé.
Bien sur, en plus de son mauvais caractère, la jeune femme n'est pas exempte de défaut, à savoir qu'elle est aussi avare, excentrique, gourmande, extrêmement compliquée, menteuse et un peu voleuse sur les bords.
Elle est amoureuse, enfin comme on peut l'être d'une idole, de Taïn Valard qui l'a recueillie à la Guilde et elle adore cette dernière: Alice ferait tout pour ses compagnons. Elle aime profondément Caedes, comme on aime un grand frère. Sinon, ce qu'elle préfère, c'est le Coca, son béret, manger, travailler et le désert.
Elle déteste la violence et le sang. Elle n'aime pas trop combattre mais le fera si elle n'a pas le choix. Alice déteste la solitude et le rouge. Elle éprouve d'ailleurs une grande peur envers l'homme aux yeux rouges et, en général, de toutes personnes ayant les pupilles couleurs sang.




Pouvoirs:

-Contrôle du sable: pouvoir permettant a son possesseur de … contrôler le sable … ça vous la coupe hein ? Et si je vous dis que c'est pas son vrai pouvoir ?! ;)


-Invocation :

Caedes, the Raindog.
Apparence : Caedes est un énorme molosse de la race, selon lui, des Raindog. Il est grand, très grand pour un chien. Son épaule arrive à peu près au niveau de la tête d'une personne un peu plus petite que la moyenne. Sa fourrure et couleur jaune sable, ses yeux verts. Sa mâchoires et ses sont plutôt impressionnantes, mais malgré ses crocs acérées, il arbore toujours un air doux et agréable.
Caedes porte toujours sur sa tête de vielles lunettes d'aviateur sur le crâne -cadeau offert par Alice, un espèce de tapis de selle vert sur son dos tenu par quelque chose ressemblant à un harnais auquel est accroché un fusil de sniper modèle S2 AM, et ses munitions, du coté droit tandis que sur son flanc gauche se trouve une énorme épée dans son fourreau. Sinon, le molosse se trimbale quasi-toujours avec une fine pipe, appelé kiseru au japon, à la bouche.

Caractère : Malgré son apparence impressionnante, Caedes est un être doux et gentil qui n'aspirent a rien d'autre qu'au bonheur d'Alice. C'est un gros molosse d'une intelligence inouïe qui dépasse celle de beaucoup d'êtres humains. Son don de parole permet d'ailleurs de mettre les choses tout de suites au clair afin de de bien montrer qu'il n'est pas qu'un bête chien. Il est toujours doux, même si ses remarques peuvent être assez piquantes. Par contre ces colère sont dévastatrices et sa grande force n'en fait pas un adversaire facile.
Il voit Alice comme une petite sœur, voir plus. Tout ce qu'il souhaite, c'est de la protéger, qu'elle soit heureuse et qu'elle trouve le bonheur. En dehors de ça, le reste n'a pas beaucoup d'importance tant qu'il trouve fréquemment a manger et du tabac.




Armements et objets/ Style de combat:

Armement
Au niveau de l'armement, Alice possède deux lames de coudes comme armes de corps à corps, sorte de ton-fa jumelées a des dagues, attachées à sa ceinture dans le bas du dos et un colt python dans un holster sur son flanc droit.
Elle possède aussi un fusil de sniper, modèle S2 AM, mais ce dernier est toujours porté par Caedes. C'est un fusil ayant une faible capacité de réserve de munitions, mais sa puissance de feu est très puissante.
Voici le fusil:

Le colt:

Et les lames de coudes:


Objet
La pierre d'Ouroboros, c'est, semble-t-il, la pierre présente atour du cou de la jeune fille. Ces capacités et ses origines sont encore inconnues.

Style de combat
Alice n'aime pas trop le corps, bien qu'elle s'y débrouille fort bien, et préfère le combat a distance. Elle manie avec une grande dextérité son fusil sniper et son colt python. Elle s'est entraînée toute seule a l'utilisation de ces deux armes et en demandant des conseils et des techniques aux membres de la Guilde spécialisé dans leur maniement.
Et pourtant elle est encore meilleur au corps à corps. En effet, il semblerait que inconsciemment elle sache ou frapper pour blesser / étourdir / tuer. Mais elle n'aime vraiment pas l'idée de faire du mal aux autres et de souffrir elle aussi malgré son don évident pour manier les lames, surtout les dagues. Elle manie a la perfection ses lames de coudes. Son style de combat est très instinctif et très efficace.


Techniques:





Dernière édition par Alice S.Belly le Ven 11 Mar - 20:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayer
Juge & Sapiento - Maîtres du Jour
avatar

Fiche : Le Duo-d'assassins !!!
Masculin Nombre de messages : 771
Pouvoir spécial : Samaell=>Résistance et Force exceptionnel.

Ivan=>Télékinésie, télépathie et le "Vide".
Niveau de combat : 46
Date d'inscription : 07/08/2009

MessageSujet: Re: Alice, Chasseuse de trésor pour la Guilde !   Mar 8 Mar - 20:59

Bon alors après mure réflexion, je me suis pas mal cassé la tête sur le sujet Alice S.Belly, je vais te donner "tes" notes.

Déjà, ton niveau RP est de 36/40. Je pense qu'il n'est plus nécessaire de démontrer ton niveau ton niveau mon chère ami ^^ cependant, étant ton pote, j'ai préfère ne pas te mettre la note maximale et te rafler 4 points sur le français a cause des petites fautes que tu fais (sois heureux je les ai compté spécialement pour toi mon =D généralement ce genre de fautes, je ne les compterais pas ou ne les pénaliserais pas autant =D, mais vois ça comme un privilège ;) )

Bon après niveau combat, bah j'en ai baver. D'après les nouveaux barèmes, a chaque fois que je comptais les points pour ton niveau, bah j'arrivais dans les alentours de 50 ce qui n'allait pas avec ce que tu souhaitais, donc j'ai fais un étrange compromis en mêlant le nouveau barème a ma ancienne façon de noter qui reposait plus sur le feeling.
Alice a donc une note de combat de 30 (assez basse par rapport a ce qu'aurait valu une présa de ce genre, j'en conviens, mais c'est que tu souhaitais), mais quand elle invoque Caedes (dont le niveau est de 40 d'ailleurs, si tu comptes, mais ça m'étonnerait, t'en servir sans Alice) ce niveau augmente a 45. Voila, le compromis que j'ai fait, et comme t'es mon pote t'as eu le droit de passer de 45 au lieu de tomber sur 50 comme le désignait le barème =D alors heureux =D ?

Allez bon jeu avec Alice !

Ps: je tiens a préciser que ce monologue inutile n'est pas là que pour me justifier auprès de Matt (a qui je peux envoyer un sms ou même aller lui dire de vive voix) mais aussi pour expliquer a tous comment j'ai procéder afin qu'on ne vienne pas râler. Voila.

_________________
"Ce qui ne nous tues pas nous rends plus forts !"

Je suis aussi Emilio, l'Agostino au service de Kaoni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayer
Juge & Sapiento - Maîtres du Jour
avatar

Fiche : Le Duo-d'assassins !!!
Masculin Nombre de messages : 771
Pouvoir spécial : Samaell=>Résistance et Force exceptionnel.

Ivan=>Télékinésie, télépathie et le "Vide".
Niveau de combat : 46
Date d'inscription : 07/08/2009

MessageSujet: Re: Alice, Chasseuse de trésor pour la Guilde !   Ven 11 Mar - 15:05

Double-post, so-riz.


Mais bon suite a une demande de Matt, qui n'aime pas trop les double notes, je baisse la note a un 35 définitif vi que Caedes est tout le temps avec Alice. Ce dernier quant a lui, perd sa note de 40, encore a la demande de Matt pour des raisons secrètes.
Voila.

_________________
"Ce qui ne nous tues pas nous rends plus forts !"

Je suis aussi Emilio, l'Agostino au service de Kaoni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alice, Chasseuse de trésor pour la Guilde !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alice, Chasseuse de trésor pour la Guilde !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une skin pour ma guilde ...
» Astuce pour devenir riche ou "moyen"
» Invitation guilde
» Tableau des poses de maison de guilde
» Journal Intime d'un Nouveau Né [Par Alice Claudel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domingo :: L'Officiel :: Présentations des personnages :: Présentations finies :: Neutres-
Sauter vers: